La référence des professionnels
des communications et du design

Facebook lance un (non) magazine et défie les fausses nouvelles au Canada: l'actualité médiatique en rattrapage

Une publication pour «les communications et le marketing» signée Facebook, le réseau social et l'AFP entrent «en guerre» contre les fausses nouvelles au Canada, et un vote de grève chez TVA Montréal: voici l'actualité médiatique de la semaine.

Facebook lance un (non) magazine

Facebook a lancé en juin «discrètement et tout en modestie» Grow, un magazine imprimé au Royaume-Uni. La publication n’est pas offerte en kiosques, mais a été distribuée directement à des partenaires marketing de Facebook ou placée dans les salles d’attente VIP de certains aéroports, note le site internet. 

Avec sa page Facebook et son «magazine», Grow s'apparente à un média, mais l'organisation est catégorique. «Grow by Facebook est un programme de marketing» pour «élargir son entreprise, son réseau et son esprit», partageant du contenu aux clients du réseau social, au moyen d'événements et de canaux multiplateformes, dont l'imprimé. 

Ainsi, l'ambition de Grow est d'aider les chefs d'entreprise à conserver leur leadership en favorisant le développement de leurs réseaux. Bien que l’«objet» soit une publication illustrée avec photos et entrevues, avec en couverture Oscar Olsson – créateur de Nyden, nouvelle marque pour milléniaux de H&M –, la chef du marketing de Facebook Europe du Nord a expliqué à Press Gazette que l'unique objectif du projet était le développement des communications et du marketing. «Nous ne vendons pas de publicité ni ne faisons payer pour ce genre de contenus et d'événements.»

Facebook Canada et l'AFP «en guerre» contre les fausses nouvelles 

Le réseau social disposera d'un nouvel outil pour lutter contre les fausses nouvelles au Canada à partir du 2 juillet prochain. L'entreprise annonce un partenariat avec l'Agence France-Presse (AFP), «qui mènera des vérifications factuelles de certains contenus» circulant sur Facebook. Il est déjà possible de signaler du contenu jugé «inauthentique», précise Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire à Ottawa et animateur de La mêlée politique. Toutefois, de nouveaux vérificateurs – journalistes de l'AFP installés au Canada – pourront désormais déterminer si l'article est «vrai», «faux» ou «un mélange des deux», au moyen d'une nouvelle publication expliquant leur jugement. Cette mesure s'applique déjà dans 14 pays, dont la France, les États-Unis et la Turquie. 

Si la nouvelle se révèle fausse, elle sera relayée très loin dans le fil d'actualité des utilisateurs. Le texte des vérificateurs de l’AFP sera aussi envoyé à tous ceux ayant partagé ladite nouvelle. Facebook compte également limiter la visibilité et la capacité de fructification des pages ou des sites qui diffusent à répétition ce genre de contenu. 

Ce partenariat avec l'AFP s'explique par le fait que l'agence «travaille déjà avec Facebook ailleurs dans le monde, en plus d'être agréée par l'institut Poynter dans le cadre de son code international des principes de vérification des faits», rappelle le quotidien montréalais La Presse. Aucun organe de presse au pays n'est membre du réseau créé par cette école de journalisme «sans but lucratif» floridienne. Kevin Chan, chef des politiques publiques de Facebook Canada, a toutefois confié au journal la non-exclusivité de l'accord. «Ça ne veut pas dire que nous sommes fermés à l'ajout d'autres partenaires.»

Vote de grève chez TVA Montréal

Le personnel de TVA Montréal a voté à 96,8% pour des moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève générale illimitée lors d'une assemblée générale spéciale convoquée par le Syndicat des employés de TVA, rapporte La Presse canadienne. Les quelque 830 employés sont sans convention collective depuis le 31 décembre 2016. 

L'enjeu principal de la discorde demeure «l'impartition du travail qui devrait être effectué par les employés de TVA», a indiqué Réal Lebœuf, conseiller syndical du Syndicat canadien de la fonction publique. Il y aurait un «transfert du travail normalement accompli par les employés de TVA vers d'autres filiales de Québecor, comme Québecor Média ou même les studios Mels.»

Le Syndicat des employés de TVA représente «l'ensemble des employés à l'exception des représentants aux ventes, donc notamment les journalistes, les employés de bureau et les techniciens».

Québecor et Shaw Communications s'opposent aux contrôles des prix des forfaits de données à faible coût

Shaw Communications et Québecor, de «plus petits» joueurs dans l'industrie du sans-fil au pays, ont convenu avec leurs trois grands concurrents (Bell, Rogers et Telus), servant la moitié des utilisateurs, que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) ne devrait pas imposer de contrôle des prix sur les forfaits de données à faible coût, a rapporté le quotidien Financial Post. Le Bureau de la concurrence soutient toutefois que ces mesures sont «appropriées». 

Présentés récemment au CRTC, les arguments des deux entreprises divergent de ceux du gouvernement quant à la compétitivité du marché canadien du sans-fil. Québecor soutient entre autres que le contrôle des prix n'est pas nécessaire en raison d'une «concurrence accrue» d'une vingtaine de marques sur le marché. Shaw et Québecor, respectivement propriétaires de Freedom Mobile et de Vidéotron, ont fait valoir qu'il ne serait pas approprié que le CRTC exige des plafonds ou des planchers de prix.

Ce printemps, l'organisme avait ordonné à Bell, Rogers et Telus de soumettre des propositions de plans de données à faible coût pour régler les problèmes d'abordabilité soulevés par le gouvernement fédéral. Cette politique pourrait bien ouvrir le marché à des concurrents plus petits et moins coûteux. 

Instagram, la télévision et la croissance des profits

D'après les données compilées par Bloomberg Intelligence, la valeur d'Instagram est désormais estimée «à plus de 100 milliards$». Rappelons que Facebook a acheté Instagram en 2012 pour un milliard$. Selon ce rapport, le réseau pourrait doubler à deux milliards son total d’utilisateurs d’ici cinq ans, attirant des internautes plus jeunes, attrayants pour les annonceurs.

Pour stimuler la croissance future, Instagram a annoncé l'ajout d'une fonctionnalité: la télévision. Tous les utilisateurs seront en mesure de télécharger les vidéos de la nouvelle section IGTV, qui sera également une application mobile autonome sur iOS et Android. Mais selon Jitendra Waral, analyste de Bloomberg Intelligence, la plus grande partie de la croissance des revenus d'Instagram en 2018, «proviendra probablement de ses publicités sur le fil d'actualité, la plateforme télé n'étant qu'en phase de développement». 

Les données eMarketer citées par Bloomberg révèlent qu'Instagram pourrait représenter quelque 16% des revenus de Facebook au cours de la prochaine année, contre 10,6% l'année dernière. 

Des documentaires signés Snapchat

Snapchat lance une série de «mini-documentaires», offrant des épisodes non scénarisés mettant en scène des créateurs de contenu actifs sur les médias sociaux. Le premier de la série, Endless Summer, sera présenté cet automne. Les intéressés pourront suivre la vie des vlogueurs Summer Mckeen et Dylan Jordan, un couple de Laguna Beach, en Californie. Chaque épisode durera de trois à cinq minutes. 

En 2016, le film d'horreur Sickhouse, entièrement tourné par appareil iPhone, avait été présenté sur Snapchat avant de devenir un long-métrage de 68 minutes sur Vimeo. Des clips d'une dizaine de secondes avaient alors été téléchargés sur le compte de la youtubeuse Andrea Russett.