La référence des professionnels
des communications et du design

Stéphane Charier: une carrière marquée par la grande idée

Le directeur de création et concepteur-rédacteur Stéphane Charier s'est éteint le 1er janvier 2019 à 50 ans, à la suite de complications d'une maladie. Retour sur sa carrière et sur ses réalisations qui ont marqué l'industrie publicitaire québécoise.

Un début chez Taxi

Stéphane Charier a fait ses premières armes en publicité en 1992 chez Taxi, où il a été embauché comme stagiaire. À cette époque, le directeur artistique Martin Beauvais, aujourd'hui associé, création à Open, arrivait aussi à l'agence, mais devait être jumelé à François Sauvé, un rédacteur de renom.

Martin Beauvais

open

Ce dernier a toutefois quitté l'agence assez tôt. Et c'est Stéphane Charier qui a été choisi pour le remplacer dans l'équipe. «Au départ, je n'étais pas si chaud à l'idée d'être jumelé avec une personne plus junior, mais ça a cliqué très rapidement entre nous, mentionne Martin Beauvais. On s'est entendu tout de suite sur ce que devait être une création publicitaire.»

En 1996, Stéphane Charier a ensuite fait le saut chez Cossette, où il a travaillé en équipe avec Patrick Chaubet, directeur artistique de Sid Lee, à l'époque sur le compte de Bell.

patrick chaubet

sid lee

«C'était mon premier partenaire de travail en arrivant à Montréal, raconte-t-il. Un coup de foudre. Nous sommes restés des amis très sincères. Stéphane avait tellement de talent. Un humour fin et intelligent. Il avait une très haute estime pour la création publicitaire. Il suffit de regarder ses campagnes pour comprendre à quel point ses standards étaient élevés. Travailler avec lui a toujours été une partie de plaisir, même tard le soir ou le weekend. Car c'était ça aussi la force de Stéphane: il n'arrêtait pas tant que ce n'était pas excellent. De toute évidence, il a marqué les paysages publicitaires québécois et canadien.»

maxime patenaude

C'est aussi là que Maxime Patenaude, directeur artistique à la pige, a croisé son chemin. «Son bureau était à côté du mien, et il est rapidement devenu un ami. Depuis, on s’est toujours côtoyé.» Il a ensuite travaillé pour lui à la pige, peu importe où il se trouvait. «Au-delà de l’amitié, on partageait la même vision publicitaire et artistique. Stéphane, c'était une grande pointure et il était comme un mentor. Il était de l'école publicitaire de Paul Lavoie [cofondateur de Taxi Montréal], soit la recherche constante de la grande idée en publicité. Il arrivait toujours à faire sortir le meilleur de moi-même.»

Une carte «blanche» marquante dans son jeu: le Lait

Jean-Jacques Stréliski

HEC Montréal

C'est en 1998 que Jean-Jacques Stréliski, professeur associé et responsable pédagogique du D.E.S.S. en Gestion - communication marketing et marque à HEC Montréal, alors à la tête de la création de PMND (qui est devenu ensuite BBDO), est allé chercher Stéphane Charier chez Cossette, pour reformer le duo avec le directeur artistique Martin Beauvais, qui s'était également joint à l'agence.

«Dans le monde de la publicité, les relations avec les créatifs ne sont pas toujours faciles, souligne Jean-Jacques Stréliski. Stéphane, lui, avait une grande capacité d'écoute et tout le monde l'aimait. Il faisait preuve d'une grande simplicité et d'une curiosité attachante et avait un sens de l’humour pince-sans-rire incroyable.»

«Je pense que je l'ai convaincu de revenir travailler avec moi lorsqu'on a été joué au tennis au parc Jeanne-Mance, souligne Martin Beauvais. Il était habillé tout de blanc, d'un chic français, et j'ai enlevé mes shorts et joué seulement en T-shirt pour le faire rigoler.»

Ironiquement, c'est justement sur le thème du blanc que les deux collègues, avec le rédacteur Michel Beaudet (derrière les Têtes à claques), ont recréé par la suite leur magie créative chez PMND (BBDO). La première campagne issue de leur relation a été en effet celle du Lait, qui a reçu de nombreux prix et l'amour du public: Blanche avec des chansons francophones.

Si Martin Beauvais en signe davantage la paternité, celle qui suivra, Un verre de lait c'est bien, mais deux c'est mieux, sera signée par l'équipe de création composée notamment de Stéphane Charier et Patrick Chaubet.

«Notre relation était un peu celle du Yin et du Yang, soutient Martin Beauvais. S'il était bougon, j'étais là pour le remonter, et vice-versa. Il était aussi sanguin, en ce sens qu'il pouvait s'emporter. Mais jamais devant les gens: il était très gentleman, contrairement à moi!»

Laurent Prud'homme

sid lee

Laurent Prud'homme, concepteur rédacteur de Sid Lee, l'a suivi quant à lui tout au long de sa carrière, depuis ses débuts. Il confirme qu'il était un travailleur acharné, hautement perfectionniste, qui était passionné de son métier. «S'il pouvait paraître froid aux premiers contacts, il avait un sens de l'humour et un charme incontestable quand on le connaissait mieux.» Pour sa part, c'est la campagne entre les deux grandes plateformes du Lait qui l'a particulièrement marqué.

«C’était une petite campagne qui devait marquer une cassure entre les deux plateformes alors que la campagne Blanche avait été si populaire et primée, explique-t-il. Il en est ressorti des messages publicitaires surréalistes et très originaux: un grand coup.»

«Si je devais retenir un seul projet que nous avons fait ensemble et qui nous a vraiment fait rire, ça serait ce message télé», précise Patrick Chaubet.

richard ostiguy

mom industries

Le producteur exécutif chez Mom, Richard Ostiguy, qui est également un très grand ami de Stéphane Charier, a travaillé maintes fois avec lui et souligne sa grande capacité à gérer les problèmes et les relations. «En plus d'avoir une plume hors du commun qui rendait magique n'importe quel texte, il était un fin stratège, précise-t-il. Il se mettait toujours à la place de tous les collaborateurs et faisait preuve d'une grande empathie.» Il note que la pression en publicité est souvent mise sur la production et qu'il était à l'écoute de leurs enjeux, en plus d'être «toujours prêt à monter au front auprès des clients pour leur faire entendre raison».

Un aller-retour entre Taxi et BBDO

Plus tard, aux commandes de la création chez Taxi, il fait grandir l’agence de façon exceptionnelle et remporte de nombreux prix, dont deux Lions d’or à Cannes pour la marque Reversa.

En 2010, il préside le jury du concours Créa. La même année, il effectue un retour chez Nolin BBDO, où il devient directeur général et directeur de création de l'agence. Il s'occupe alors de grandes marques, y compris encore une fois Le Lait, mais aussi Bombardier et Pepsi. 

Depuis avril 2016, Stéphane Charier était à son compte. Il a notamment été à la pige pour K72, mais avait également lancé sa propre agence de communications, La Cuisine, avec son associé Gilles Roisan.

Outre ses amis et collègues, Stéphane Charier laisse dans le deuil sa famille, de même que ses deux filles, Charlotte, 12 ans, et Élea, 14 ans. Vous trouverez tous les détails de l'hommage qui sera tenu pour parents et amis le 10 janvier sur le site d'Urgel Bourgie.