La référence des professionnels
des communications et du design

Roméo & Fils recentre son offre publicitaire et restructure l'équipe de direction

Après cinq ans, la maison de production Roméo & Fils fait le bilan et procède à des changements pour son volet de production de films publicitaires. France-Aimy Tremblay en est ainsi nommée chef des opérations.

Fondée en 2013 par Martin Henri et France-Aimy Tremblay sans l'aide d'investisseurs ou de partenaires, Roméo & Fils a fait ses premières dents en production par la réalisation de petits projets de clips et de courts-métrages. Elle se positionnait comme une petite agence apportant une vision intégrée de la production en web, télé et publicité dans un paysage dominé par des maisons de production bien ancrées dans le domaine, comme Cinélande ou Attraction.

«Nous étions émerveillés par cette vague de changement et par l’avancement des nouvelles technologies, mentionne France-Aimy Tremblay. Nos passions pour tous les médias et plateformes de l’industrie cinématographique et audiovisuelle nous ont menés à ajuster nos infrastructures dans le but d’offrir un service de production à l’image de l’époque à laquelle nous sommes venus au monde.» 

Après cinq années d'activité, Roméo & Fils a produit près de 600 projets variés: clips, productions déléguées internationales, publicités québécoises, séries web et télé.

Il n'aura toutefois fallu que quatre mois au studio pour obtenir un premier gros mandat, une publicité de 350 000$ pour le gala des prix MTV Video 2013 avec l'artiste Macklemore. Puis, de nombreuses autres vidéos publicitaires ont suivi, notamment avec Astral, Publicis, Bos (maintenant DentsuBos) et, plus récemment, une campagne nationale de McDonald's avec l'ancien hockeyeur Martin Brodeur, une réalisation de Didier Charrette dont la direction photo a été assurée par  Dariusz Wolski.

En parallèle, la maison de production a lancé deux séries télé à MusiquePlus en 2015-2016, FAQ (Fabriqué au Québec) et Ctrl, puis sa première série web, Sylvain le magnifique, en 2018. Si bien qu'après cinq années, Roméo & Fils a produit près de 600 projets variés – clips, productions déléguées internationales, publicités québécoises, séries web et télé – et «avec des budgets allant de 0 à un million$».

L'envers d'une croissance rapide

Cette croissance très rapide a également mis à l'épreuve les deux associés, qui ont commis certaines erreurs de gestion. «Nous avons connu des problèmes financiers, plus particulièrement un manque de liquidités causé par des investissements en infrastructure et des associations qui n'ont pas fonctionné, mentionne Martin Henri. Nous avons dû admettre et assumer notre manque d'expérience en gestion, puis nous avons dû tout restructurer pour assurer la survie de l'entreprise.»

Nous avons dû admettre et assumer notre manque d'expérience en gestion, puis nous avons dû tout restructurer pour assurer la survie de l'entreprise. – martin henri

Rappelons notamment que le duo a tenté sans succès d'ajouter une équipe d'illustrateurs et d'animateurs à son offre.

Les deux fondateurs admettent que ces problèmes ont nui à la réputation de la maison de production, une expérience qu'ils qualifient comme «la plus difficile de leur vie» et qui leur a injecté «une énorme dose d'humilité».

Repositionnement et restructuration obligatoires

C'est dans cet esprit que le duo a pris une pause d'environ deux mois pour repenser l'avenir et l'identité de Roméo & Fils, notamment en consultant des experts en ressources humaines, en relations publiques et des membres importants de l'industrie publicitaire. 

La réflexion a permis à l'organisation de se recentrer sur ses forces, c'est-à-dire offrir un service complet en production et en postproduction. «Nous avons développé une facilité à créer du contenu, en harmonie avec les nouveaux supports et plateformes créatives, ajoute France-Aimy Tremblay. Nous sommes devenus experts dans le repérage, la formation et la présentation de la relève. Notre structure nous permet de toucher à tout, des projets d’envergure régionale à internationale, de repousser les barrières et d’encourager la créativité, c’est ça Roméo. C’est également notre intensité, notre spontanéité... et nos deux chiens.»

Les deux cofondateurs croient en effet que l'avenir de la production est aux petites entreprises et aux structures souples et légères qui peuvent s’adapter rapidement aux tendances et à la spontanéité. 

L'un des principaux éléments marquant cette restructuration est la nomination de France-Aimy au poste de chef des opérations de la production publicitaire. Cette dernière gérait depuis quatre ans le volet «vidéoclips» de l'entreprise. Une excellente école, selon elle, qui lui a enseigné débrouillardise et créativité, car le monde des clips est exigeant et ne jouit pas de beaucoup de ressources.

C'est lorsque la maison de production a appris la fin des subventions de Remstar et MuchFACT à l'automne 2017 que Martin Henri et elle ont songé à préparer sa transition vers le secteur publicitaire. En quatre mois, elle a été vite jetée dans le bain de la publicité en produisant les campagnes pour Loto-Québec, Rona, le RSEQ et Kijiji.

Dans ses nouvelles fonctions, celle qui a fait partie du palmarès de 30/30 d'Infopresse en 2017 et a été trois fois finaliste au concours Arista 2018 dans la catégorie «jeune entrepreneur en croissance du Québec» chapeautera donc le développement de la production publicitaire avec les annonceurs et agences. Plus précisément, elle s'assurera des ressources et des infrastructures internes afin d'offrir un service 360 et d'augmenter la qualité du service. «Je travaille aussi à la refonte de notre site web. Le volet le plus excitant de mon mandat est la préparation de notre nouvelle offre de réalisateurs.»

Dans la foulée de ce changement, Martin Henri consacrera plus de temps à la production de contenu de fiction et documentaire, après le succès de la série Sylvain le magnifique, dont la deuxième saison est en préparation. Il demeurera toutefois producteur exécutif pour le volet publicitaire, tout en continuant de développer de nouveaux talents et à assurer la direction artistique de l'entreprise. 


 

 

En couverture: France-Aimy Trembly. Photo: William Fradette