La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Faut-il rendre l’IA moins «artificielle»?

80% des expériences numériques utilisant l'IA seraient inutiles, selon Jonathan Rouxel, qui investit maintenant le monde de l'intelligence artificielle avec la start-up Prologue.ai après deux décennies en publicité. La raison selon lui: elles sont déconnectées des émotions.

jonathan rouxel

cofondateur, prologue.ai

 «Selon une étude de Forrester de 2018, 56% des dirigeants marketing d’agences et d’entreprises croient que l'IA aura un impact significatif sur la façon dont nous planifions et concevons les interactions client et 36% prévoient augmenter les dépenses consacrées aux expériences numériques d’IA en 2019», raconte Jonathan Rouxel, cofondateur et directeur de création de Prologue.ai, une start-up qu’il a mis sur pied avec le scientifique Edouard Ferron Mallett et qui vise à créer des expériences numériques d’IA pour les marques par le déploiement de solutions utiles et divertissantes. 

Edouard Ferron Mallett

cofondateur, prologue.ai

L’étude ajoute que 57% des dirigeants envisagent de carrément lancer leurs premières initiatives d'IA en 2019. Or, celles-ci se résument encore généralement à l’intelligence d’affaires et l’optimisation des processus.

Intentions contre réalité

«Les technologies d'intelligence artificielle orientées consommateurs manquent beaucoup de créativité et de pertinence, dit Jonathan Rouxel. Si on ne fait pas attention, on va revivre le même cycle qu’avec les applications.»

57% de dirigeants marketing envisagent de  lancer leurs premières initiatives d'IA en 2019.

Lorsque ces dernières ont vu le jour, on a effectivement assisté à des investissements massifs pour se rendre compte au bout d’un moment que dans bien des cas, elles étaient souvent peu utilisées, soutient-il, leur utilité et leur potentiel de divertissement n’ayant pas été bien pensés en amont.

Il cite en exemple les 300 000 robots conversationnels qui ont envahi Facebook l’année dernière et qui, de son avis, ne passeront probablement pas le cap des prochains six mois.

«On dirait que toutes les applications destinées au public semblent avoir été conçues par des gens en laboratoire qui ont perdu leur capacité empathique: ça manque de créativité et ça n’ajoute aucune valeur émotionnelle au parcours utilisateur", déplore l'ancien associé et directeur de création de Bleublancrouge. Ces expériences se limitent souvent au langage naturel et oublient d’explorer d’autres sphères de la créativité.» 

À la recherche du juste milieu

«Ça fait un moment déjà que je réalise que nous sommes nombreux à être prêts à payer pour éviter les publicités, soutient Jonathan Rouxel. Les publicités viennent déranger les consommateurs en plus de les perdre dans une mer d’information qui les bombarde chaque jour, sans leur apporter de réelle valeur.» La création de la start-up Prologue.ai visait à combler un vide qu'il ressentait de plus en plus, lui qui a passé près de 20 années en agence publicitaire.

Les publicités viennent déranger les consommateurs sans leur apporter de réelle valeur.

Et c’est sans compter l’univers publicitaire qui se complexifie, de son avis, avec les agences qui se mettent à faire de la production, les bureaux de consultation qui créent maintenant de la publicité et ainsi de suite. «Ça devient un peu un zoo, même si je comprends qu’il soit impératif de se transformer en raison de tous les changements, précise-t-il. Mais c’est ce qui m’a poussé à vouloir combiner ma créativité de publicitaire à celle d’un scientifique de données pour contribuer à créer un produit qui apportera de la valeur dans la vie des gens. »

S’il admet que l’IA se trouve actuellement dans une phase «exagérément optimiste», il estime que la prochaine étape sera celle où l’on réalisera la nécessité de connecter les scientifiques et les créatifs ensemble pour penser l’IA «de façon moins artificielle».

«Avec tous les investissements en IA à Montréal et notre héritage de ville créative, je crois qu’il faut rapidement commencer à essayer de joindre ces deux univers», conclut-il.

 

Photo tirée de la vidéo de présentation de Prologue.ai.