La référence des professionnels
des communications et du design

La Petite-Italie se pare d'art urbain

Valoriser le quartier montréalais par l'art, voilà l'idée qu'a voulu essayer la Société de développement commercial (SDC) de la Petite-Italie. 

Afin d'embellir et de dynamiser les vitrines des locaux à louer sur le boulevard Saint-Laurent dans le quartier montréalais Petite-Italie, la SDC a fait appel à l’artiste Antoine Tavaglione et à l’agence Lndmrk pour concevoir un projet d’habillage. 

À la suite d'une étude de marché réalisée en février 2017 par le Groupe Altus, visant à dresser un portrait de l’offre commerciale du quartier, la SDC a constaté l'effet négatif des devantures des locaux vacants sur la perception des passants.

«C'est une question esthétique, explique Cristina D’Arienzo, directrice générale de la SDC Petite-Italie. L'étude nous a confirmé que le quartier se porte mieux, comparativement aux 10 dernières années, avec un taux d’occupation positif et plusieurs investissements commerciaux dans le territoire. Toutefois, quand il y a plusieurs pancartes à louer sur une même vitrine, ce n'est pas très agréable à l’œil.» C'est avec ce souci esthétique en tête que la SDC a d'ailleurs pris parti de concevoir un visuel sans incitatif à l'action. Toute la place a ainsi été laissée au visuel, préférant inciter les potentiels locateurs à contacter la SDC directement.

L’agence Lndmrk a reçu le mandat de produire une expérience visuelle qui permet de couvrir les vitrines sans cacher l'intérieur des locaux, comme cela était demandé par les propriétaires des immeubles. Les deux vinyles déjà installés pour l'été sont opaques, mais les intéressés pourraient privilégier la déclinaison en transparence. La modularité du concept procurera à la SDC une certaine flexibilité pour adapter le concept dans les futures installations. D'autres habillages seront réalisés dans les prochains mois.

Ce projet vise à présenter la nouvelle image de marque de la Petite-Italie et ses trois couleurs signatures (conçue en 2014) tout en embellissant les vitrines grâce à une exécution artistique. C'est une manière d'intégrer art et branding, tout en réalisant un travail d'uniformisation des communications. «Plusieurs villes dans le monde ont mis en place des projets similaires,  précise Cristina D’Arienzo. D’ailleurs, nous nous sommes inspirés des réalisations exécutées par autres SDC de Montréal, comme celle de la rue Saint-Denis et du boulevard Saint-Laurent. Or, nous avons cherché un concept qui pouvait mieux s’adapter à nos besoins et à notre identité en faisant appel aux ressources locales.»

Maintenant que l'initiative est lancée et que les propriétaires ont été convaincus à la suite de pourparlers, la SDC songe déjà à une prochaine phase potentielle. «Nous pourrions, par exemple, penser éventuellement à un deuxième volet pour les commerces déjà loués, mais qui ne veulent pas habiller leur vitrine», précise la directrice générale de la SDC. 

Annonceur: Société de développement commercial de la Petite-Italie 
Agence: LNDMRK