La référence des professionnels
des communications et du design

La bourse Madeleine Saint-Jacques, pour «redonner à la suivante»

La bourse Madeleine Saint-Jacques, visant à favoriser l’essor des femmes en agence, a récemment été lancée. Entrevue avec l’ancienne présidente de Saint-Jacques Vallée Y&R, et le président de Taxi Montréal, Jacques Labelle. 

De secrétaire, Madeleine Saint-Jacques est devenue productrice, responsable des médias, directrice de création, puis, en gravissant constamment les échelons, présidente et propriétaire de ce qui est devenu en 1995, Saint-Jacques Vallée Young & Rubicam (puis qui a regroupé ses activités sous l'enseigne de Taxi en 2016), à 51% à propriété québécoise. Il s’agit d'ailleurs du seul exemple dans tout le réseau mondial, où Young & Rubicam a cédé une partie de sa propriété.

«Si j’étais encore dans le métier, je poserais certainement ma candidature.» –  Madeleine Saint-Jacques

«Bien que la création ait toujours été un volet séduisant de la publicité pour les deux sexes, jamais une femme n’avait été directrice de création avant moi», indique Madeleine Saint-Jacques. Elle soulève l’important soutien de Gaby Lalande, alors directeur de la radio et de la télévision chez Young & Rubicam, qui l’a prise sous son aile «dès son embauche».

Cette bourse, financée par Madeleine Saint-Jacques, est donc l’occasion de «redonner à la suivante» pour la publicitaire, qui s’est toujours engagée dans l’industrie, notamment «en siégeant au sein de bon nombre de conseils d’administration, en plus de légiférer sur certaines questions éthiques».

Former les chefs de file féminines

Madeleine Saint-Jacques souligne «toute l’importance» que Young & Rubicam donnait à la formation intellectuelle, «pour toujours s’améliorer et faire évoluer les façons de faire». «Si j’étais encore dans le métier, je poserais certainement ma candidature», lance la pionnière de l'industrie des communications-marketing.  

Jacques labelle

taxi montréal

Jacques Labelle note les changements qui s’imposent actuellement dans l’industrie publicitaire, entre l’Effet A, le mouvement #MeToo et l’empowerment féminin. «Il faut s’ouvrir les yeux quant aux biais de perception. L’époque de l’intimidation est révolue. Nous devons travailler en collaboration et reconnaître d’abord les capacités des individus.» Le président de Taxi Montréal croit que la bourse Madeleine Saint-Jacques permettra aux femmes en agences d’obtenir non seulement «une formation tangible en gestion et en leadership, mais également de la confiance».

Rappelons que la gagnante de la bourse, qui sera annoncée à la mi-juillet, participera au programme Women Transforming Leadership, à Oxford, en Angleterre. Les candidatures doivent être soumises d’ici le 28 juin. Elles seront examinées par un jury composé d’Ann Bouthillier (Via Rail), Cristiane Bourbonnais (Cohésion stratégies), Dominique Villeneuve (A2C), Ève Laurier (Edelman) et Jacques Labelle (Taxi).

 

*Photo: Madeleine Saint-Jacques captée par la réalisatrice Mélanie Charbonneau.