La référence des professionnels
des communications et du design

Prolonger le cycle de vie des meubles Ikea

La succursale Ikea de Tempe, en banlieue de Sydney, sera la première de la chaîne à offrir le rachat d'articles usagés. Un programme pilote, qui pourrait bien donner un coup dur au marché en ligne d'occasion. 

Après l'envoi d'images du mobilier d'occasion jointes au formulaire en ligne, les meubles seront évalués, puis les prix déterminés selon la valeur initiale du produit. À l'exception de l'usure normale, tous les articles doivent être en bon état, indique l'entreprise. 

Les clients pourront ainsi échanger la marchandise usagée au magasin de Temple, contre des bons Ikea, sorte de cartes-cadeaux. Les chaises, canapés et tables basses sont les trois pièces les plus susceptibles d'être disposées par les Australiens.

Selon le rapport People and Planet Positive d'Ikea, une stratégie lancée en 2012 par la marque, jusqu'à 13,5 millions de meubles pouvant être réutilisés ont été jetés par les Australiens en 2017. Pour un peu plus de la majorité, le bris de matériel a forcé le rejet de ces articles, alors que le reste était causé par la désuétude ou le désencombrement. 

Le rapport annuel australien Gumtree sur l'économie de l'usagé, publié en mars dernier, indiquait que la valeur totale des articles non désirés avait atteint 43,5 milliards$. 

L'usagé au Canada

Si 60% des Australiens ont vendu des meubles usagés dans la dernière année, 79% des Québécois ont participé à l'économie de l'usagé comparativement à 85% pour l’ensemble du Canada, selon le plus récent Indice Kijiji de l'économie de seconde main. Un tel résultat positionne le Québec comme la province avec le plus faible taux de participation dans ce secteur économique au pays.

Celui-ci continue de représenter une part importante et régulière de l'activité économique globale ici. L'Indice Kijiji chiffrait une augmentation de 23,8% dans l’échange de biens d'occasion en 2017, par rapport à l'année précédente. 

En 2017 seulement, les Canadiens ont dépensé au total 28,5 milliards$ en biens d'occasion. Ce chiffre représente 1,34% du PIB annuel total du Canada, ce qui peut être comparable à plus du double des industries des arts, des spectacles et des loisirs au pays, estimées à 13,3 milliards$.