La référence des professionnels
des communications et du design

En 2018, il faudra être le «meilleur»

Alexandra Blaison Stratège numérique sénior, Kaliop Canada

Google Canada a communiqué à la fin de décembre des statistiques sur les termes de recherche qui ont marqué  2017. Parmi ces résultats, le terme «meilleur» a été la requête la plus fréquemment utilisée pour la recherche d’un produit ou d’un service. 

Nous le savons, les avis en ligne constituent un élément clé d’une stratégie numérique. Pour neuf internautes sur 10, les avis de clients s'avèrent un élément déterminant lors d’un achat en ligne. De plus, près de la moitié des consommateurs québécois utilisent leur mobile en magasin avant un achat. 

Bond de plus de 66% 

Dans le cas d’un achat important comme un réfrigérateur, une auto ou une maison, il semble naturel que les consommateurs soient de plus en plus nombreux à rechercher de l'information sur internet pour obtenir des conseils et des retours d’expérience. Afin de les aider dans ce choix, les internautes ont massivement utilisé le terme «meilleur» sur leur téléphone intelligent. De 2015 à 2017, les recherches sur le terme «meilleur» ont même progressé de plus de 66% en mobile au pays.

En recherche mobile, il n’y a pas de petite décision

Mais ce qui peut paraître surprenant en parcourant ces chiffres, c’est que la consultation d’avis clients ne se limite pas aux gros achats. La recherche du «meilleur produit» concerne désormais toutes les gammes de prix et tous les types de produits, et cette tendance ne cesse d’augmenter. D’ailleurs, près de la moitié des internautes consultent des avis sur des produits sur lesquels ils n’interrogeraient jamais leur entourage.

Pensez à un produit que vous utilisez quotidiennement: une brosse à dents. Selon Google, les recherches mobiles de «meilleure brosse à dents» ont augmenté de plus de 150% ces deux dernières années! Et ce n’est pas une tendance limitée à l’hygiène dentaire. Les recherches sur les déodorants ont progressé de 57% sur le mobile de 2015 à 2017.

Les avis vidéo progressent également

Autre tendance de ces deux dernières années: les consommateurs se tournent de plus en plus vers la vidéo. Le visionnement de bancs d’essai de produits, animés par des youtubeurs, blogueurs, etc., a augmenté de plus de 85%.

Sur YouTube, il y a plus de 300 000 résultats vidéo pour «meilleur rideau de douche». De quoi ouvrir des perspectives si vous êtes marketeurs de produits dits à «faible considération».

Alors, en tant qu’experts du marketing numérique, comment employer ces chiffres?

Revenons à nos brosses à dents. En 2017, les internautes ont utilisé plus de 25 000 termes de recherche différents pour en acheter une.

Près de la moitié des internautes consultent des avis à propos de produits sur lesquels ils n’interrogeraient jamais leur entourage.​

Qu’est-ce que la longue traîne? Ce sont toutes ces requêtes qui ne vous apportent pas beaucoup d'achalandage en les prenant séparément, mais qui, cumulées, représenteront la majorité de vos visites. En référencement, l'on considère que votre achalandage sera composé à 20% des mots clés principaux et à 80% de la longue traîne.

Prenons un exemple concret: votre site de commerce électronique est en tête des résultats sur le mot «tisane». Ce résultat apportera à lui seul un gros volume d'achalandage à votre site (12%). En revanche, «tisane pour améliorer la circulation sanguine» (0,3%) ou «tisane et grossesse» (0,8%) vous apporteront un achalandage qualifié. Le contenu de vos pages nourrit donc la longue traîne.

Mener une stratégie d’acquisition d’avis en ligne

Sept clients sur 10 sont prêts à laisser un avis si l’entreprise le demande. De nombreuses actions peuvent être mises en place: expédition d’un courriel automatique sept jours après l’envoi du colis pour inciter le client à noter le produit reçu, communauté de bêta-testeurs, envoi d’infolettres…

Optimisation de vos pages

Bien que «meilleure brosse à dents» en titre de page soit un peu lourd (vous en convenez?), il est toujours possible de contourner les formulations dans les titres et balises de vos pages. «Nos meilleures offres», «prêt au meilleur taux», «brosse à dents: test des meilleurs modèles», par exemple, représentent d’autres possibilités tout à fait acceptables.

Utilisation d'YouTube pour promouvoir votre marque ou vos produits

Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram font partie de votre stratégique numérique? C’est un bon début. Mais si vous souhaitez prévoir les futurs bouleversements sur le terrain de la communication numérique, YouTube devra faire partie de votre stratégie: entrevue de vos clients, communication sur la marque, association avec des blogueurs ou youtubeurs influents sont quelques actions à considérer. Surtout lorsqu’on sait que le visionnement d’une vidéo augmente la probabilité d’achat de 64%.



Faut-il vraiment se réjouir d’un monde où l’utilisation des nouvelles technologies se substitue au pouvoir de décision?


En conclusion, Google Canada recommande aux marques d’être les conseillères que les consommateurs attendent. Avis de clients, utilisation de la vidéo, optimisation des pages web ou encore stratégie de contenu devraient permettre aux marques d’atteindre ses objectifs. J'avoue cependant que ces chiffres ont de quoi laisser perplexe. Si nous n’avons pas de résistance à l’idée que les consommateurs puissent rechercher de l'information qui leur évite d’acheter un citron lorsqu’ils souhaitent magasiner une auto, ou de s’engager dans un mauvais prêt hypothécaire, par exemple, on peut tout de même s’interroger sur le libre arbitre du consommateur. Faut-il vraiment se réjouir d’un monde où l’utilisation des nouvelles technologies se substitue au pouvoir de décision? Cela laisse à réfléchir sur l’évolution du comportement d’achat à l’ère du «tout numérique». 

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.