La référence des professionnels
des communications et du design

Les annonceurs et la Coupe du monde de soccer: l'actualité économique en rattrapage

La Coupe du monde de soccer, une «occasion extraordinaire» pour les annonceurs, Tim Hortons à la conquête de la Chine, et le service Uber Eats étend ses activités au Québec: voici les principales nouvelles économiques de la dernière semaine.

La Coupe du monde de soccer et les marques

Dans une entrevue accordée à l’émission RDI économie, André Richelieu, professeur au département de marketing de l'Université du Québec à Montréal (Uqam), a expliqué que la Coupe du monde de soccer occupe une place privilégiée auprès des annonceurs. L'internationalité du sport doublée à l'effet de rareté – la compétition se tenant tous les quatre ans – font de l'événement «une occasion extraordinaire pour les commanditaires», comme Adidas, McDonald's, Visa, Hyundai ou Qatar Airways.  

On estime que la Coupe de monde a attiré 3,5 milliards de téléspectateurs dans plus de 200 pays, selon les chiffres des organisateurs, en plus d'ajouter 2,4 milliards$US au marché de la publicité, selon Zenith Media. 

Si une vingtaine de commanditaires s'annonçaient lors de l'édition 2014 au Brésil, plusieurs se sont désistés à la suite du scandale de corruption qui a touché la Fédération internationale de football association (Fifa), dont le transporteur aérien Emirates et Sony. En 2018, la Coupe du monde ne comptait que 12 partenaires officiels. Quatre entreprises chinoises ont toutefois décidé de profiter de cette tribune pour rayonner sur la scène internationale, dont Huawei, qui teste la technologie 5G avec la société russe Megaphone. 

Nonobstant les commandites officielles, d'autres marques ont profité de la tenue de la Coupe du monde pour promouvoir leurs produits. Il suffit de regarder les joueurs entrer et sortir des vestiaires, et des avions, avec les écouteurs dans les oreilles: des AirPods et des Beats, propriété d'Apple, pour la plupart. Plutôt que de payer pour voir leur logo apparaître sur les panneaux d'affichage pendant les parties, certaines marques paient les joueurs pour arborer leurs produits durant l’événement, explique Quartz, puisque la Fifa n’interdit pas le «marketing d'embuscade». 

Tim Hortons à la conquête de la Chine et de la livraison 

La chaîne canadienne de cafés a conclu un partenariat avec la firme d'investissement Cartesian Capital dans le cadre d'un projet majeur d'expansion en Chine, comptant y ouvrir 1500 succursales d'ici 10 ans, a indiqué La Presse canadienne. 

Tim Hortons a aussi lancé la livraison de nourriture avec l'application Skip The Dishes dans 148 restaurants des villes de Vancouver, Ottawa et Edmonton, apprenait le journal Financial Post. Dans la foulée de la hausse du salaire minimum ontarien, des établissements de la chaîne avaient réduit les avantages sociaux des travailleurs et réduit les pauses rémunérées afin d'aider à contrebalancer l'augmentation de 2,40$ de l'heure. Tim Hortons pourrait ainsi tenter de surmonter la vague de publicité négative conséquente, afin de demeurer pertinente pour les consommateurs canadiens.

Rappelons que Burger King avait acquis Tim Hortons pour 11 milliards$US en août 2014. La chaîne, dont le siège social se trouve à Oakville, en Ontario, possède plus de 4700 succursales au Canada, aux États-Unis et ailleurs.

Le service Uber Eats se développe au Québec

Le service Uber Eats s'étendra dans les prochaines semaines à trois autres villes québécoises, soit Trois-Rivières, Sherbrooke et Lévis. Selon Simon Brown, directeur d’Uber Eats au Québec, le service «connaît une croissance importante» qui l’a amené à s'étendre dans la grande région de Montréal en avril 2017, le 12 décembre de la même année à Québec, puis à Gatineau en février dernier. 

Comptant aujourd'hui près de 1500 restaurants partenaires, le service «qui permet à de simples automobilistes de devenir livreurs» sera également offert dans une centaine de villes canadiennes dans les prochains mois, annonçait Uber Eats. L’entreprise réduira également ses frais d’exploitation imposés aux restaurants, qui passeront de 35% à 30%. L’année dernière, le service a généré des revenus bruts de six milliards$US. 

