La référence des professionnels
des communications et du design

Simon Duhamel, entre Montréal et New York

Le photographe Simon Duhamel a assuré la photographie et la direction photo de la campagne toute new-yorkaise de Zelle, une application de transferts monétaires numériques, orchestrée par l’agence Huge.

En septembre dernier, Simon Duhamel a été contacté par le réalisateur américain Paul Trillo, qui avait déjà le contrat publicitaire avec Zelle en main. «Il cherchait à réaliser une publicité dans un environnement très graphique», raconte Simon Duhamel. Un univers que le photographe connaît bien.

Ayant travaillé de près avec les designers Julien Vallée, de Vallée Duhamel, et Karim Charlebois-Zariffa, tous deux provenant de l’École de design de l’Uqam, Simon Duhamel présentait un portfolio regorgeant de publicités et de projets aux accents graphiques, «quelque part entre la photographie et l'illustration». 

Afin de lancer la marque Zelle, le réalisateur souhaitait mettre de l’avant des scènes du quotidien nécessitant des transferts monétaires, dans une signature visuelle caractéristique du travail de Simon Duhamel: fonds en transition de couleur; jeu de néon, accessoires conçus à la main. «C’est le genre de projets pour lesquels on m’approche souvent au Québec, mais qui est très peu courant aux États-Unis, explique-t-il. L’aspect design graphique en publicité est très représentatif de Montréal, selon l’équipe new-yorkaise.»

Entre la photographie et la direction photo, Simon Duhamel a dû «valser d’un côté et de l’autre» de ces deux plateaux en parallèle, déployés sur trois jours de tournage où chaque minute comptait. «Les budgets étaient somme toute assez serrés. Il semblait y avoir beaucoup de tensions monétaires entre l’agence et la maison de production.»

L’offensive s’est déclinée ces derniers mois, ayant profité d’une large diffusion autant en affichage qu’en magazines, alors que la campagne vidéo, composée de six messages de 15 secondes, a surtout été déployée en prévisionnement sur YouTube.

«Entre Londres et les États-Unis»

Cette excursion à New York a permis à Simon Duhamel de tisser des liens avec l’industrie créative de la ville américaine. «J’ai pu participer à la journée Face to Face d'AtEdge, des rencontres ciblées de 20 minutes permettant aux photographes de présenter leur travail à des artisans de l’industrie publicitaire new-yorkaise.» Un programme dont la photographe Geneviève Caron a aussi bénéficié dans les années passées.

En plus de ces rencontres professionnelles, AtEdge distribue des livres de référence dans plusieurs agences américaines. Le nom de Simon Duhamel pourrait donc prochainement circuler à l’international. «Dans mes nombreuses conversations avec l'industrie new-yorkaise, on m’a dit que mon travail si situait à mi-chemin entre Londres et les États-Unis. En étant au Québec, c’est un peu notre place.»