La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Une version scénique déjantée de Whack World en festival

SÉLECTION MAI 2019 – Pari gagné pour le studio Gentilhomme qui a réussi à transposer l'esthétique grotesque, étrange et absurde du mini-film album Whack World de l'artiste hip-hop Tierra Whack à son spectacle du célèbre festival Coachella.

Le mandat

Après le succès de son premier album Whack World, dont Gentilhomme a réalisé le mini-film album, l'artiste hip-hop Tierra Whack a de nouveau fait appel au studio pour pousser l’expérience plus loin en festival et connecter davantage avec l'audience.

L'insight

L'un des principaux défis après le projet vidéo de Whack World était de produire du contenu visuel aussi percutant, insolite et grotesque que celui qui avait été créé pour le mini-film, mais dans le contexte d'un spectacle de 40 minutes.

«Nous voulions continuer à surprendre le public de Tierra, exigeant et habitué aux propositions originales qui ont toujours étés développées pour l'artiste, sans se répéter créativement», souligne Mathieu Léger, directeur artistique et concepteur chez Gentilhomme.

«Nous voulions continuer à surprendre le public de Tierra, exigeant et habitué aux propositions originales qui ont toujours étés développées pour l'artiste.»

La direction initiale de création du spectacle reposait sur le prolongement des expérimentations et sur le jeu avec l'image et le corps de l'artiste. «Nous ne voulions cependant pas utiliser le médium vidéo et être contraints par la logistique qu'implique un tournage, explique-t-il. Pour cette raison, nous avons décidé de scanner entièrement Tierra en 3D grâce à la technique de la photogrammétrie.»

Ce procédé leur a permis d'obtenir un modèle anatomique très réaliste qui leur offrait une totale liberté d'expérimentations créatives et formelles sur celui-ci, afin de produire un nombre important de séries de boucles d'images en mouvement.

L'équipe a pu alors gonfler ou dégonfler son visage et son corps comme un ballon, l'étirer, la compresser, la tordre... ou bien encore lui faire faire toutes sortes de mouvements insolites en utilisant des séquences d'animations qui réagissaient plus ou moins bizarrement avec le modèle, afin d'accentuer cette impression de grotesque étrange.

«Nous voulions proposer des tableaux interactifs durant le spectacle afin de créer encore plus de connexion et d'échange entre le public et l'artiste, ajoute-t-il. Le modèle tridimensionnel de Tierra nous a également servi de terrain de jeu expérimental pour développer et programmer des technologies interactives en 3D.»

Ainsi la représentation en volume du visage de Tierra pouvait changer de couleur, de texture, d'éclairage. Il pouvait également subir toutes sortes de déformations qui réagissaient en fonction des sons produits à la fois par le rythme, la basse et la mélodie des différents morceaux musicaux, mais aussi par les variations et les différentes intensités de la voix, ou encore des cris du public.

Le déploiement

Pour concevoir les éléments scénographiques et le stylisme, l'équipe a voulu conserver les côtés tangible, coloré, étrange et crafty, qui était très présents dans le mini-film Whack World. «On a créé et fait fabriquer deux énormes créatures bizarres au regard inquiet, recouvertes de dégradés de couleurs fluorescentes, en références à l'esthétique un peu glauque des vieilles émissions télévisées pour enfants des années 70-80, mais sous acide... », raconte Mathieu Léger.

Les costumes pour les spectacles des deux week-ends à Coachella ont été réalisés par la styliste Shirley Kurata. Elle a créé pour l'occasion une robe entièrement gonflable.

Des ventilateurs permettaient de gonfler la robe de Tierra, qui se métamorphosait alors elle-même en créature.

Pendant le spectacle, deux ventilateurs cachés à l'intérieur de la robe étaient déclenchés à l'aide de télécommandes. Ils permettaient de gonfler la robe de Tierra, qui se métamorphosait alors elle-même en créature. Son corps se transformait ainsi physiquement, en rappelant les déformations subies par son avatar en 3D dans le contenu visuel des écrans.

Le projet a duré deux mois, de la conception à la production jusqu'à l'intégration. La répétition avec l'artiste et son équipe s'est échelonnée sur deux jours à Los Angeles.  «Un mois avant les spectacles de Tierra à Coachella, notre studio avait déjà signé la direction de création, le design scénique et la création de contenu vidéo du premier spectacle télé de Tierra lors de son passage à l'émission américaine en direct de Jimmy Kimmell show

--

Direction créative: Thibaut Duverneix
Production exécutive: Sophie Bisson
Direction artistique: Mathieu Léger
Performance vidéo: Josselin Bey
Performance interactive: Marouane Shabi
Direction multimédia: Amélie Petit Jean
Production: Frédérique St-Pierre, Marie-Lou Bouchard
Technologie créative: Francois de L'Isle, Étienne Garon-Vincent, Marouane Shabi
3D: Étienne Garon-Vincent, Jérôme Routhier, Simon Bradfer
Design: Renée Lamothe
Gestion de projets: Lucie Brillouet
Fabrication Props: Joshua Stricklin
Scan 3D: The Scan Truck