La référence des professionnels
des communications et du design

Selon 25 000 jeunes, «les réfugiés sont les bienvenus et le changement climatique, leur plus grand souci»

France Levert Cofondatrice et spécialiste en environnement, Collectif communication citoyenne

À la fin d'août dernier, le Forum économique mondial (FEM) et divers médias ont publié les résultats de l’enquête Global Shapers 2017, une des plus grandes enquêtes mondiales sur les jeunes* qui donne un aperçu éclairant sur leur perception du monde. L’enquête révèle différentes tendances qui intéresseront nombre de décideurs publics et privés, et de communicateurs tant en matière de défis que d’angles à exploiter et de risques.

Ce texte fait partie d’une série de billets d'opinion sur la marque citoyenne produits par le Collectif Communication Citoyenne (C3), un réseau d'experts multidisciplinaires sur la communication et le marketing responsable.

Près de 25 000 personnes de 18-35 ans, provenant de 186 pays et territoires, ont participé à cette recherche, une des plus exhaustives à ce jour. Le FEM titre ainsi, de façon évocatrice, les principaux résultats de l’étude 2017 Enquête sur les millénaires: Les réfugiés sont les bienvenus, les robots ne peuvent pas être fiables, le changement climatique est notre plus grand souci**. Le monde présenterait aussi plus d’occasions (67%) que d’embûches (33%) aux yeux de ces jeunes, les participants des pays les plus riches étant paradoxalement légèrement moins optimistes que ceux des plus pauvres***.

Pour la troisième année consécutive, le changement climatique est identifié par les jeunes comme le problème mondial le plus grave, devant les guerres et les inégalités.

On apprend ainsi que 55,9% croient que leurs opinions et points de vue ne sont pas tenus en compte lorsque des décisions importantes sont prises. Cela est étonnant, alors que des plateformes diversifiées affirment l’importance de cette strate de la population et s’y adressent particulièrement. Tandis que plus de la moitié de la population mondiale est âgée de moins de 30 ans, mais avec des écarts importants d’un continent à l’autre, les 18-35 ans occuperont prochainement une proportion croissante de la main-d'œuvre mondiale et de la base des électeurs, en plus de détenir un pouvoir de dépenser très significatif.

Priorité aux changements climatiques

Ils sont significativement préoccupés par l'impact du changement climatique et de la destruction générale de la nature. Ainsi, pour la troisième année consécutive, le changement climatique est identifié par les jeunes comme le problème mondial le plus grave, devant les guerres et les inégalités. À noter que pour les jeunes canadiens, la pauvreté est jugée la plus préoccupante (58%), devant les changements climatiques (53%) et l’accès à l’eau et à la nourriture (39%).

Une génération empathique et ouverte

Selon l'étude Global Shapers 2017, les participants sont ouverts aux autres. Par exemple, 73,6% ils accueilleraient favorablement les réfugiés dans leur pays. Et 86,5% des jeunes se considèrent simplement «humains», sans égard à leur pays de naissance, leur religion ou leur origine ethnique. 

Méfiance et imputabilité des organisations

Selon l’enquête, les jeunes citoyens se méfient des grandes entreprises et des gouvernements, et près de 46% ne font pas confiance aux médias. Les niveaux de méfiance à l'égard des grandes entreprises, des banques et des gouvernements sont similaires. Les écoles, les organisations internationales, les employeurs et les tribunaux sont jugés les plus fiables.

Les écoles, les organisations internationales, les employeurs et les tribunaux sont jugés les plus fiables.

Cette sensibilité se reflète dans la manière dont ils perçoivent la responsabilité des entreprises. Les deux tiers des personnes interrogées estiment qu'elles devraient s’engager pour faire face aux problèmes sociaux, même s'ils ne sont pas directement liés à leurs activités commerciales. Cette proportion atteint 80% au Canada. Lorsqu’on demande aux jeunes Canadiens de nommer l’acteur ayant le rôle le plus important à jouer pour améliorer l’état de la planète, les grandes sociétés nationales et les multinationales arrivent en deuxième place, derrière le gouvernement.

Technologie créatrice d’emplois, mais réserve quant aux robots

78,6% croient que la technologie créera des emplois plutôt que de les détruire et pour 28% des jeunes, l'intelligence artificielle causerait l'impact le plus important, loin devant la biotechnologie et la robotique. Par contre, à peine 26% feraient confiance aux décisions prises à leur place par un robot.

Des messages à retenir

Voilà autant de messages optimistes – fort différents de l’individualisme et du repli identitaire qu’on leur prête trop souvent – envoyés par ces jeunes qui sont des consommateurs, des citoyens du monde actifs, des travailleurs et nos futurs décideurs! Il importe que dès aujourd’hui, ces préoccupations et cette ouverture trouvent échos dans les choix et les gestes que nous posons en tant que spécialistes des communications, qui sommes le porte-voix de cette jeunesse déterminée à changer le cours des choses!

 

L’enquête Global Shapers 2017, Jeunesse, World Economic Forum – http://www.shaperssurvey2017.org/https://www.weforum.org/agenda/2017/08/global-shapers-survey-2017-5-things-we-learned/

** World Economic, Site web, 28 août 2017

*** Journal Le Devoir, Le Canada prisé par les jeunes travailleurs de la planète, 29 août 2017, Karl Rettino-Parazelli

 

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

 

comments powered by Disqus