La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Quand la pluie dicte le prix d’une journée au spa

Balnea spa et réserve thermale propose maintenant un système d’achat de billet dont le prix fluctue selon divers critères comme le moment de l’année ou la journée de la semaine choisis pour une visite, ou encore la météo prévue. Véronique Messier explique les motivations de cette nouvelle tarification dynamique, qui emboîte le pas à celle déjà utilisée dans le monde de l’aviation et de l’hôtellerie.

Bon nombre d’adeptes de spa qui ont décidé d’aller se relaxer par un beau samedi ensoleillé ont déjà vécu l’expérience de devoir patienter dans une longue file d’attente à leur arrivée, derrière d’autres personnes qui avaient visiblement eu la même «bonne idée».

véronique messier

balnea

C’est notamment un de ces irritants que souhaitait régler la tarification dynamique proposée depuis juin par le Balnea. «Son premier objectif consistait à nous aider à mieux répartir et prévoir l’achalandage, et conséquemment à offrir une meilleure expérience», explique Véronique Messier, directrice de marketing au Balnea, réserve thermale et spa, située à Bromont.

Ainsi, si un client réserve son billet à l’avance en ligne à un moment qui est d’ordinaire moins populaire, il aura droit à un escompte pouvant parfois aller jusqu’à 50 %.

Un engagement, un rabais ou une garantie

Tout comme d’autres centres touristiques ou de villégiature, les week-ends sont bien évidemment plus occupés que la semaine et les jours de pluie se font plus tranquilles. «L’expérience en semaine est pourtant tellement différente, de même que lorsqu’il pleut, et c’est pourquoi on souhaitait mieux répartir le tout et faire aussi découvrir le spa autrement.»

D’ailleurs, la météo est l’un des principaux facteurs qui influencent la décision de visiter ou non un spa, selon les études menées par l’entreprise.

L’achat d’un billet à l’avance permet en outre de profiter d’un tarif préférentiel ou de garantir une place en période achalandée. 

Outre le prix qui fluctue, le système permet aussi de mieux gérer l’inventaire.

«On regarde notre calendrier quotidiennement ou chaque deux jours et on ajuste aussi les prix en fonction de l’inventaire: on offre par exemple un certain nombre de billets jusqu’à épuisement, après quoi, le tarif pour le même service redevient au prix régulier.»

Et si on a acheté notre billet à l’avance et qu’il pleut finalement, bénéficie-t-on de l’escompte offert à la dernière minute? «Non, malheureusement, admet-elle. Toutefois, si la tarification est un facteur important pour eux, ils l’utiliseront à leur avantage.»

Elle mentionne de plus que les consommateurs commencent à être familiers avec cette forme de tarification, déjà présente dans le milieu de l’hôtellerie et de l’aviation.

L’achat d’un billet à l’avance permet en outre de profiter d’un tarif préférentiel ou de garantir une place en période achalandée. En effet, auparavant, la seule façon de s’assurer une place pour la réserve thermale consistait à planifier un soin, mais une fois que la capacité de soins était atteinte, on tombait dans la logique du «premier arrivé, premier servi».

«Notre clientèle est principalement composée de Montréalais ou de personnes qui visitent les Cantons-de-l’Est, souligne-t-elle. On a été surpris de constater à quel point les gens étaient prêts à payer pour réserver leur moment de bien-être à une date précise, sans faire de file d’attente.»

Le Balnea a jusqu’à maintenant réussi son pari, voyant déjà après seulement trois mois le comportement de sa clientèle s’adapter. Les journées de pluie sont moins tranquilles et le roulement s’est amélioré durant les belles journées et les moments les plus achalandés, réduisant du même coup les temps d’attente.

Maximiser les conversions

La tarification dynamique visait aussi un autre objectif, celui de maximiser la conversion des investissements média du Balnea, qui se font majoritairement en ligne comme bien d’autres entreprises de nos jours.

«Avant le ebillet, la seule manière d’attirer la clientèle directement en ligne était par les cartes-cadeaux.»

«Avant le ebillet, la seule manière d’attirer la clientèle directement en ligne était par les cartes-cadeaux», mentionne Véronique Messier.

Fête des Mères, temps des fêtes… c’était donc limité à des occasions spéciales, et se faire un cadeau à soi-même était plus rare.

Maintenant, tous les moments sont propices à la conversion. «Si un mercredi soir, on sent qu’on a besoin de se relaxer le week-end après une dure semaine, on se réserve un moment et ce rendez-vous ne sera pas remplacé par d’autres activités qui finissent toujours par s’ajouter dans le quotidien, un brunch par-ci, le sport des enfants par-là.»

Elle ajoute également qu’il y a de fortes chances aussi qu’elle propage la «bonne nouvelle» au bureau, particulièrement si elle a vu sur le site en réservant un rabais au spa.

«Le ebillet joue sur l’impulsivité, mais on se rapproche en même temps du besoin du client, au moment il le ressent», souligne la directrice du marketing.

Cette innovation s’ajoute aux autres améliorations que le Balnea fait, toujours dans la perspective d’offrir une expérience optimale à la clientèle. «On a été les premiers dans le monde des spas à proposer de régler la facture – nourriture, soins, pourboire – seulement à la fin de la visite comme à l’hôtel, afin que dès leur arrivée, leur expérience de bien-être commence et qu’il n’ait plus rien à se soucier», donne-t-elle en exemple.

L’offre des Épisodes Balnea, soit la matinée au spa à un tarif réduit pour les gens trop occupés pour venir y passer une journée entière, était une autre initiative qui s’inscrivait dans cette même approche.

--

Photo: gracieuseté de Balnea