La référence des professionnels
des communications et du design

L'Office du tourisme de Québec positionne la région comme «Québec, l'accent d'Amérique»

Pour se démarquer parmi les multiples offres touristiques, l'Office du tourisme de Québec (OTQ) se dote d'une nouvelle marque à l'iconographie forte, conçue par Cossette

La concurrence est vive dans l'industrie touristique. On peut en effet se rappeler de l'échange entre Tourisme Montréal et l'Office du tourisme de Québec en début d'année, qui s'interpellaient de bonne guerre pour courtiser la clientèle de l'un et de l'autre. 

Cette concurrence féroce s'étend aussi à l'international, avec les nombreuses offres de destinations. C'est dans ce contexte que l'OTQ souhaitait conserver le pouvoir attractif de la région de Québec en se dotant d'une marque distinctive et fédératrice, qui témoignerait à la fois de son héritage et de ce qu'elle est devenue.

Selon Louis Duchesne, vice-président exécutif et directeur général de Cossette, l'agence était emballée et fière de travailler pour ce projet, d'autant plus qu'elle a été fondée à Québec en 1972 et qu'elle y a donc son siège social.

 

Ancienne marque de l'OTQ

Un positionnement qui s'imposait

Tablant sur le positionnement «Québec, l’accent d’Amérique», Cossette a conçu cette nouvelle identité.

«L’énoncé de positionnement ​affirme avec détermination notre francophonie, sans traduction, sous une signature simple et accessible, affirme André Roy, directeur de l’Office du tourisme de Québec (OTQ). Québec se positionne désormais comme une cité distinctive où l’histoire est vivante, à la fois francophone, autochtone, nord-américaine et britannique, en plus d’être une ville festive et contemporaine.»

Louis Duchesne ajoute que même si l'énoncé n'est pas traduit, les anglophones peuvent facilement le décoder, notamment par le mot «accent» qui se dit dans les deux langues, mais aussi «cité» et «Amérique».

L'ancienne marque de l'OTQ remontait à 2006 et relevait davantage du logo que de la plateforme de marque complète comme c'est le cas du travail en profondeur qui vient d'être annoncé, précise Louis Duchesne. «Nous avons revu autant la promesse de marque que les piliers qui la soutiennent, jusqu'à réfléchir à l'influence qu'ils auront sur les produits touristiques proposés dans les prochaines années.»

Le nouveau positionnement se fondait ainsi sur quatre piliers: le patrimoine et l'histoire de la classe mondiale (Unesco), l'art de vivre animé à la québécoise, l'accueil chaleureux des gens de Québec et la beauté des paysages.

Plutôt que d'ajouter la mention «Ville et région» comme c'était le cas dans l'identité précédente, le court mot évocateur «cité» s'est imposé afin de rendre compte de l'ensemble de la région de Québec, qui comprend l’Île d’Orléans, la Côte-de-Beaupré, Portneuf et La Jacques-Cartier. Un moyen pour éviter toute confusion entre la ville et la province, une distinction moins claire pour les gens de l'extérieur, mais aussi pour se distinguer de Québec original, la marque provinciale touristique. 

«Le mot cité renvoie autant à la ville et à son urbanisation, donc aux gens qui en font partie, qu'à l'histoire des grandes cités», explique Louis Duchesne​ 

L'OTQ a réalisé plusieurs études en amont de cette démarche de conception afin de déterminer les clientèles visées et les atouts distinctifs de la région, puis de statuer sur son positionnement par rapport à la concurrence. Elle a, de plus, sondé 12000 personnes au Québec, en Ontario, dans huit États américains, en France et au Royaume-Uni avant la création de l'identité, en plus de réaliser un deuxième sondage en ligne durant la démarche comme telle. Ainsi, l'expression «Québec, l’accent d’Amérique» et les deux propositions d'identités visuelles «finalistes» ont pu être mises à l'épreuve.

Louis Duchesne souligne que l'énoncé «Québec, l’accent d’Amérique» avait déjà était lancé en 2014, mais servait plutôt de positionnement uniquement à l'interne. «Nous sommes donc partis de cet énoncé qu'on trouvait intéressant, mais nous avons voulu le valider auprès des consommateurs touristiques et des divers marchés visés.»

Une iconographie qui en dit long

L'accent contribue à donner de l'élasticité à l'énoncé et ouvre la porte à l'exploiter de diverses façons.

Ainsi, il évoque à la fois le Château de Frontenac et les tourelles qui caractérisent l'architecture typique de la ville que le patrimoine de Québec et de sa région. Symbole de la langue française, il renvoie également à l'accent chantant qui caractérise les citoyens de la région. Il rappelle aussi la proximité de la cité avec la nature, prenant la forme de montagnes ou de conifères.

Trônant au-dessus du «e», l'accent peut aussi représenter une couronne, symbole autant du traitement royal réservé aux touristes dans la région que du passé monarchique français et britannique qui a marqué celle-ci. 

Quant à la couleur de l'iconographie, elle passe de l'orangé au bleu turquoise. «Un hommage aux toits cuivrés des tourelles qui s'apparentent à cette couleur, mais aussi au fleuve Saint-Laurent qui encercle la région, à l'hiver, sa neige et sa glace et au ciel bleu d'été», illustre Louis Duchesne.

La marque a été dévoilée aux partenaires de l’industrie touristique et fera son entrée dans les communications de l’OTQ au cours des prochains mois.

Annonceur: Office du tourisme de Québec
Agence: Cossette
Stratégie: Nathalie Houde, Louis Duchesne
Création: Barbara Jacques, Serge Côté, Renaud Belles-Isles, Yanick Giroux, Zoé Forest Paradis, Jasmin Brochu, Olivier Caron
Produit: Zoé Béland, Pierre-Antoine Lavoie, Julie Simard, Élodie Fournier, Joannie Roy
Infographie: Claude Tardif, Cristina Montabes
Retouches photos: Ghislain Martineau
Recherche: Impact Recherche
Maison de production: Attraction Québec
Réalisation: Olivier Staub
Son: Studio Expression
Musique: Fjord