La référence des professionnels
des communications et du design

Nouvelles mises à pied chez Vice Canada: l'actualité médiatique en rattrapage

Vice Canada supprime une vingtaine de postes, La Presse vole de ses propres ailes, et de premières pénalités imposées par le CRTC dans sa lutte contre les publicités en ligne malveillantes: voici l'actualité médiatique de la semaine.

De nouvelles mises à pied chez Vice Canada

Vice Canada a informé ses employés le 9 juillet dernier de la suppression d'«un certain nombre de postes». Cette décision entraînera une combinaison de départs volontaires et de mises à pied. Le nombre de licenciements et les services touchés n'ont toutefois pas été dévoilés, le processus de départs volontaire étant en cours.

Kamala Rao, président de la Guilde canadienne des médias, syndicat qui représente Vice Canada, a indiqué à Media in Canada que le nombre total de postes supprimés «sera probablement supérieur à 20». Vice ne semble toutefois pas considérer ces départs volontaires comme de véritables congédiements, selon lui. Kamala Rao ajoute que les employés ont reçu un préavis de 24 heures pour se prévaloir d’un programme de départ volontaire. 

Ces mises à pied découlent de la fin du partenariat de trois ans entre Vice Canada et Rogers Media annoncée à la fin de janvier, toujours selon Media in Canada. L'arrêt de cette collaboration a entraîné l'abolition de 23 postes permanents et contractuels. Viceland a déclaré une perte d'un peu moins de 7,9 millions$ pour l'exercice financier se terminant le 31 août 2017, selon le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Malgré les départs, Vice Canada soutient que son bureau «est toujours trois fois plus grand qu'avant l'entente avec Rogers».

L'émancipation de La Presse

«La Presse est devenue hier totalement indépendante de son ancien propriétaire Power Corporation et commence à écrire un nouveau chapitre de sa longue et riche histoire», a indiqué son président, Pierre-Elliott Levasseur, dans un mot publié 15 juillet sur les plateformes du quotidien. Le quotidien montréalais est donc sorti officiellement du giron de Power Corporation, propriétaire du journal depuis son achat par Paul Desmarais il y a 51 ans, alors que le 8 mai dernier, le président annonçait une nouvelle structure administrative devenant un organisme sans but lucratif. 

La «Fiducie de soutien à La Presse» détient désormais l'entièreté des actions de La Presse. Cette fiducie d'utilité sociale est exclusivement administrée par le juge à la retraite Louis LeBel. Il sera responsable de nommer les administrateurs et de préserver la mission du journal en plus de s'assurer que tous les fonds recueillis auprès des donateurs et les bénéfices générés par les activités commerciales soient réinvestis dans l'exploitation de La Presse. Il ne joue cependant aucun rôle dans la conduite des activités. 

Alain Gignac est aussi nommé président du conseil d'administration. Il était directeur général de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal depuis 2015. Auparavant, il a occupé des postes de direction chez Cossette, Marketel-McCann Erickson, Nolin BBDO et TC Transcontinental.

De premières pénalités imposées par le CRTC dans sa lutte contre les publicités en ligne malveillantes

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a imposé pour la première fois des pénalités totalisant 250 000$ afin de lutter contre les publicités en ligne malveillantes, en vertu de la Loi canadienne antipourriel. 

Sunlight Media et Datablocks ont prétendument facilité l'installation de programmes d'ordinateur malveillants au moyen de la diffusion de publicités en ligne. Alors que la première aurait accepté des clients non vérifiés et anonymes qui ont utilisé ses services pour diffuser ces logiciels, Datablocks aurait fourni l'infrastructure et le logiciel leur permettant de placer les publicités contenant les programmes. Elles devront respectivement payer des pénalités de 150 000$ et de 100 000$. 

L’intelligence artificielle en publicité radio?

Alors que les bornes de commande informatisées sont déjà entrées chez McDonald’s et que les robots conversationnels ont pris d'assaut les sites de commerces en ligne, la publicité radio pourrait être l’un des secteurs bientôt frappés par cette révolution technologique, selon l'Alliance des radios communautaires du Canada

Algorithmes pour tracer le routage publicitaire, voix synthétisées afin d'enregistrer les publicités, intelligence artificielle pour rédiger les textes ou conseillers publicitaires robotisés: le terrain est vaste pour son application dans l'industrie. 

Cossette et sa coentreprise Stradigi AI, le Centre d'innovation en intelligence artificielle du Groupe Havas, et, plus récemment, Mirego avec Hectiq.A, les agences tentent de maîtriser l'intelligence artificielle pour aider davantage les entreprises à régler certaines problématiques d'affaires.

L'Union européenne impose une lourde amende à Google

Bruxelles a infligé à Google une nouvelle amende record de 4,34 milliards d'euros (environ 6,2 milliards$ canadiens), dans le dossier antitrust Android, apprenait l'Agence France-Presse. Cette sanction financière est destinée à punir l'entreprise américaine pour avoir abusé de la position dominante de son système d'exploitation pour téléphone intelligent, Android, afin de maintenir sa «suprématie» dans la recherche en ligne.

Le 27 juin 2017, Google était condamnée par la Commission européenne à payer 2,42 milliards d'euros pour avoir également abusé de sa position dominante, dans la recherche en ligne cette fois, en favorisant son comparateur de prix Google Shopping au détriment de services concurrents.

Selon les règles de la concurrence européenne, le montant de l'amende pourrait atteindre jusqu'à 10% du chiffre d'affaires global de l'entreprise, qui s'élevait pour Alphabet, société-mère de Google, à 110,9 milliards$ en 2017. 

Apple célèbre la journée internationale des émojis

Plus de 70 nouveaux émojis apparaîtront sur iPhone, iPad, Apple Watch et Mac cette année dans le cadre d’une mise à jour logicielle gratuite.

Ils incluent encore plus de types de chevelures «pour mieux représenter les personnes chauves ou aux cheveux roux, gris et frisés», selon Apple. Et dans le but de rendre les conversations «plus expressives», des visages frigorifiés, festifs et avec des cœurs seront également proposés. Sports, symboles, superhéros ou amulette nazar: tous les univers y passeront. 

Adobe lance Photoshop pour iPad

Adobe Systems prévoit lancer la version complète de son application Photoshop pour la tablette iPad d'Apple dans une nouvelle stratégie visant à rendre ses produits compatibles sur plusieurs appareils, en plus d'augmenter les ventes d'abonnements, a rapporté Bloomberg

La nouvelle application devrait être dévoilée lors de la conférence annuelle Adobe Max creative, en octobre, et sera lancée sur le marché en 2019. 

Adobe a entrepris depuis quelques années la modernisation de son logiciel de création multimédia. La société a déplacé toutes ses applications vers le cloud en 2012, en lançant un nouveau modèle d'abonnement qui devrait plus que doubler les ventes jusqu'à la fin de l'exercice en plus de faire grimper le titre de plus de 700%.