La référence des professionnels
des communications et du design

Montréal, championne nord-américaine de la croissance de l'emploi: l'actualité économique en rattrapage

Montréal arrive en tête des 20 centres urbains nord-américains en matière de croissance de l'emploi, une «Station FinTech» pour les entreprises de technologies financières, la révolution technologique pourrait attiser les écarts économiques mondiaux: voici les principales nouvelles économiques de la dernière semaine.

Montréal, championne nord-américaine de la croissance de l'emploi 

Montréal arrive au sommet des 20 centres urbains les plus peuplés du Canada et des États-Unis en matière de croissance de l'emploi en 2017, selon les données compilées par Montréal International. La métropole enregistre sa meilleure performance depuis 1998, considérant l'augmentation de 3,6% du nombre moyen d'emplois de 2016 à 2017. Sous l'impulsion de cette croissance, le taux de chômage moyen a chuté de 7,7% à 6,4% pour la même période. 

Dans une entrevue accordée au quotidien montréalais La Presse, l'économiste en chef de Montréal International, Christian Bernard, indique que la ville «est généralement dans le milieu ou le bas du classement», avec une «croissance normale de 1,5 ou de 2%». Le nombre moyen d'emplois dans la région métropolitaine est passé de 2,071 millions en 2016, à 2,146 millions en 2017, soit une augmentation d'environ 75 000 postes. Toronto affiche pour sa part un taux de croissance de 2,32% et s'inscrit au sixième rang, avec la création de 70 000 postes. 

Toujours selon Christian Bernard, «les secteurs qui ont créé ces emplois sont à haute valeur ajoutée». Jeux vidéo, effets visuels, industrie pharmaceutique, aérospatiale, technologies financières et intelligence artificielle: des «secteurs traditionnellement forts de l'économie québécoise» ont mené la charge. 

Une «Station FinTech» québécoise pour les entreprises de technologies financières

Le Québec aura un lieu physique «officiel» de développement pour entreprises spécialisées en technologies financières. Il nichera au 4 Place Ville-Marie, au centre-ville de Montréal. Le hub, qui ouvrira durant l'automne 2019, sera baptisé Station FinTech. 

Ce pôle vise à soutenir le développement de jeunes entreprises du secteur des technologies financières par la mise en place d'un programme d'incubation et de mentorat, en plus de favoriser la transformation numérique des grandes institutions. Dès l'ouverture, de 20 à 30 jeunes entreprises ainsi que plusieurs partenaires corporatifs pourront profiter d'un «assortiment de services pour favoriser leur croissance». Un investissement de neuf millions$ sur cinq ans avait été annoncé en mars dernier par Québec, pour épauler le projet de l'organisme Finance Montréal. Le nouvel espace physique sera dirigé par Matthieu Cardinal, vice-président, développement, FinTech et affaires corporatives.  

Une révolution technologique creuse les écarts

La révolution technologique en cours pourrait considérablement améliorer la productivité et l’innovation dans le monde, mais elle pourrait aussi attiser les problèmes économiques mondiaux, notamment dans les pays les plus pauvres, rapportait Éric Desrosiers du quotidien montréalais Le Devoir. 

Selon un livre blanc intitulé Intelligence artificielle et développement humain publié par le Centre de recherche pour le développement international, les problèmes que doivent affronter plusieurs pays en développement seront «encore aggravés» par la révolution technologique, notamment en matière d’intelligence artificielle (IA). «Retard économique par rapport au Nord, inégalités croissantes des revenus, jeunes laissés en marge de l’économie, violence et discrimination contre les femmes et les minorités, régimes autoritaires, tensions sociales»: alors que l’IA devrait enrichir l’économie mondiale «de près de 16 000 milliards$ en 2030, 70% de cette nouvelle richesse sera accaparée par l’Amérique du Nord et la Chine, et un maigre 10% ira aux pays du Sud». 

Une guerre commerciale pourrait provoquer un recul de l'économie canadienne

Alors que les États-Unis ont annoncé l'imposition d'importants tarifs douaniers sur les importations d'acier et d'aluminium provenant du Canada, du Mexique et de l'Union européenne, une analyse publiée par la Banque Scotia prévoit qu'une «guerre commerciale» pourrait provoquer une récession.

«Si les États-Unis rompent tous leurs liens commerciaux avec leurs partenaires par l'imposition de surtaxes moyennes de 20%», les autres pays de l'Alena pourraient bien voir leurs économies décroître en 2020. Pour le Canada, les prévisions indiquent un recul de 1,8%, a expliqué la Presse canadienne.

Les entreprises émergentes fondées par des femmes sont plus profitables

Selon la publication spécialisée Fortune, les entreprises en démarrage fondées par des femmes seraient susceptibles de générer davantage de revenus, en plus de nécessiter moins de financement, alors que les projets mis de l’avant par des femmes ne représentaient que 2,2% du capital de risque investi en Amérique l’an dernier. 

Sur les 350 entreprises examinées par le groupe Boston Consulting Group and MassChallenge, le financement de démarrage moyen des entreprises lancées par des femmes se situait à 935 000$, soit moins de la moitié des 2,1 millions$ accordés en moyenne à celles lancées par des hommes. De plus, les organisations émergentes menées par des femmes affichaient un rendement de 78¢ par dollar investi sur cinq ans, comparativement à 31¢ pour celles dirigées par des hommes. 

60 millions$ pour la société montréalaise Breather

L'entreprise en démarrage Breather, qui se spécialise dans les services de location d'espaces de bureau à court terme, serait «l'une des jeunes entreprises québécoises les plus prometteuses», selon le quotidien montréalais La Presse. Celle qui s'est jusqu'ici développée presque exclusivement grâce à des capitaux étrangers a reçu 60 millions$ additionnels provenant notamment de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Temasek, un fonds souverain de Singapour, et le promoteur immobilier asiatique Ascendas-Singbridge font aussi partie des nouveaux investisseurs recrutés par Breather.

La somme annoncée porte à quelque 150 millions$ les investissements en capital de risque encaissés par Breather depuis sa fondation, en 2013. Toujours selon La Presse, «l'entreprise avait déjà attiré l'attention de fonds américains comme Valar Ventures – dirigé par le cofondateur de PayPal et premier investisseur de Facebook, Peter Thiel – ou Menlo Ventures, un des plus anciens fonds de Silicon Valley». Avant la Caisse, Real Ventures était le seul groupe québécois à y avoir investi. 

Le Cirque du Soleil s'implante au centre commercial

Le Cirque du Soleil avait annoncé vouloir ouvrir des centres de divertissement familial dans les centres commerciaux du monde entier. Le premier sera inauguré dans la région de Toronto en septembre 2019, dans une propriété d'Ivanhoé Cambridge, filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le concept, qui proposera des activités acrobatiques et artistiques inspirées du Cirque, dont le saut à l'élastique, le trampoline, la jonglerie et la danse, «s'inscrit parfaitement dans la tendance mondiale d'évolution du commerce de détail, alors que les développeurs cherchent de plus en plus à offrir des expériences de divertissement», note le Cirque.