La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Comment se déploiera la technologie 5G?

2019 sera l’année du déploiement concret des réseaux étendus sans fil de cinquième génération (5G), selon les nouvelles Prédictions du secteur technologies, médias et télécommunications (TMT) de Deloitte. Agrément pour les consommateurs, hausse de la productivité pour les entreprises ou sécurité accrue pour les gouvernements, les Canadiens devront toutefois attendre 2020 ou 2021 pour l’avènement de la 5G. 

Le Canada compte quelque 28 millions d’abonnés mobiles, bénéficiant d’une disponibilité de réseau LTE frôlant 98,5%. Les Canadiens sont très connectés, donc, «sur l’un des réseaux les plus rapides au monde», rappelle Kevin Heffner, directeur, innovation, du Centre de recherche informatique de Montréal (Crim). 

Alors que 72 opérateurs expérimentaient la technologie 5G en 2018, une cinquantaine devraient la proposer d’ici 2020, rapporte le cabinet Deloitte. «La 5G n’est pas une révolution, mais plutôt une évolution», selon Kevin Heffner, qui croit tout de même que les gains de performance en feront «une technologie perturbatrice».

kevin heffner

crim

Quels seront les avantages du 5G par rapport aux services et aux expériences actuelles, déjà rapides et coûteuses? Des vitesses plus élevées que leurs prédécesseurs de quatrième génération, avec des débits de données pouvant atteindre un maximum de 10 gigabits par seconde, une très faible latence et énorme capacité afin d’absorber un fort achalandage

Gains de performance 

Commandé par l'Association canadienne des télécommunications sans fil et élaboré par Accenture Stratégie, le rapport En route vers l'innovation - La place du Canada dans la course vers le 5G, publié en juin dernier, révélait que le déploiement des réseaux 5G au pays va mener à la création de centaines de milliers de nouveaux emplois. Quelque 150 000 postes seraient créés à court terme de 2020 à 2026, puis, 250 000 nouveaux emplois permanents chaque année d'ici 2026, suivant l'investissement que feront les entreprises dotées d'installation pour déployer les réseaux, estimé à 26 milliards$.

La 5G devrait répondre à trois catégories de besoins, selon Kevin Heffner. «Pour améliorer l’expérience utilisateur en donnant un accès quasi-instantanné aux données; pour l’Internet des objets en facilitant les
échanges entre les humains et les villes et maisons intelligentes; pour améliorer et rendre plus sécuritaires les services essentiels comme les systèmes de gestion d’eau, les premiers répondants, les usines ou les génératrices d’électricité.»

Le Canada compte 28 millions d’abonnés mobiles, bénéficiant d’une disponibilité de réseau LTE frôlant 98,5%.

Alors qu'il est conçu pour apporter un niveau de sécurité égale et même supérieur à celui de la 4G, les failles y seront plus nombreuses, compte tenu de la multiplication des objets connectés. «En théorie, plus il y a de connexions, plus il y a de failles, explique Kevin Heffner. Mais la virtualisation des fonctions du réseau permet de déployer des mesures de sécurité accrues, donc plus faciles à fiabiliser que la 4G. Le Canada devrait être à la hauteur.» 

Bien que l’implantation de la technologie 5G risque d’être onéreuse, Kevin Heffner croit que les gains iront bien au-delà de l’agrément. «On pourrait assister à des changements sociétaux vraiment intéressants. La vidéoconférence et l’échange de données permettront aux individus de faire du meilleur télétravail, de diminuer le voyagement et de potentiellement désengorger les villes», alors que le 5G pourra combler les lacunes dans les services en région rurale.

Une implantation retardataire?

Malgré ces prévisions économiquement et socialement séduisantes, Kevin Heffner croit que qu’un des obstacles majeurse à l’adoption de la technologie 5G au Canada est le gouvernement. «Il mettra aux enchères les tranches de fréquences seulement en 2020, ce qui retarde le deploiement des services par les opérateurs canadiens, premiers fournisseurs du 5G. Le Canada a déjà une avance dans le domaine des télécommunications et du réseau sans fil. Pourquoi ne pas garder cette belle place comme chef de file mondial en retardant l’implantation de la technologie?»

«Le Canada a déjà une avance dans le domaine des télécommunications et du réseau sans fil.»

AT&T, plus important fournisseur de services téléphoniques et deuxième opérateur de services mobiles aux États-Unis, a lancé son réseau 5G le 21 décembre dernier. «Une révolution que partielle», selon Siècle digital, la technologie n'étant pas encore exploitée à son plein potentiel et seulement disponible dans 12 villes américaines. 

La phase de déploiement à peine commencée au Canada, les organismes officiels, équipementiers et opérateurs sont toujours à discuter des protocoles et systèmes de transmission.