La référence des professionnels
des communications et du design

4 résolutions que devraient adopter les leaders en 2018

Caroline Ménard Présidente et associée, Brio Conseils

Les changements s’accélèrent dans nos organisations: transformation numérique, émergence des données massives, réalité augmentée, intelligence artificielle et rareté de talents sans précédent! Afin de faire face à cette multitude de défis simultanément, le leader d’aujourd’hui doit lui aussi se transformer. En fonction de mes expériences, je suis convaincue qu’un des meilleurs investissements que peut faire une entreprise est d’investir dans l’humain. Voici donc quatre résolutions qu’un leader «transformationnel» devrait, à mon avis, adopter en 2018. 

1. Investir dans sa propre personne 
 
Conscient de ses forces comme de ses zones d’ombre, le leader «transformationnel» sait très bien que les personnes qui travaillent à ses côtés sont plus que jamais à la recherche de sens et demandent aujourd’hui qu’il se mette au service de son équipe. Entamez d’abord votre propre transformation et vous pourrez ensuite demander à vos coéquipiers d’y mettre du leur.  
 
J’ai dernièrement porté mon attention sur des études récentes qui démontrent que le leader a besoin de développer la résilience, la collaboration et la prise de décision en prenant du recul. Parmi les moyens que j’ai l’habitude d’employer, la pratique de la pleine conscience et la méditation m’ont été bénéfiques.  
 
D’ailleurs, en 2012, une étude* menée auprès de 96 superviseurs et de leurs équipes a déterminé (et même mesuré!) que la pleine conscience des superviseurs se reflète systématiquement sur leurs employés: baisse de l’épuisement professionnel, mieux-être au travail, hausse de l’engagement, gains de performance, etc. En d’autres termes, l’attitude positive et bienveillante du superviseur est contagieuse sur l’état d’esprit des membres de son équipe.  
 
2. Investir dans les gens et les relations 
 
En 2018, le leader transformationnel doit saisir qu’investir du temps dans les gens est plus efficace et rapporte davantage que d’investir majoritairement du temps dans le suivi des résultats. 
 
Une étude de Harvard Business Review a même quantifié le bénéfice qu’un investissement dans la personne peut rapporter en comparant des entreprises où les individus sont confiants à d'autres où ils le sont peu. Le résultat est impressionnant: baisse du stress (74%), des jours de maladie (13%) et de burnout (40%), augmentation de l’engagement (76%), de la productivité (50%) et de la satisfaction (29%). 
 
Ce qui n’est pas mesuré ici, c’est que les leaders qui investissent dans les relations humaines avec leurs employés voient leurs entreprises grimper en inventivité, en efficacité, en résultats, et sont beaucoup plus performantes tant en recrutement qu’en rétention de talents. Or, s’il y a une chose dont je suis convaincue, c’est que le talent permet à une entreprise de se différencier et de se surpasser. 

3. Mobiliser l’intelligence collective 
 
L’époque où le leader était perçu comme le «détenteur de la vérité» est révolue. Le leader que je nous souhaite en 2018 est tout autre: il sait que la vérité est plurielle puisqu’elle obéit à des phénomènes nombreux et complexes. Pour avoir une vision systémique et cohérente, il fait appel à l’intelligence collective et à la variété des talents et compétences que compose son équipe, puis il met la hiérarchie et l’organigramme de côté. C’est un beau profil, vous ne trouvez pas? 
 
Personnellement, je vois le leader de 2018 comme un «architecte social». Il mobilise ses troupes et responsabilise son équipe afin que chacun puisse disposer de la latitude requise pour être un générateur d’innovations. Il table sur la diversité en mettant les forces et les talents individuels au service de l’enrichissement collectif, puis n’hésite pas à se nourrir d’idées nouvelles, de perspectives différentes, voire à contre-courant. Tout cela favorise l’émergence de solutions plus robustes et plus pérennes.   
 
4. Se mettre au service du bien commun 
 
La dernière résolution que je vous suggère pour devenir un leader transformationnel est d’appliquer aujourd’hui ce qui demain sera la normalité: s’inscrire dans la durée, la pérennité, en créant de la valeur pour les prochaines générations. 
 
Vous ne renoncez pas au profit, mais vous le réconciliez avec la société en le réinvestissant dans le développement de la société de demain. Votre responsabilité sociale et environnementale n’est pas une résignation agaçante, mais une stratégie gagnante axée sur la nécessité d’être une entreprise progressiste: qui se donne une mission à la fois économique et sociétale, qui veille à ce que la gouvernance soit en phase avec les parties prenantes. 
 
Pour conclure, je vous dirais que les meilleures résolutions que vous puissiez prendre pour 2018… c’est d’emboîter le pas.  

 

*Reb, J., Narayanan, J. et Chaturvedi, S. 2012. Leading Mindfully: Two Studies on the Influence of Supervisor Trait Mindfulness on Employee Well-Being and Performance. Springer Science+Business Media, LLC 2012 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.