La référence des professionnels
des communications et du design

Fuel Digital Media: tourné vers les éditeurs «à notoriété élevée»

Accueil du Groupe Le Monde au sein de son réseau d’éditeurs, ouverture d’un premier bureau à Toronto et identité de marque renouvelée: 2018 a été faste pour Fuel Digital Media. Entrevue avec son président et fondateur, John Sclapari, sur l'évolution de l'entreprise et son positionnement.

john sclapari

Depuis 2010, John Sclapari se donne l’objectif de convaincre des éditeurs réputés, établis depuis plusieurs années et possédant une portée intéressante auprès d’un auditoire ciblé, de faire confiance à lui et à son équipe. 

«Je préfère valoriser une marque spécifique, puis faire ressortir ses attributs et sa qualité auprès des annonceurs. Parce que de s’associer avec un média avec une notoriété élevée, ça représente plusieurs avantages pour un annonceur, qui profite ainsi de la portée et de l’auditoire captif du média, mais aussi pour le consommateur, car il retrouve du contenu publicitaire pertinent pour lui.»

«S’associer avec un média avec une notoriété élevée, ça représente plusieurs avantages pour un annonceur.»

Aujourd’hui, le Groupe Le Monde, en France, fait partie des éditeurs dont Fuel représente l’inventaire publicitaire de façon exclusive au Canada. Un réseau de marques média établies, comme les sites web au pays de Le Monde, Courrier international, Nouvel Obs, Telerama et Le Monde Diplomatique, qui s'ajoute aux quelque 100 autres partenaires déjà dans le portfolio de Fuel, comme Vogue Paris, Remax, Cinoche.com et Showbizz.net.

«À titre d’exemple, LeMonde.fr est consulté par près d'un million de visiteurs uniques canadiens chaque mois, explique John Sclapari. Compter sur un réseau de marques aussi réputées procure ainsi à nos clients annonceurs de nouvelles occasions d’interagir avec un grand bassin de consommateurs canadiens, couvrant un large éventail d’intérêts.»

Pour s’assurer de bien répondre, à l’échelle canadienne, aux besoins de ces clients-annonceurs, Fuel a ouvert dans la dernière année un premier bureau à Toronto. Son dirigeant, Phil Schlatter, a le mandat de convaincre de nouveaux annonceurs de s’afficher sur les sites de l’écurie Fuel.

«Aujourd’hui, Toronto représente plus de 50% de notre chiffre d’affaires, précise John Sclapari. Phil est une personne de là-bas, qui peut assurer le côté relationnel avec les agences en place et qui sait leur vulgariser notre offre étendue. Ça nous donne un élan supplémentaire pour faire de nous un joueur premium

«Je veux faire de notre régie un incontournable pour la publicité numérique d’ici.»

Cette envie de se positionner comme un «joueur premium» est aussi ce qui explique le choix d’une identité complètement renouvelée. Accompagnée d’un nouveau site web et plus épurée, cette nouvelle image de marque complète en quelque sorte la transformation qui secoue Fuel pour son huitième anniversaire. Mais plus qu’une façon d'attirer l’œil partout au pays, ce nouveau logo signale surtout un désir de souligner le chemin parcouru, conclut John Sclapari.

le nouveau logo de fuel digital media

«Oui, l'on accueille des éditeurs internationaux; oui, l'on a ouvert un bureau à Toronto. Mais Fuel aura toujours son siège social à Montréal. Notre objectif est de grandir à l'échelle nationale, en ajoutant des éditeurs choisis de façon qualitative, mais je veux surtout faire grandir les marques au Québec. Je veux faire de notre régie un incontournable pour la publicité numérique d’ici.»