Développez vos compétences
et celles de vos équipes!
Accueil

    Le bon coup médiatique de mai: le bed-in

    Collaboration spéciale – Depuis sa réouverture en 2017, à la suite de transformations majeures, l’hôtel Fairmont Le Reine-Élizabeth, l’un des hôtels les plus connus au Canada, mise à fond sur son positionnement «vintage revisité». Analyse des retombées de sa récente initiative célébrant les 50 ans du bed-in de John Lennon et Yoko Ono.
     

    Alors que l'hôtel mise sur son histoire et son nouveau positionnement «vintage revisité», recréer la célèbre chambre 1742 – disparue au fil du temps – dans laquelle John Lennon et Yoko Ono ont tenu leur bed-in au rayonnement planétaire, en 1969, allait dans la logique des choses.

    le Bed-In a généré 588 retombées dans les médias traditionnels, et énormément dans les médias sociaux, au bénéfice de la marque Reine-Élizabeth

    C’EST SURTOUT À LA RADIO ET À LA TÉLÉVISION QU’IL A ÉTÉ QUESTION DU BED-IN DE 2019.

    SOURCE : CISION

    il y a eu deux moments plus importants dans la couverture médiatique : lors de l’annonce et le dimanche 26 mai, jour de la commémoration. SOURCE: cision

    Sur Instagram, avec à peine plus de 200 mentions « J’aime » et un seul commentaire, les Baby-Boomers ne donnent pas l’impression qu’ils se sont réappropriés le 50e anniversaire de l’inoubliable Bed-In

    Cette vidéo présente la chambre 1742 telle qu’elle a été recréée. Mais, avec moins de 400 mentions « J’aime », on ne peut pas parler d’un succès viral… Aussi, le #Bedin50 n’a été utilisé qu’une centaine de fois – ce qui est très peu pour un événement de cette ampleur.

    Mesure Média a déterminé les gains de réputation de deux retombées:

    * The National, CBC Réseau, 26 mai 2019. Plusieurs variables sont positives, dont le ton et les images du reportage. Gain de réputation de 17 792 $ pour Fairmont Le Reine-Élizabeth;

    Le Bed-In de John et Yoko célébré , 1er mai 2019. Toutes les variables sont favorables, dont celles-ci : le titre, la photo, la clarté des propos de la porte-parole Geneviève Borne. Écart favorable de 110 % pour Fairmont Le Reine-Élizabeth.

     

    source: journa de montréal

    La modération a bien meilleur goût

    D’abord un slogan de la SAQ avant d’être cédé à l’organisme Éduc’alcool, « La modération a bien meilleur goût » devrait être l’un des réflexes des communicateurs lorsqu’ils déterminent leurs stratégies et plans d’action.

    C’est ce qu’ont réussi les gestionnaires de la marque Reine-Élizabeth : créer un événement autour de prénoms et de chiffres – John, Yoko, 50, 1742 – sans donner l’impression de tirer la couverture du lit.

    Des plus et des moins…

    Le choix de la porte-parole Geneviève Borne – fan finie du couple – était approprié. De toute évidence, elle a contribué à maximiser la couverture médiatique en quantité et en qualité.

    Malheureusement – sans doute pour une question de gros sous, et non par manque de créativité – il y a eu au moins deux absents de taille dans cette campagne de visibilité : la chanson « Give Peace A Chance » n’a pas été pas utilisée, et Yoko Ono n’est pas venue à Montréal; elle n’a pas même pas partagé la commémoration sur ses propres médias sociaux…

    Dans le cas du Bed-In, les résultats obtenus nous permettent de déduire que l’équipe des communications du Fairmont Le Reine-Élizabeth a sans doute misé sur une opération de presse visant les médias traditionnels – davantage consultés par les nostalgiques de l’événement, qui pourraient éventuellement devenir clients – que sur les médias sociaux, sans toutefois mettre ces derniers à l’écart.

    --

    Un texte de Pierre Gince, ARP, président de Mesure Média et de Direction Communications stratégiques.

    Chaque mois, Mesure Média présente le gain de réputation (ou le déficit) enregistré par une marque, une organisation ou une personnalité.

    Note: Après avoir tenu compte du coût publicitaire avant négociation d’une retombée de presse, différentes variables d’analyse sont évaluées afin d’établir le gain ou le déficit de réputation de la retombée. Le gain ou le déficit de réputation (en dollars) d’une retombée est calculé à partir de plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs pondérés, dont le traitement journalistique accordé au message ainsi que les aspects graphiques et visuels.