La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Indice Ipsos-Infopresse: Hydro-Québec en 3e place, juste derrière Google et Facebook

Dévoilé à l’occasion du RDV Marketing, l’indice Ipsos-Infopresse 2019 présente le palmarès des 100 marques ayant le plus d'influence auprès des Québécois. Google trône une fois de plus au sommet, suivie de Facebook, mais Hydro-Québec arrive à égalité avec Amazon en 3e place, devant Walmart et Apple.

Google, bonne première

Le secret de Google? La marque simplifie la vie des gens. Elle est présente dans le quotidien, tant sous forme numérique avec ses multiples plateformes et applications mobiles, que physiquement avec Google Home, ses téléphones intelligents et ses ordinateurs portables. De plus, contrairement à Facebook, Google n’a pas été aussi directement affectée par les enjeux de protection des données personnelles. Du moins jusqu’ici.

Le second rang est toujours occupé par Facebook, mais la marque est désormais talonnée de près par ses poursuivantes, affectée par un déséquilibre grandissant dans sa recette d’influence. La plateforme sociale demeure influente en raison de son avant-gardisme et du niveau d’interaction avec ses usagers, mais elle souffre d’un déficit marqué en ce qui a trait à la confiance et à la citoyenneté corporative.

Les scandales des deux dernières années affectent négativement son image, mais grâce à son rôle unique dans la vie des gens, elle demeure influente et utilisée. Le message est toutefois clair: Facebook est sous haute surveillance et sa valeur pourrait en pâtir si la perte de confiance devait se poursuivre au cours des années à venir.

Amazon et Hydro-Québec au coude-à-coude

Hydro-Québec se retrouve à égalité parfaite en troisième place avec Amazon, devant Walmart et Apple, tout juste derrière Facebook, qui est maintenant à sa portée. Pour Hydro-Québec — marque québécoise la plus influente l’an dernier également —, c’est une question de confiance et de citoyenneté corporative. Elle devance Maxi (10), Desjardins (12) et IGA (14).

Cliquez sur ce lien pour une version plein écran du tableau ci-haut.

 

Hydro-Québec performe exceptionnellement bien chez les boomers, auprès de qui elle se classe au second rang. Mais c’est son rendement auprès des milléniaux, chez qui elle arrive au huitième rang, qui semble particulièrement remarquable. Cette génération n’a pas vécu les grands chantiers historiques qui ont fait la fierté des générations précédentes, ce qui démontre que la marque a su bâtir de nouvelles assises auprès des jeunes.

Pour sa part, Amazon continue de grimper rapidement: apparu dans le top 10 l’an dernier au 7e rang, le site de e-commerce occupe maintenant la troisième place du palmarès. Ce qui fait sa force? L’avant-gardisme, la confiance et l’engagement.

Cette hausse d’influence se fait d’ailleurs sentir partout dans le monde. Amazon occupe de plus en plus de place dans la vie des gens, étant maintenant beaucoup plus qu’un simple site Internet. À la manière de Google, l’entreprise accroit rapidement sa présence physique, dorénavant présente dans les chaumières via Alexa ou Amazon Prime. Et avec l’arrivée prochaine de magasins Amazon dans les grandes villes canadiennes, son influence devrait continuer à croître au cours des prochaines années.

Abonnée de longue date aux plus hauts échelons de notre classement, Apple se retrouve pour la première fois à l’extérieur du top 5 cette année. Au-delà des résultats de vente décevants au cours des derniers mois, il semble que la marque soit en perte de vitesse auprès des consommateurs, tout particulièrement auprès des hommes, chez qui elle se classe au 22e rang. Dans un marché ou les compétiteurs sont de plus en plus nombreux et de plus en plus innovants, est-ce qu’une marque comme Apple, dont l’influence repose depuis (trop?) longtemps sur son statut d’innovateur par excellence, arrive à la croisée des chemins? Ou s’agit-il d’un ralentissement temporaire?

La leçon Tesla

La situation de Tesla est fascinante, surtout quand on la compare avec une marque comme Facebook, qui a aussi eu une très mauvaise année en terme de couverture médiatique. Alors que Facebook a réussi à se maintenir au second rang sur la force de sa relation avec ses utilisateurs, Tesla a chuté de façon draconienne au classement. Les déboires d’Elon Musk ont fait passer la marque du 60e rang l’an dernier au 86e rang cette année.

Malgré le positionnement peu accessible de la marque, Tesla avait pourtant su marquer l’imaginaire par le passé grâce à ses valeurs semblables à celles de nombreux Québécois : la protection de l’environnement et la recherche de solutions et d’innovations servant à faire avancer la société.

Cette baisse marquée dans le classement démontre bien l’importance pour une marque d’établir des assises solides afin de mieux résister aux mauvaises nouvelles. Il sera très intéressant de voir si Tesla parviendra à inverser cette tendance l’an prochain. Est-ce que l’arrivée de nouveaux modèles plus abordables permettra à la marque de renforcer son image auprès de la population et d'établir des piliers plus solides pour l’avenir ?

--

Ce texte, signé Sébastien Dallaire, directeur général d'Ipsos au Québec, est tiré du Guide annuel Infopresse 2019.

Méthodologie: L’étude Ipsos-Infopresse permet de créer un indice d’influence des marques et de le monitorer dans le temps. Il a non seulement pour but de mesurer leur influence auprès des Québécois, mais surtout d’en comprendre les sources. Un échantillon de 2000 Québécois, âgés de 18 ans et plus ont participé à cette étude par le biais d'un sondage en ligne, tenu en février 2019. Parmi celles-ci, onze variables définissent l’influence des marques. Les autres variables étudiées, à la suite d’analyses statistiques, ont permis d’établir cinq piliers comme étant des déterminants de l’influence: l’engagement, la confiance, la présence, l’innovation et la responsabilité sociale.