La référence des professionnels
des communications et du design

Le Cirque du Soleil se lance dans les spectacles pour enfants: l'actualité économique en rattrapage

Un nouveau segment de marché pour le Cirque du Soleil, le Fonds de solidarité FTQ prêt à essuyer les dégâts des mesures protectionnistes américaines, et des données biométriques pour des vacances idéales: voici les principales nouvelles
économiques de la dernière semaine.

Cirque du Soleil: une incursion sur le marché du spectacle pour enfants 

L’entreprise montréalaise a annoncé le 5 juillet l’acquisition de VStar Entertainment Group et de sa division Cirque Dreams, se spécialisant dans la production théâtrale et la mise en scène de marques connues des plus jeunes, notamment l’émission Pat’Patrouille. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, mais s'établirait à «plusieurs millions de dollars» selon le président et chef de la direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre. 

«C’est assurément une entrée dans les spectacles pour enfants», a-t-il indiqué dans une entrevue accordée à La Presse canadienne. Il croit que la multinationale bénéficie «d’un positionnement unique pour mettre la main sur un segment de marché où il y a beaucoup de potentiel». 

Établie à Minneapolis, au Minnesota, VStar détient également les droits sur d’autres propriétés intellectuelles de la chaîne de télévision Nickelodeon. Quelque 120 personnes sont à l'emploi de l'entreprise, alors que Cirque Dreams, située à Pompano Beach, en Floride, en compte une trentaine. 

Le Cirque souhaite offrir les ressources à l’entreprise afin qu’elle bonifie son offre. «Je pense que la crédibilité du Cirque va aider VStar à aller chercher d’autres propriétés intellectuelles», soutient Daniel Lamarre. L’objectif est donc de mettre à profit le réseau de distribution mondial de la multinationale québécoise pour augmenter le rayonnement de VStar. 

En 2017, le plus récent spectacle de Pat’Patrouille a été présenté dans 250 villes de 18 pays. Avec l'acquisition du spectacle musical Blue Man Group à presque pareille date l'an dernier, puis celle de VStar Entertainment Group en 2018, le Cirque du Soleil ajoute annuellement quatre millions de billets à ses ventes, qui s'établissaient à près de 13 millions par année, selon Daniel Lamarre.  

Le Fonds de solidarité FTQ est prêt à rebondir

Dans la foulée des mesures protectionnistes décrétées par le gouvernement Trump ces derniers mois, les tensions commerciales représentent un risque pour de nombreuses économies, dont celle du Québec. Le Fonds de solidarité FTQ s'est dit prêt à déployer davantage de capital pour soutenir les entreprises d'ici à vivre l'instabilité, ont expliqué La Presse canadienne et le quotidien montréalais Le Devoir. 

L’organisation a dévoilé le 5 juillet un rendement de 7,5% et un profit d'un milliard$ pour l’exercice financier terminé le 31 mai. Selon les calculs du Fonds, les rendements composés annuels, sans tenir compte des crédits d’impôt donc, sont de 7% pour trois ans, 7,8% pour cinq ans et 5% pour 10 ans. Il a également indiqué avoir injecté 1,1 milliard$ dans l’économie québécoise l’an dernier, ce qui n'est «pas loin d’un record», selon son président et chef de la direction, Gaétan Morin. La valeur de l’action s'établit à 40,73$, en hausse de 1,41$ par rapport à janvier. Le Fonds de solidarité compte 667 417 actionnaires, une croissance de 21 753 comparativement à juillet 2017.

Rappelons que le Canada a confirmé l’imposition de sanctions commerciales de 16,6 milliards$ contre les États-Unis, en représailles à la levée de l’exemption douanière de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium dont bénéficiait jusque-là le pays. Toujours selon Gaétan Morin, même s’il n’y a pas d’effets directs à court terme sur l'économie québécoise, la situation «provoque de l’incertitude», ce qui pourrait bien ralentir le financement de certains investisseurs. «Nous suivons la situation de près.» 

