La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Hommage à François Duffar, Jean-Jacques Stréliski et Pierre Lalande

Le Temple de la renommée de l’A2C célèbre chaque année de grands visionnaires qui ont marqué l'industrie. Les trois récipiendaires 2019  – qui seront intronisés officiellement à l'occasion de l'événement Les grandes entrevues tenu le 7 mai prochain  – ont été honorés lors de la remise des prix Créa 2019. 

Mathieu Bouillon, concepteur-rédacteur, a présenté François Duffar, aujourd'hui président de Navilon:

franÇois duffar

le bâtisseur

«Pour les citoyens français de cette salle, de plus en plus nombreux dans notre industrie, sachez que notre premier lauréat fut précurseur arrivant de France en 1966. Il est alors journaliste, puis devient responsable gouvernemental des visites d’états pour l’Expo universelle de 67. Son sens de la communication et de la stratégie politique le téléporte chef de cabinet de feu Jean-Paul L’Allier, ministre des Communications du Québec, avec qui il a déjà fondé l'Office franco-québécois pour la jeunesse. C’est alors qu’il remarque le talent et l’entrepreneurship d’une fringante firme de Québec : Cossette. Il propose de piloter à sa charge son équivalent montréalais. Il arpente l’autoroute 20 Montréal-Québec puisque son département de création demeure d’abord dans la vieille capitale. Sa résilience, son sens inné de l’organisation et son flair du talent lui permettront de bâtir et structurer Cossette Montréal. On consolidera tout ça en un groupe dont il deviendra à terme le président. En 1991, Cossette devient la plus grande agence de publicité au Canada. Véritable pied de nez aux grands réseaux internationaux. En fait, le réseau, c’est lui. Il fréquente les Bernach, Jes Boulet, Dru, Levy et compagnie. Il connait les grands patrons d’ici et d’ailleurs dont il demeure un appui contre vents et marées. Il a pour adage: trouver les hommes, ils auront les idées.  Et il a le talent de les repérer, pour preuve: les Simard, les Ostiguy, les Rabinowicz, les Lavoie, les Stréliski. Encore aujourd’hui il prodigue généreusement ses conseils aux créateurs et entrepreneurs qu’il continue de rencontrer assidûment. Parlez-en à Xavier Dolan.»

Anne-Claude Chénier, vice-présidente, création publicitaire, a raconté l'histoire de Jean-Jacques Stréliski, actuel professeur à HEC Montréal:

jean-jacques stréliski

le phare

«Adepte de l’Hexagone, notre second lauréat est aussi un expatrié. Il débarque en 1974 avec sa famille. Un stage de coopération fin des années 70 lui avait donné la piqûre du Québec. PNMD l’accueille, puis Cossette en 1977, où il devient grand patron de création. As de la formule, magicien des mots, il parraine d’abord les campagnes «Tchicatchic Tang Tang Tang», «Je bois mon lait comme ça me plaît», puis chez Cossette «J’ai attrapé le Chnac» pour Renault. Parlons d’argent pour Desjardins, «L’efficacité passe par Bell» et le fameux J’M de McDonalds. Il migre ensuite chez BCP, PNMD/BBDO, Taxi et Publicis où il demeure un abonné des Coqs, des Créas, des Clio, des Extras. Tribun comme il ne s’en fait plus, il n’a jamais manqué de tribunes. Les médias lui en ont offert plus d’une. Il nous explique la pub, la sociologie et l’ère du temps. Un des initiateurs du DESS en communication des HEC, il y enseigne et renseigne l’industrie depuis 15 ans. Il est devenu récemment responsable du programme. Il continue de s’intéresser à l’innovation et au changement. Ce qui ne change pas, c’est son goût de partager, et de nous éclairer.»

Juliette Gosselin, réalisatrice et comédienne, a fait découvrir Pierre Lalande:

pierre lalande

L'allié

«Mordus de la France… ben tant pis pour vous:  Celui-ci est originaire de chez nous. "Lui y connaît ça" pourrait-on dire en parlant du 3e lauréat – il a d’ailleurs été l’un des artisans de cette mythique campagne de Labatt dans les années 70. Son parcours en agence pendant près de 20 ans le rend sensible au besoin d’une maison de production dédiée à la publicité. Il fonde Cinélande en 84. André Viau se joint à lui l’année suivante. Les réalisateurs affluent en pleine confiance: Binamé, Simoneau, Lauzon, Lanctôt, Vallée et Villeneuve. Il a toujours eu une grande croyance dans le talent tant des réalisateurs que des réalisatrices.  Et aujourd’hui cette vision se poursuit avec les Nguyen, Ravon, Asselin, Charbonneau et plusieurs autres jeunes réalisateurs, réalisatrices qui sont représentés au sein des 4 entités du groupe. L’aventure a manifestement du souffle. C’est grâce à la vision de notre homme qui installe sa relève très tôt: Alex Sliman, Johanne Joliat, Sylvie Dubé qui seront suivis par Stéphanie Lord, Philippe Lalande, Nick Jolicoeur et Jérôme Couture. Pérennité oblige, il a aussi su se doter d’infrastructures de tournage et de production qui rendent sa créature autonome, et qui la rend encore plus pertinente aujourd’hui. Et n’allez pas croire que l’homme s’est emmuré dans son Cinélande puisqu’on le voit s’impliquer au Mondial de la publicité francophone, au PCM, aux HEC et à l’AAPQ afin d’affiner le métier, et de faire bénéficier notre industrie de toute sa compétence.»

--

Pour assister aux Grandes entrevues avec ces visionnaires de l'industrie le 7 mai prochain chez Cinélande à Montréal, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le Temple de la renommée, cliquez ici.