La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

IGA anime des tatous temporaires pour la Fondation Charles-Bruneau

SÉLECTION JUIN 2019 – Pierre Bruneau se faire tatouer? C’est ce qu’ont réussi à faire croire à la population IGA et Sid Lee avec leur dernière offensive pour la Fondation Charles-Bruneau. Il ne s’agissait en réalité que de tatouages animés en réalité augmentée, une façon originale de plaire aux enfants tout en amassant des dons.

Le mandat

Partenaire de longue date de la Fondation Charles-Bruneau, IGA voulait renouveler sa façon de solliciter des dons. «Chaque année, nos clients sont extrêmement généreux et, cette année, on souhaitait leur donner une raison de plus de l’être», explique Nancy Champagne, directrice marketing de Sobeys. 

IGA et son agence Sid Lee voulaient donc amasser un maximum d’argent pour la recherche contre le cancer d’une façon positive tout en encourageant les enfants dans leur combat contre la maladie. 

L'insight

«On a cherché une façon de financer la Fondation avec un message positif, qui ne jouerait surtout pas la carte de la pitié et que l’ensemble de la population pourrait s’approprier.»

«Les enfants atteints de cancer passent à travers tellement d’épreuves. Ce sont de vrais durs à cuire, raconte Julie Desrochers, directrice de création de Sid Lee. On voulait leur rendre hommage et les encourager, mais on s’est aussi donné le défi de les faire rire. On a cherché une façon de financer la Fondation avec un message positif, qui ne jouerait surtout pas la carte de la pitié et que l’ensemble de la population pourrait s’approprier.»

De là sont nés les tatouages des durs à cuire, des tatouages temporaires animés en réalité augmentée avec la technologie AR de Facebook. Cinq modèles différents ont été créés: un sushi, deux brocolis, un cookie et une patate chantante, développée avec la participation des Denis Drolet. Un message d’encouragement est apposé à chaque tatouage et, lorsqu’on les survole avec un téléphone, ils prennent vie.

Le défi créatif consistait à créer un objet d’une grande valeur au plus faible coût possible, afin qu’un maximum d’argent aille à la fondation. «C’est pourquoi nous avons opté pour la réalité augmentée récemment intégrée à Facebook, évitant ainsi de développer une application à grands frais, précise-t-elle. Mieux encore, en utilisant une application avec laquelle tout le monde était familier, on réduisait les freins à l’utilisation.»

La directrice de création souligne en effet que plusieurs éléments en réalité augmentée tombaient souvent à plat parce que les gens avaient trop d’efforts à faire pour les activer. En utilisant l'outil intégré à Facebook, rien ne devait ainsi être téléchargé.

Le déploiement

Pour faire la promotion de l’initiative, un message de lancement a été créé avec Pierre Bruneau qui se fait tatouer. «En tant que chef d’antenne, ce dernier se garde généralement un devoir de réserve et n’a pas l’habitude d’apparaître dans des publicités et encore moins de fréquenter les salons de tatouages, souligne Julie Desrochers. Il s'est toutefois laissé charmer par l'idée et a accepté de se prêter au jeu.»

«On a généré de l’anticipation en diffusant des photos de Pierre Bruneau dans le salon de tatouage sur Instagram. Les gens ont vraiment mordu.»

«On a généré de l’anticipation en diffusant des photos de Pierre Bruneau dans le salon de tatouage sur Instagram, explique Jocelyn Goyer, directeur artistique de Sid Lee. Ça a été repris par toutes sortes de sites et les gens ont vraiment mordu. On a ensuite officiellement lancé la campagne avec des entrevues à Sucré Salé et à Salut Bonjour

En effet, Québecor a agi à titre de partenaire média de l’initiative, qui est par ailleurs grand partenaire de la Fondation. «Le fait d’avoir une idée neuve avec une grande valeur conversationnelle nous a permis de nous intégrer facilement à l’intérieur de leurs émissions, générant ainsi une belle visibilité dès le lancement», soutient Julie Desrochers.

La vidéo est accompagnée d’une campagne complète visant à mousser la vente des tatouages en épicerie: vidéos, radio, imprimé, affichage, bannières web et PLV. 

Les tatouages étaient en vente jusqu’au 12 juin au coût de 2$ chacun en épicerie et sur dursacuire.ca.

 

Annonceur: Sobeys — IGA: Carl Pichette, Nancy Champagne, Alexandra Monti Marlène Papineau.

Agence: Sid Lee
Direction de création exécutive: Alex Bernier
Direction de création: Julie Desrochers
Équipe de création: Jocelyn Goyer, Etienne Théberge, Julien Roub-Charland, Benjamin Lamingo, Krissi Campbell et Christopher Jones.

Équipe service-conseil: Brian Feeny, Catherine Lussier, Catherine Savoie et Jenny Pham
Stratégie: Manuel Gobeil-Leblanc et Odile Archambault
Sid Lee
CRM: Camille Fortier-Jordan, Charlotte Barrière et François-Xavier Cyr

Média: Québecor et Carat

Production: Sarah Longpré, Marie-Soleil Patry, Marie-Ève Lévesque.
Post-production - Sid Lee Studio: Olivier Valiquette, David Leclerc, Isabelle Vouligny, Fredérick Aumont et Béatrice Tremblay
Production numérique – Sid Lee : Guillaume Raymond, Jonathan Brulé, Alex Pilon et Caroline Royer

Réalisation et direction photo: Thomas Soto
Montage: Laurent Bernier, Carl Munger
Audio: BLVD — Olivier Rivard
Musique: Denis Drolet

 

----

Chaque mois, Infopresse, en partenariat avec CBC Radio-Canada Solutions Média, présente une sélection éditoriale de ce qu’il se fait de mieux en publicité, en numérique, en média et en design.

Envoyez-nous vos réalisations pour la sélection de projets du mois à l'adresse suivante: selection@infopresse.com