La référence des professionnels
des communications et du design

Lg2 investit dans l'économie dérivée du cannabis

Lg2 accompagnera l’entreprise de produits naturels Biolux dans la commercialisation de sa marque de boisson au cannabidiol (CBD) Ubu. Il s'agit d'un premier investissement dans une entreprise émergente, alors que l’agence intègre dans sa vision d’affaires le soutien aux organisations offrant des «produits et services disruptifs et innovants».

Le cannabidiol (CBD) est une molécule appartenant aux nombreux cannabinoïdes présents dans le chanvre (cannabis), sans toutefois comporter les mêmes effets psychotropes que le THC. Le CBD est l’ingrédient phare de la nouvelle Ubu, «une boisson santé sans sucre, sans édulcorant, sans caféine, contenant des extraits du fruit de baobab, qui se différencie par la synergie des ingrédients», explique Carlos Ponce, cofondateur et chef de la direction de Biolux.

«L'illégalité du cannabis a beaucoup ralenti la recherche sur les bienfaits thérapeutiques potentiels du CBD, note-t-il. Les études précliniques démontrent toutefois ses propriétés anti-inflammatoires, en plus du traitement de l'anxiété, la dépression, le stress post-traumatique et l'insomnie.»

Innovation d'abord

En juillet, Lg2 annonçait son intention d’accompagner les entreprises en démarrage via des écosystèmes d’accélération, par la création conjointe d’ateliers de formation offerts à la Maison Notman de la Fondation Osmo, entre autres. Cette collaboration avec l’organisme a fait beaucoup de bruit dans l’industrie, indique Anne-Marie Leclair, associée et vice-présidente, stratégie et innovation, de Lg2. Si bien que les demandes fusent depuis.

UBU par Biolux sera d’abord lancé aux États-Unis, avec un souhait «affirmé» d’intégrer le marché canadien. 

«En innovation, tout devient une occasion à saisir», soutient celle qui se dit «charmée par la composition et l’unicité du produit sur le marché». Au-delà du rôle d’investisseur, l’agence devient l’un des actionnaires de la jeune pousse et prendra en main la stratégie de commercialisation du produit, dont le ciblage, la distribution, l'emballage et l'analyse de marché. «Nous allons contribuer en tant qu’experts de la mise en marché, question de jouer un rôle complémentaire dans le succès de Biolux et, par le fait même, dans le nôtre.»

Cet investissement se traduit principalement par du temps moyennant une participation en équité, un terrain d’entente «fermement négocié des points de vue fiscal et juridique», stipule Anne-Marie Leclair. 

Carlos Ponce, Marc Hébert et Anne-Marie Leclair

En s’engageant dans un vecteur de croissance non traditionnel pour son industrie, «Lg2 démontre à quel point elle possède une vision d’affaires progressiste», juge Marc Hébert, cofondateur et chef de la commercialisation de Biolux.

«En innovation, tout devient une occasion à saisir.» 

«Les produits de consommation doivent avoir une fonctionnalité, mais également une identité forte qui connecte avec les consommateurs, ajoute Carlos Ponce. Lg2 va nous aider à concevoir une marque qui résonne, afin de remplir un besoin autant émotif que physique.»

Un marché encore timide 

Ubu par Biolux sera d’abord lancé vers la mi-septembre, à Los Angeles, puis progressivement dans les États légalisés de la côte ouest américaine, avec un souhait «affirmé» d’intégrer le marché canadien. Selon le plan du gouvernement fédéral, tous les dérivés comestibles du cannabis devraient être légalisés un an après l'entrée en vigueur de la réglementation, soit le 17 octobre prochain, où seuls les produits fumables seront autorisés. 

Biolux croit que l'industrie est prête pour plus d’innovation. Elle compte éventuellement cibler les athlètes de haut niveau, plutôt friands du cannabidiol, avec une gamme de produits leur étant spécialement destinée. En octobre dernier, l'Agence mondiale antidopage a retiré le CBD de la liste des substances interdites.