La référence des professionnels
des communications et du design

Impact des campagnes électorales à venir: qui serons-nous dans 30 mois?

Alain Madgin Vice-président principal, Citoyen Optimum

Un billet d’Infopresse sur les affaires publiques… Mais que se passe-t-il de si important et pourquoi cela vous concerne-t-il, gens de communications-marketing? Si le lien ne vous apparaît pas si évident, vous n'êtes pas différents de la majorité de vos collègues.

Mais si je vous écris ces quelques lignes aujourd’hui, c’est que le domaine fascinant des affaires publiques représente, selon moi, l’art de conjuguer les communications et les relations publiques aux enjeux de nature politique.

Parce que des enjeux, il y en aura de plus en plus à gérer dans les prochaines années.

«vous savez autant que moi que la prévention et l’anticipation sont toujours la clé du succès.»

Si vous ne l’aviez peut-être pas encore constaté, les trois prochaines années seront teintées par des élections, aux trois paliers de gouvernements. «Pas encore!», diront certains.

«Enfin...», pourraient penser d’autres.

Eh oui! Cette année, en novembre, nous aurons droit aux élections municipales; puis, en octobre 2018, les élections québécoises et, finalement, en novembre 2019, des élections au fédéral.

Pour l’industrie de la consultation, c’est une terre fertile de prochains mandats, mais c’est aussi, et surtout, la perspective de l’éternel recommencement de contacts à renouveler ou avec lesquels renouer.

Et vous? Comment déciderez-vous de jongler avec la perspective d’élections dans les 30 prochains mois?  C’est une occasion de positionner vos clients et leurs organisations, puis de vous faire voir sous un nouvel angle, que ce soit auprès des décideurs que du grand public. Et s’il s’agissait de formidables et remarquables occasions de faire peau neuve, de consolider des liens avec vos clients et de démontrer que vous avez du «guts» en vous immisçant dans la sphère politique?

Pour vos clients, et pour toute organisation, il s’agit d’occasions à saisir. Pour les gens en relations publiques et en communication, vous pourrez régler plusieurs dossiers, positionner des enjeux jusqu’à maintenant sous le radar politique et même faire vos preuves. Il n’existe pas meilleur moment pour démontrer la valeur ajoutée des affaires publiques. C’est même l’occasion rêvée! Si vos clients ont l’habitude de frémir à l’idée de parler politique, et encore moins de s’immiscer dans les campagnes électorales, c’est un réflexe normal. En fait, «normal» parce qu’au Québec, ce n’est pas dans la mentalité des organisations de se faire voir et encore moins d’afficher leurs couleurs.

Mais lorsque les gouvernements ou les instances municipales prennent des décisions qui vont à l’encontre de leur industrie ou qui affectent leur rentabilité, là, ils sont prêts à sortir les grands sabots. Toutefois, chers collègues en communication, vous savez autant que moi que la prévention et l’anticipation sont toujours la clé du succès. Si les gouvernements vous connaissent d’ores et déjà, avant même d’être en situation problématique, ne croyez-vous pas qu’ils auront une oreille plus attentive à vos besoins?

Quelques exemples pour comment se préparer à ce marathon politique:

1. Suivez de près les campagnes en préparation, de manière à vous «coller» aux idées prônées et véhiculées par les instances politiques et les différents partis;

2. Soyez surtout prêts à ajuster vos stratégies et vos tactiques de communication en cours de route;

3. Faites-vous voir! Présentez vos idées par des campagnes s’adressant aux décideurs politiques et administratifs. Multipliez les approches, utilisez les plateformes disponibles, qu’elles soient de type traditionnel ou numérique, afin de positionner les organisations que vous représentez, puis activez les discussions!

«Il n’existe pas meilleur moment pour démontrer la valeur ajoutée des affaires publiques. C’est même l’occasion rêvée!»

Voici un exemple: lors de la dernière campagne électorale québécoise, les groupes et les acteurs-clés du secteur de l’environnement ont présenté dans le passé l’option de mettre en œuvre une consignation des bouteilles d’eau et autres contenants non consignés aux différents partis politiques. Bien que le projet ne soit toujours pas complété, le gouvernement en place a démontré sa volonté d'épauler cette démarche, et ainsi, il progresse et chemine avec le soutien de tous les partis!

En bref, prendre position pour un enjeu, c’est prendre le parti de vos affaires, de vos communications.

Enfin, et pour terminer, allons voter en grand nombre. C’est un privilège que bien d’autres n’ont pas ou n’ont tout simplement plus. Nous avons la chance de vivre en démocratie, profitons-en!

_

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

 

comments powered by Disqus