La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Personnalités particulières au travail: quoi faire?

Gestionnaires, conseillers en ressources humaines, patrons et employés risquent tous un jour ou l’autre de devoir composer avec un employé à la personnalité particulière. Alors que leur présence peut perturber un milieu de travail et exaspérer un patron, il est toutefois possible d’apprendre à collaborer avec eux en sachant les identifier à temps.

monique bessette

psychologue

Dans le livre Les personnalités particulières au travail: comment les superviser et collaborer efficacement avec elles, Monique Bessette, psychologue, et Marie-Christine Gran, travailleuse sociale et psychothérapeute, proposent une méthode de communication et d’intervention unique à ce type de personne.

Qu'est-ce qu'une personnalité particulière?

Il y a différents profils, mais on peut identifier certains traits communs. Une personnalité particulière (PP) a énormément de difficulté avec la gestion de ses émotions. C’est une personne très sensible, qui a peu de résistance au stress et au changement. Très vite, elle a peur «de ne pas y arriver», car elle a une faible estime d’elle-même. Et elle le cache derrière de l’arrogance et le défi de l’autorité.

Plus de 14% de la population aurait une personnalité particulière*.

Ce qui est particulier, c’est que ce sont souvent des gens très attachants. Ils sont perfectionnistes au travail, ayant besoin de se sentir bons et appréciés. Ils ne se rendent pas compte des conséquences négatives qu’ils génèrent autour d’eux. C’est d’ailleurs souvent involontaire.

Marie-Christine Gran

travailleuse sociale et psychotérapeute

Comment les reconnaître?

Les PP sont souvent charmantes et séductrices au moment de l’embauche et dans les premiers mois suivants leur arrivée. Mais quand on connait les points clés, on peut les reconnaitre vite. Par exemple, ce sont des gens qui feront douter rapidement les gestionnaires, qui, de leur côté, ne sauront plus comment intervenir avec leurs employés. On reconnait aussi les PP par leurs sautes d’humeur fréquentes, leur propension aux conflits et leur rejet de la hiérarchie. Elles vont avoir tendance à s’approprier le crédit des réalisations d’autrui, comme la PP de style narcissique.

Les PP sont souvent charmantes et séductrices au moment de l’embauche.

Il existe donc différents types de personnalités particulières?

Tout n’est pas noir ou blanc, mais nous avons identifié 3 styles de PP: des narcissiques flamboyants, des narcissiques de placard et des personnalités particulières de style infantile. Les narcissiques prennent le rôle de leader et font sentir les autres comme des incompétents. Les infantiles demandent toujours d’être pris en charge et agissent en «démunis». Encore une fois, il y a des similitudes, mais aussi des traits distincts et le gestionnaire ne doit pas intervenir de la même façon selon le type de PP auquel il fait face.

Pourquoi est-il important de les identifier?

Pour établir des relations plus normales et harmonieuses! Les PP peuvent causer d’importants conflits de travail et prendre des congés de maladie à répétition. Cela peut affecter la productivité d’une équipe et exaspérer les employés et les gestionnaires. Il est essentiel de gérer rapidement cette personne aux émotions négatives intenses pour éviter que cela ne se diffuse dans le reste de l’équipe et affecte même les objectifs d’affaires.

Il est essentiel de gérer rapidement cette personne aux émotions négatives intenses pour éviter que cela ne se diffuse dans le reste de l’équipe.

Plusieurs gestionnaires sont pris dans ce qu’on appelle «la contagion émotionnelle» et sont happés par les émotions négatives du PP, qu’ils ressentent également. Ils ne savent pas quoi faire et vont le surprotéger ou s’exaspérer. Certains gestionnaires font de l’insomnie, ils deviennent stressés et désemparés. Ils ont besoin de sortir de la contagion émotionnelle, pour comprendre la dynamique et apaiser leurs propres émotions pour mieux intervenir. Comme dans tout, si on agit plus tôt, c’est plus facile à faire…

Comment un gestionnaire peut-il améliorer la relation de cette personne avec le reste de son équipe?

Ce qui fonctionne avec la population en général est inefficace avec les PP. Certaines interventions doivent être évitées et d’autres encouragées. Par ailleurs, nous avons pris les techniques de communication connues et les avons adaptées en milieu de travail, à ce type de personne. En résumé, pour un gestionnaire, il faut surtout apprendre à bien connaître la PP; sortir de la contagion émotionnelle; retrouver son empathie et, surtout, intervenir en se basant sur les faits. Des techniques qui s’apprennent et qui peuvent être très efficaces lorsqu’elles sont appliquées adéquatement et au bon moment.  

--

Lancé ce printemps, le livre Les personnalités particulières au travail: comment les superviser et collaborer efficacement avec elles, de Monique Bessette, psychologue, et Marie-Christine Gran, travailleuse sociale et psychothérapeute, est publié aux éditions de L’homme.

* Institut national de santé publique du Québec (2015). Surveillance des troubles de la personnalité au Québec: prévalence, mortalité et profil d’utilisation des services / Gouvernement du Québec