Développez vos compétences
et celles de vos équipes!
Accueil

    Faudrait-il revoir les façons de congédier un employé?

    Les congédiements peuvent s’avérer pénibles et éprouvants, autant pour le gestionnaire qui doit préparer et effectuer le congédiement, que pour l’employé qui sera envahi par une vague d’émotion. Julie Carignan, psychologue organisationnelle chez SPB Consulting, explique comment les gestionnaires peuvent créer une expérience de congédiement optimale.

    Existe-t-il une bonne façon de congédier un employé? 

    Julie Carignan

    SPB consulting

    Tout dépend du contexte, mais il existe des bonnes pratiques. Il est important de choisir la bonne personne pour effectuer le congédiement. Il faut bien se préparer et avoir les bons documents. Il faut aussi choisir le bon lieu, dans un environnement confidentiel et stratégique. Et il faut aussi penser au bon moment. Le vendredi en fin de journée, ce n’est pas un bon moment! 

    Quelle est la responsabilité du gestionnaire et qu’elle est la meilleure attitude à adopter? 

    «Au moment du congédiement, il est important d’avoir une attitude bienveillante et de surveiller son ton de voix.»

    Il faut tout d’abord se demander si c’est le gestionnaire qui doit faire le congédiement, ou plutôt la personne aux ressources humaines, ou encore une équipe. Il faut se demander si le gestionnaire sera suffisamment en contrôle du processus. Au moment du congédiement, il est important d’avoir une attitude bienveillante et de surveiller son ton de voix. Il faut s’en tenir aux faits, penser au message, et rester concis. 

    Comment s’assurer que la rencontre avec l’employé en difficulté se déroule de façon appropriée?

    Il faut prendre le temps de bien préparer la rencontre, mais il faut aussi se préparer à recevoir une émotion. C’est normal que la personne congédiée ait une réaction. Les congédiements qui ont pour cause un bris de confiance, où l’employeur craint que la personne ait une réaction violente ou ne vole des données, doivent être plus encadrés. Quand un congédiement a lieu suite à un manque de travail, alors la rencontre peut se faire de façon plus ouverte. 

    Quelles sont les erreurs que les gestionnaires commettent au moment du congédiement?

    «Il faut garder ça simple, concis et rester dans la bienveillance.» 

    Une des erreurs fréquente c’est souvent de trop en dire. Une fois que le gestionnaire dit «je te congédie», la personne n’écoute plus! Il faut espérer que le gestionnaire a eu des rencontres au préalable pour discuter d’écarts de performance. Au moment du congédiement, ce n’est pas nécessaire de faire un bilan complet, car la personne n’est plus à l’écoute! Il faut garder ça simple, concis et rester dans la bienveillance. 

    Être raccompagné froidement à la porte après 10 ans de service sans pouvoir récupérer son manteau, est-ce encore la chose à faire? 

    C’est important de toujours respecter la dignité de la personne, d’offrir des options et d’être à l’écoute. Si on ne craint pas que la personne va créer des dommages, ce n’est pas nécessaire d’escorter un employé à la porte par un gardien de sécurité, à moins que ça ne soit pour fraude et qu’il y ait vraiment un bris de confiance! C’est important de demander à la personne «veux-tu prendre le temps de dire au revoir?», «veux-tu quitter le bureau en douce?», «veux-tu prendre tes effets personnels maintenant ou un autre jour?». 

    Est-ce qu’un congédiement peut nuire à la réputation d’une entreprise? 

    «Un congédiement qui se passe mal, peut nuire à la réputation d’une entreprise auprès de ses employés.»

    Un congédiement est un geste important. L’entreprise sera jugée car les employés se parlent entre eux au bureau et sur les réseaux sociaux. Les liens sont maintenus en ligne après le congédiement. Donc un congédiement qui se passe mal, peut nuire à la réputation d’une entreprise auprès de ses employés actuels comme des employés éventuels, surtout en période de recrutement et de pénurie.