Depuis l'arrivée du service au Québec, une vingtaine de restaurants «virtuels» ont vu le jour, sans salle à manger et préparant des repas uniquement pour la livraison sur Uber Eats, donc.  

Expansion et approvisionnement chez Canopy Growth 

En plus de lancer sa filiale latino-américaine, Canopy Latam Corporation, Canopy Growth a acheté Spectrum Cannabis Colombia et Hiku Brands, afin d'accroître ses ventes et de renforcer son portefeuille de marques en Amérique latine et au pays. 

Canopy a également conclu un protocole d'entente avec BC Liquor Distribution Branch en vue d'approvisionner le marché de la Colombie-Britannique. Dès que la légalisation entrera en vigueur le 17 octobre prochain, l'organisation rendra accessibles 5719 kilos de produits de cannabis pendant 12 mois. 

L'engagement d'approvisionnement de Canopy envers sept provinces et un territoire (Québec, Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, Île-du-Prince-Édouard, Yukon, Manitoba, Alberta et, désormais, Colombie-Britannique) représente, sur une base annuelle, un total de 67 000 kilos de produits du cannabis offerts sous diverses formes, dont la fleur entière, l'huile et des gélules.

Camso vendue au géant Michelin

Michelin acquiert pour 1,45 milliard$US, soit près de 1,9 milliard$ canadiens, le fabricant de pneus hors route Camso, de Magog. En incluant la prise en main de la dette, la transaction s'élève à 1,7 milliard$US. 

La société, fondée en 1982, appartient principalement à la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Fonds de solidarité FTQ et Desjardins. Elle figure parmi les trois chefs de file mondiaux dans la conception, la fabrication et la distribution de pneus hors route, roues, chenilles en caoutchouc et systèmes de trains roulants avec la française Michelin et l'allemande Continental.

Michelin profitera de cette importante transaction pour établir au Québec la direction de toutes ses activités de fabrication de pneus hors route. 

Un partenariat stratégique au Japon pour Cinco et Dentsu Live 

Les agences Cinco et Dentsu Live officialisent un accord de partenariat visant à développer le marché japonais. 

Dentsu Live se tournera ainsi vers CincoLab, unité de technologie, de création et d'innovation de Cinco, pour cocréer des campagnes utilisant des technologies telles que l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, mixte et virtuelle, les objets connectés et les bots. 

Par ce partenariat, Dentsu Live ajoutera une valeur expérientielle supplémentaire, en plus d’idées novatrices pour ses clients au Japon et à l’étranger.

Mila monte en puissance 

Mila, l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal, recevra jusqu’à 80 millions$ du gouvernement québécois, dans la foulée du dévoilement de la Stratégie pour l’essor de l’écosystème québécois en intelligence artificielle, le 21 juin dernier.

Avec son nouveau conseil d’administration dirigé par Pierre Boivin, président et chef de la direction de Claridge, Valérie Pisano, présidente et chef de la direction, et Yoshua Bengio à la direction scientifique, Mila créera un modèle unique d’institut qui contribuera au développement de l'environnement de recherche et d’innovation en intelligence artificielle. 

Mila, devenu un OSBL en juillet 2017 résultant d’une collaboration entre l’Université de Montréal et l’Université McGill, en plus de liens étroits avec HEC Montréal et Polytechnique Montréal, recevra aussi une contribution fédérale de 44 millions$ de Cifar, qui dirige la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle. 

Osmo et Montréal inc. au cœur du pôle régional montréalais d'innovation

La candidature conjointe d'Osmo et de Montréal inc. a été retenue dans le cadre de l’appel de projets du gouvernement du Québec pour la création de pôles régionaux d’innovation, pour la région de Montréal.

Les deux entreprises conjugueront leurs forces respectives afin de créer un projet porteur, permettant de mobiliser les sociétés émergentes, les organismes de l’écosystème, les universités et la communauté d’affaires dans le but de les faire rayonner à l’international.

«Montréal est un terreau fertile pour les entreprises en démarrage. Près de 2600 jeunes pousses sont sur notre territoire et une quarantaine d’incubateurs, d’accélérateurs et de centres entrepreneuriaux favorisent leur développement», indique Laurence Lalonde-Lavigne, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.