Développez vos compétences
et celles de vos équipes!
Accueil

    «Le concours Lux illustre la créativité au Québec»

    Présidés par Sophie Banford, associée, éditrice et directrice générale de KO Média et KO Éditions, deux jurys ont pris part aux délibérations du concours Lux pour récompenser le meilleur de l'illustration et de la photographie. Retour sur la 21e édition.

    Pour cette 21e édition, qu’aviez-vous envie de récompenser?

    À une époque où chacun peut créer des images, où les appareils sont de plus en plus performants et où les outils pour les sublimer se multiplient, les photos et les illustrations que nous souhaitions récompenser devaient faire preuve d’une grande maîtrise du médium. Elles devaient également solliciter à la fois la tête et le cœur… Ce sont des images qui ont un point de vue différent sur le monde, qui nous font réfléchir, mais aussi celles qui racontent une histoire et qui nous touchent. Nous avons été particulièrement attentifs au sens des images. Ces dernières devaient avoir un contenu à transmettre, ne pas être uniquement intellectuelles ou émotives mais une combinaison des deux.

    Comment se sont déroulées les discussions avec le jury?

    Les discussions ont donné lieu à des échanges de points de vue intéressants qui en ont fait bouger certains de leurs positions initiales. Il y avait un grand respect des œuvres et une totale unanimité sur les pièces les plus fortes. Les argumentations ont été très pertinentes. Les discours autour de la table ont été intelligents et sensibles. J’ai constaté une vraie réflexion de la part de tous les membres du jury. Chacun s’est grandement investi dans l’étude et le choix des lauréats.

    «Une multitude de personnalités et une grande créativité»

    Dans l’ensemble, il n’y avait pas de ligne directrice et d’uniformité dans les projets que nous avons évalués. Au contraire, nous avons remarqué une incroyable variété des photos et des illustrations, témoignant d’une multitude de personnalités et d’une grande créativité. Il y a beaucoup de talents au Québec, et ce concours nous en a donné un bel aperçu.

    Pour conclure, comment aimeriez-vous voir la photo et l’illustration prendre leur place dans les médias et le marketing dans les années à venir?

    Je suis une amoureuse de la photo en général et je suis bien servie par l’époque dans laquelle nous vivons où les images abondent. Nous nous servons de plus en plus de la photo pour communiquer sur toutes les plateformes. Elle remplace souvent les mots, car l’attention des lecteurs et des consommateurs est de plus en plus difficile à capter. Souvent, cela se passe en deux étapes: d’abord notre attention est captée par la beauté ou la couleur d’une image, puis cette dernière nous invite à la regarder plus en détails, à réfléchir sur son sens. Le discours d’une image est très riche, comme le montre les Prix Lux. Cette année, nous avons vu des œuvres extraordinaires et surtout très efficaces, notamment en publicité.

    --

    Pour connaître les 100 projets primés cette année, cliquez ici.

    Sophie Banford cumule plus de 15 ans d’expérience dans l’édition et plus spécifiquement, dans les magazines féminins québécois. Au fil des années, elle a porté les chapeaux de rédactrice en chef, de directrice de contenus et d’éditrice pour de nombreuses publications de premier plan, dont Châtelaine, Loulou, Clin d’œil, Moi&cie et Signé M. Elle a fait le saut chez KO Média en 2015 où elle agit à titre de directrice générale. Elle occupe également la fonction d'éditrice pour les magazines Vérodi Stasio, K pour Katrine, Édition Papier ainsi que toutes les autres publications de KO Éditions

    Elle a aussi été choisie Personnalité Infopresse 2018.