La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Voici les personnalités Infopresse 2018

Jean-François Côté: d'un district à l'autre

District M est passée de 0$ à 100 millions$ de revenus en cinq ans, entre autres soutenue par une première ronde de financement à hauteur de huit millions$ du Fonds de solidarité FTQ, en 2016. Avec quelque 10 milliards d'impressions par jour, l'entreprise spécialisée en programmatique, présidée par Jean-François Côté, a réussi à obtenir la confiance de marques comme Vacances Air Canada, Hyundai et Deloitte, d'éditeurs comme le quotidien New York Times, CBS et Bell, en plus de collaborations avec Amazon et Adobe.

Celui qui a cofondé cette société montréalaise spécialisée en publicité programmatique en 2012, juge que c’est d’abord grâce à une marque employeur forte que l’entreprise atteindra ses objectifs de croissance. Parce que malgré cette progression expéditive, Jean-François Côté compte bien doubler «revenus et effectif» au cours des deux prochaines années, pour atteindre 200 millions$ et quelque 170 employés. L'organisation, dont le siège social se trouve dans le quartier Mile-End, à Montréal, compte déjà des bureaux à Toronto, New York et San Diego.

Ce qui devait d’abord être une courroie de transmission pour aider les éditeurs à monétiser leur site web, est devenu un pont entre annonceurs et éditeurs.

Inspiré par la philosophie du hockey, sport que l’entrepreneur a pratiqué pendant plusieurs années, il mise sur une approche «give and take» pour responsabiliser les membres de son organisation, en plus d’entraîner ses chefs de file à l’empowerment personnel. Richard Branson de Virgin, Jeff Bezos d’Amazon ou Phil Knight de Nike, Jean-François Côté salue la prise de risques dans l’édification d’une organisation.

«Bien que les produits de qualité soient essentiels, j’ai besoin de gens de talent, motivés, qui ont envie de se développer à l’interne», dit-il, estimant que l’attraction et la rétention des employés constituent la clé de voûte d’une entreprise en santé. Pour y arriver, le président vise à offrir à son personnel un environnement «hyper stimulant». District M figure d’ailleurs au tableau des 100 meilleurs employeurs au Canada du quotidien Globe & Mail.

Jean-François Côté a goûté à l’univers des médias pour la première fois en 2006, quand le Groupe Pages jaunes, alors en période d’acquisitions, l’a extirpé de son poste de spécialiste en fusion et acquisition d’entreprises chez PricewaterhouseCoopers. Après un alinéa comme responsable des équipes de ventes et d’opérations, il a endossé, en 2009, la mise en marché de la division web des Pages jaunes. «Pour moi, le projet était un laboratoire. Je voulais assurément lancer ma propre entreprise.» 

Jean-François Côté compte bien doubler «revenus et effectif» au cours des deux prochaines années.

Ce qui devait d’abord être une courroie de transmission pour aider les éditeurs à monétiser leur site web est devenu un pont entre annonceurs et éditeurs. «District M est une entreprise de technologie qui permet aux annonceurs de mieux atteindre leurs utilisateurs et aux éditeurs de contenus de mieux monétiser leur achalandage internet.»

«Pour la première fois en 2017 aux États-Unis, la programmatique a connu une croissance plus élevée que la télévision»: Jean-François Côté croit que l’avenir de la publicité télévisée réside dans des offensives numériques ciblées qui aideront les producteurs de contenu à monétiser la diffusion avec les services par contournement ou la télévision connectée. Alors que la population se retourne toujours plus vers les plateformes de diffusion en continu et de visionnement en ligne, «les diffuseurs devront s’adapter à cette réalité».

Entre ciblage mathématique et créativité, la programmatique est un courant dominant qui occupera de plus en plus une place de choix dans la stratégie publicitaire globale, croit Jean-François Côté.