La référence des professionnels
des communications et du design

Annonceurs, ventes et programmation: Télé-Québec valorise la collaboration

Télé-Québec, qui fête ses 50 ans, a complètement renouvelé ses façons de coopérer à l’interne ces dernières années. Parmi ces changements, l’un de ses plus beaux succès: l’étroite collaboration entre ses équipes de la programmation et des ventes.

Entretien avec Marie-Pier Mailhot, directrice générale des ventes et du marketing, et Denis Dubois, directeur général de la programmation de Télé-Québec.

denis dubois

directeur général
de la programmation

Pourquoi avoir mis en place une nouvelle façon de collaborer entre votre équipe des ventes et celle de la programmation?

Denis Dubois: Ça part d’une volonté d’insuffler une plus grande collaboration entre les équipes à l’interne. Nous avons tout à gagner à travailler ensemble. Télé-Québec est une organisation assez petite pour avoir une agilité intéressante, mais assez grande pour avoir un impact avec de l’envergure. Quand nous travaillons ensemble, inévitablement, la santé financière globale de l’organisation s’en ressent, et l’équipe de la programmation comprend que les revenus publicitaires ont un effet direct sur les investissements en contenus.

Marie-Pier Mailhot: Avec l’arrivée de nouvelles personnes à la haute direction ces dernières années, nos façons de faire ont été revues dans l’optique de favoriser l’efficience et l’agilité des troupes. Dans notre quotidien, particulièrement entre la programmation et les ventes, il y a maintenant une plus grande facilité à travailler en collaboration, car nous connaissons mieux les enjeux de chacun et nous partageons une vision commune.

Marie-pier mailhot

directrice générale des ventes et du marketing

Comment ces pratiques ou stratégies permettent-elles à cette collaboration de ne pas se faire au détriment de la mission de Télé-Québec?

Marie-Pier Mailhot: C’est vraiment une question de confiance et de respect entre les équipes. Aux ventes, nous avons un souci de la qualité du contenu et sommes conscients de l’importance que la mission de Télé-Québec soit respectée. Nous n’irions pas de l’avant avec un projet qui ne cadrerait pas avec notre ADN. Par ailleurs, si nous arrivons à proposer des projets qui répondent à la fois aux objectifs de l’annonceur tout en respectant les contenus, c’est certainement grâce à l’ouverture de l’équipe de la programmation, qui nous permet d’être engagés en amont avec le producteur.

Denis Dubois: Les nouvelles structures de travail permettent à tout le monde de comprendre les besoins des différentes équipes, en respectant toujours la mission de Télé-Québec. Car ce qui guide d’abord toutes nos décisions, c’est la qualité de ce que nous faisons.

«ce qui guide toutes nos décisions, c’est la qualité de ce que nous faisons.»
– Denis Dubois

Est-ce qu’une des idées derrière ces nouvelles méthodes serait d’accroître les revenus en augmentant le temps publicitaire?

Marie-Pier Mailhot: Pas du tout. L’objectif est de maintenir la qualité de nos contenus et d’améliorer notre efficience à l’interne. Évidemment, les revenus sont importants, mais jamais au détriment du contenu. Nous avons une moyenne de sept minutes/heure par jour en temps publicitaire. Il pourrait être facile de l’augmenter et d’offrir autant que nos concurrents. Par contre, nous croyons que cela serait une erreur. Nos annonceurs perdraient alors un bénéfice important: il y a très peu d’encombrement publicitaire à Télé-Québec.

Denis Dubois: Évidemment, nous ne sommes pas contre des revenus publicitaires supplémentaires, mais ils ne sont pas notre motivation première, ce qui enlève une certaine pression aux équipes et, en plus, favorise le travail d’équipe interservices.

«Like-moi! est aujourd’hui associée à la fois au commanditaire et
à Télé-Québec.»
– Marie-pier mailhot 

Cette nouvelle façon de faire donne-t-elle déjà des résultats concrets?

Denis Dubois: Nos revenus publicitaires ont augmenté de 50% ces dernières années. Remporter des Gémeaux (NDLR: 33 cette année) grâce à des émissions reconnues pour leur caractère innovant et leur qualité de production, comme Like-moi!, Garde 24/7, Mammouth et Cochon dingue, apporte une reconnaissance des hauts standards de qualité de notre travail et de nos contenus. S’associer à une marque reconnue par l’industrie peut s'avérer rassurant pour un annonceur.

Marie-Pier Mailhot: Des projets de créativité média sont de beaux exemples de résultats concrets. Pour Like-moi!, nous nous sommes assis ensemble avant la diffusion afin de trouver une association qui respecterait à la fois le commanditaire Vidéotron et la marque Like-moi!. Le résultat est révélateur. Like-moi! est aujourd’hui associée à la fois au commanditaire et à Télé-Québec.

Quels sont les projets d’avenir de Télé-Québec?

Denis Dubois: C’est connu, nous nous voyons comme une pépinière de talents et nous assumons une certaine prise de risque. Nous l’avons fait cet automne avec des émissions comme L’heure est grave, une variété d’actualité, et le retour de Marc Labrèche à l’animation de Cette année-là, un plateau culturel accompagné de quelques nouveaux visages à la télé. Cet hiver, Télé-Québec revient aussi à la fiction avec l’émission M’entends-tu? Et le retour de Passe-Partout est un grand projet qui aura un impact certain auprès du public et dans le marché.

Marie-Pier Mailhot: La consommation télévisuelle change. Même si notre écoute se fait à plus de 80% en direct, nous poursuivons notre réflexion sur nos stratégies de diffusion et nous suivons les tendances de près. Notre application «Zone vidéo» et l’écoute en direct sur notre site internet représentent de belles occasions à saisir. Notre trait distinctif? Notre contenu est offert tout le temps et gratuitement. Toutes les équipes travaillent ensemble pour faire évoluer la marque Télé-Québec. Nous avons confiance en nos capacités d’aller plus loin, car nous sommes capables de nous challenger et de faire preuve d’une grande ouverture d’esprit.