La référence des professionnels
des communications et du design

Le retour de Martin Sorrell dans l'industrie

Près de six semaines après avoir quitté la présidence de WPP, Martin Sorrell planifie déjà son retour dans le monde des communications. S’il a passé plus de trois décennies à construire son premier empire, il s'est donné cinq ans pour créer son second, selon le journal anglais The Guardian.

Martin Sorrell prendra en main la société d'investissement londonienne Derriston Capital, devenue publique en 2016 et «spécialisée dans l’examen d’occasions au sein de l'industrie mondiale des technologies médicales». Le groupe sera rebaptisé S4 Capital, en référence aux quatre générations de la famille Sorrell. Le dirigeant occupera le poste de président exécutif de cette société qu’il compte dilater en «service de communication multinational axé sur la croissance».

Cette transaction constitue «une prise de contrôle inversée» explique The Guardian, c’est-à-dire qu’elle permet à une société privée d'élargir l’ensemble de ses actionnaires et de bénéficier d'un marché organisé pour ses titres. Ainsi, Derriston va transférer des titres de son capital-actions – capital émis par une société anonyme – aux actionnaires de S4. L'entente a «pour effet de changer le niveau de contrôle de la société publique au profit des dirigeants de la société privée», selon le Barreau du Québec.

Martin Sorrell aurait investi 40 millions de livres sterling de sa poche dans Derriston, soit près de 70 millions$, rapporte The Guardian. L’homme d’affaires croit qu’il «existe d'importantes occasions de développement dans la technologie, les données et le contenu».

Martin Sorrell reprend ainsi la tactique qu'il avait utilisée dans les années 80 – la prise en main d'une société cotée en Bourse – alors qu'il avait acquis une participation financière dans le fabricant de paniers Wire and Plastics Products. Celui-ci avait ensuite servi de véhicule pour acheter certaines des agences de publicité les plus célèbres, comme JWT et Ogilvy & Mather, selon le quotidien New York Post. 

Visé par une enquête

En avril dernier, une enquête visant Martin Sorrell, fondateur et directeur général de l'entreprise britannique WPP, a été lancée autour d'accusations de «comportement inapproprié» en lien avec l'utilisation d'éléments d'actif du géant mondial de la publicité. Celui qui était à la tête du groupe depuis 33 ans a quitté ses fonctions le 14 avril dernier.

Martin Sorrell avait alors nié tout comportement inapproprié. Il avait justifié la raison de son départ, par «une secousse qui mettrait inutilement une trop grande pression sur l'organisation, ses quelque 200 000 employés, les 500 000 personnes qui en dépendent et les clients servis dans 112 pays». Sa démission survient pourtant dans une période charnière pour le géant, confronté plus que jamais à la concurrence de Google et Facebook, de même qu'à la compression des budgets publicitaires de plusieurs annonceurs, rapporte la publication spécialisée Stratégies. 

L'homme d'affaires britannique sera d'ailleurs interviewé par Alexandra Scaggs du journal Financial Time, sous le thème «Quelle sera l’agence de demain?», le 11 juin prochain, dans le cadre de la Conférence de Montréal présentée par le Forum économique international des Amériques. 

 

En couverture: Martin Sorrell à la réunion annuelle du Forum économique mondial, à Davos, en 2010. Photo: Sebastian Derungs.