Lors de la crise financière en 2008, «le Fonds avait notamment épaulé des compagnies du secteur forestier aux prises avec des problèmes de liquidité, alors qu’elles se retrouvaient au cœur du précédent conflit canado-américain sur le bois d'œuvre», a indiqué Le Devoir. Afin de donner un coup de pouce à des sociétés, «l’investisseur institutionnel avait mis la main sur des actifs, ce qui représentait un placement à plus long terme». ​C'est d'ailleurs en 2008-2009 que le Fonds de solidarité FTQ a injecté le plus d'argent dans l’économie québécoise, à hauteur de 1,3 milliard$. 

Des organismes unis pour lutter contre l'évasion fiscale

Des dirigeants des organismes responsables de l'application des lois fiscales du Canada, de l'Australie, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et des États-Unis ont formé le groupe conjoint Joint Chiefs of Global Tax Enforcement (J5) pour accroître la collaboration dans la lutte contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent à l'échelle internationale et transnationale. 

Par l'échange de données et de renseignements ainsi que par des opérations conjointes, notamment, le J5 entend créer «une capacité internationale d'exécution de la loi afin que les personnes qui facilitent les délits d'ordre fiscal à l'étranger répondent de leurs gestes. 

Ce groupe a été formé en réponse à un incitatif à l'action de l'Organisation de coopération et de développement économiques, selon l’Agence du revenu du Canada. Lors de sa première réunion la semaine dernière, le J5 a réuni de grands spécialistes de chacun des cinq pays membres dans les domaines des enquêtes fiscales, des crimes financiers, des cybercrimes et de l'analyse des mégadonnées. Ils y «ont élaboré des plans tactiques en plus d'établir des façons de repérer les cybercriminels et les personnes qui facilitent des délits transnationaux».

Des données biométriques pour trouver le lieu de villégiature idéal

La chaîne hôtelière française AccorHotels, en collaboration avec le bureau torontois de Cossette et le créateur d'expérience numérique The Mill, a conçu une expérience sensorielle immersive qui pourrait bien révéler ce que les consommateurs attendent de leurs vacances, a appris la publication spécialisée Fast Company. 

En mesurant six facteurs biométriques à l'aide de la caméra frontale d'un appareil mobile ou d'un ordinateur, le système intégré au programme de fidélisation de la chaîne, l'outil Seeker by Le Club AccorHotels détermine quelles destinations font davantage réagir. Climat chaud ou froid, détente ou aventure, ville ou campagne: voilà le genre de propositions présentées, afin d'arriver à une suggestion de voyage sur mesure selon les réactions physiques ou comportementales du sujet à une variété d'images et d'expériences. Un moyen unique donc, de trouver de nouveaux clients.

La canicule ralentit la rapidité des transactions boursières 

La vague de chaleur qui frappé plusieurs régions d'Amérique du Nord, dont New York, a même réussi à freiner les spéculateurs new-yorkais misant sur la rapidité des transactions électroniques pour générer un profit, selon Bloomberg. Une température et une humidité élevées entravent les communications radio entre les serveurs où sont hébergées les données du Nasdaq et le parquet de la Bourse technologique.

Les dirigeants du Nasdaq estiment à huit microsecondes le délai additionnel causé par la météo. Pour les sociétés de commerce informatisées, il s'agit pratiquement d'«une éternité» à une époque où les transactions sont souvent mesurées en milliardièmes de seconde. 

Groupon recherche un acheteur

La course solo de Groupon pourrait prendre fin prochainement, selon Recode. Ses dirigeants ainsi que les banquiers qui représentent l'entreprise située à Chicago auraient contacté plusieurs sociétés publiques le mois dernier, flirtant avec de futurs acquéreurs.

Au cours des premières années ayant suivi son lancement en 2008, le géant de la vente groupée et des aubaines quotidiennes était l'une des entreprises en démarrage les plus prospères avec l'apparition de ce nouveau modèle d'affaires.

Inscrite en Bourse en 2011, Groupon portait alors sa valeur à plus de 16 milliards$, alors que l'entreprise refusait l'offre d'achat de six milliards$ de Google, un an plus tôt. Groupon est aujourd'hui évalué à 2,4 milliards$.