La référence des professionnels
des communications et du design

Le bon coup médiatique de la semaine: Lady Gaga

Pierre Gince ARP, président, Mesure Média et Direction Communications stratégiques

Au milieu des secousses des derniers jours (Harvey, Irma, Donald Trump et Kim Jong-un), il y a eu un éclair dans le ciel montréalais, suivi d’un rayon de soleil!

C’est un euphémisme d’affirmer que Lady Gaga est une marque qui, depuis très longtemps, est gérée de façon très habile.

La «machine Lady Gaga» en a donné une nouvelle preuve, lundi soir à Montréal, alors que la bête de scène a été contrainte d’annuler son spectacle prévu au Centre Bell… tout en faisant plaisir à beaucoup d'admirateurs!

Rappel des faits.

Source: twitter

 

Une crise bien gérée

Après avoir chanté sous la pluie, lors d’un récent concert à New York, Lady Gaga est arrivée à Montréal avec infection respiratoire et une laryngite. Même si son entourage lui conseillait de ne pas aller se démener sur scène, ce n’est pourtant qu’à la dernière minute (vers 17h) que l’annonce de l’annulation du spectacle du soir même est survenue.

C’est là que débute la crise a débuté… 

Une crise pour plusieurs de ses admirateurs en larmes devant le Centre Bell, dont plusieurs avaient engagé beaucoup de frais pour cette sortie. Une crise pour l’équipe de l’artiste et Evenko qui, en plus d’absorber des pertes considérables, devaient vite trouver une nouvelle date pour faire revenir l'artiste à Montréal.

Une crise, aussi, pour la réputation de Lady Gaga. Mais celle-ci, soutenue par un entourage expérimenté, a eu le flair de réagir aussi habilement que rapidement.

Premier acte: vêtue d’un chandail de la designer montréalaise Sabrina Barilà arborant le slogan «Je parle féministe», elle s’est excusée sur ses médias sociaux de devoir faire faux bond.

Deuxième acte: elle est sortie sur le toit de l’hôtel William Gray, où elle logeait, pour envoyer la main à ses admirateurs. Puis, un clip vidéo a été mis en ligne et des photos autographiées ont aussitôt été distribuées.

Troisième acte: elle a annoncé qu’elle allait payer la pizza à ceux qui se pointeraient devant son hôtel. Le chiffre de 80 pizzas «jumbo» a circulé! Et alors que Lady Gaga était sagement au lit, quelques dizaines de personnes se trouvaient encore sur place à chanter Grigio Girls!

Combien?

Lundi et mardi, il y a eu 560 mentions dans les médias au Québec, au Canada et ailleurs. À noter: les médias ontariens ont généré 42% de cette couverture médiatique et ceux du Québec 31%.

Compte tenu du court délai entre le moment du report du spectacle et celui-ci, c’est surtout à la radio, à la télévision et sur le web que la nouvelle a fait le plus de bruit.

Nous avons analysé deux de ces retombées:

  • abcnews.go.com, 4 septembre: «Lady Gaga forced to postpone show in Montréal due to illness». Bien que le titre soit négatif, d’autres variables, dont le traitement journalistique et les photos, sont quant à elles neutres ou positives.  Gain de réputation: 39 234$US.
  • La Presse+, 5 septembre: «Concert reporté, fans comblés». Malgré que l’annonce soit négative, le titre est neutre, l’amorce est positive et l'on note la présence d’une vidéo montrant la chanteuse sur le toit de l’hôtel William Gray.  Gain de réputation: 47 140$.

Et maintenant…

Dans les circonstances, la réputation de Lady Gaga est sauve. Toutefois si, éventuellement, elle devait annuler de nouveau un spectacle, elle aurait tout intérêt à repérer les pizzérias autour de son hôtel… puisque ses admirateurs s’attendront à rien de moins!

 

_____

Chaque vendredi, Mesure Média présente le gain de réputation (ou le déficit) enregistré par une marque, une organisation ou une personnalité au cours de la semaine.

Note: Après avoir tenu compte du coût publicitaire avant négociation d’une retombée de presse, nous évaluons différentes variables d’analyse afin d’établir le gain ou le déficit de réputation de la retombée. Le gain ou le déficit de réputation (en dollars) d’une retombée est calculé à partir de plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs pondérés, dont le traitement journalistique accordé au message ainsi que les aspects graphiques et visuels.

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus