La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Transformation des entreprises: envisager la technologie comme une ressource

La technologie n’est plus une éventualité, pas plus qu’un objectif à atteindre dans l’absolu. À l’ère de l’expérience, nouvel élément perturbateur incitant les organisations à se réformer, Radar technologique, livre blanc de la firme-conseil Talsom, offre une réflexion sur l’intégration de la technologie au plan d'affaires des PME.

Si 39% des entreprises ont déjà entamé une transformation numérique, un maigre 3% ont accompli leur processus. Dans son rapport, Talsom l’expose plutôt comme un moyen d’offrir une expérience à l’ensemble des parties prenantes, entre clients, employés et consommateurs, afin d’accroître la valeur d’une entreprise.

39% des entreprises ont entamé une transformation numérique, mais 3% ont accompli leur processus. 

D’un document d’abord destiné à vulgariser les grands courants technologiques aux dirigeants d’entreprises, le livre blanc interroge plutôt les leaders quant aux réels motifs de leur intégration, à savoir, pourquoi les organisations devraient se transformer?

Pour Olivier Laquinte, président de la firme, nombre d'entreprises ne se sont jamais vraiment arrêtées pour circonscrire leur cible avant d’entamer une transformation. Et bien que la technologie ne soit jamais l’entièreté de la solution, elle en fera certainement partie dans 90 ou 95% des cas.

Olivier Laquinte

talsom

«Il serait anachronique de dire que la technologie doit être appliquée en entreprise et que les firmes doivent l’utiliser parce qu’elle est en vogue ou par crainte de devenir obsolète», souligne Olivier Laquinte. Talsom envisage la technologie comme un moyen et non une fin, donc.

Essentielle à la survie des entreprises, la technologie s’avère davantage un levier dans un contexte où les attentes des clients, consommateurs et employés, ont migré vers l’expérience, l’instantanéité de la réponse et à terme, l’anticipation des besoins. «Avant de se transformer, il faut s’adapter aux écosystèmes en changement», prévient Olivier Laquinte.

«Avant de se transformer, il faut s’adapter aux écosystèmes en changement.»

Il cite le «cliché» des Netflix ou Amazon, aux processus fluides et à la réponse immédiate quelque soit l’heure ou la journée, devenus la nouvelle norme dans le rapport entre l’humain et la technologie. «Les attentes des consommateurs se sont transposées au sein des entreprises», ajoute le président.

Alors que le dualisme entre le monde réel et numérique tend à s’estomper, pourtant, et que les employés revendiquent toujours plus le droit à la déconnexion, comment faire pour instaurer une culture d’innovation plus près des personnes? «L’humain doit demeurer au centre des processus», fait valoir Olivier Laquinte. L’humain, les processus et la technologie sont les trois volets de la transformation d’une entreprise. Et l’ordre est très important.»