La référence des professionnels
des communications et du design

La Presse veut se placer «au-devant de la parade publicitaire»

Le quotidien montréalais La Presse annonce une «refonte complète de son offre publicitaire». Au menu: programmatique rehaussée, segmentation des auditoires, ciblage bonifié, nouveau stock vidéo et amélioration des points de contact, dont une application mobile revampée prévue pour 2019.

«Au moment de mettre fin à l'édition de papier de La Presse, en décembre, on a aussi décidé de se réinventer d'un point de vue publicitaire, explique Patrick Jutras, son vice-président, ventes. Cette réinvention, qu'on dévoile aujourd'hui, permettra d'offrir beaucoup plus d'intelligence publicitaire à tous nos annonceurs.»

Programmatique rehaussée, segmentation des auditoires, capacités de ciblage bonifiées, arrivée d'un nouveau stock vidéo et amélioration des points de contact: ce tour d'horizon de la nouvelle offre devrait permettre à l'entreprise de se placer «au-devant de la parade publicitaire», dixit Patrick Jutras.

Une nouvelle infrastructure de soutien

Lancée en 2013, La Presse+ avait l'objectif d'offrir aux annonceurs des occasions publicitaires beaucoup plus mesurables que le papier de l'époque. Toutefois, avec les changements survenus dans le marché ces dernières années, «l'infrastructure backend de La Presse devait s'adapter», indique Patrick Jutras.

Pour franchir ce cap, l'entreprise annonce l'implantation d'un nouveau serveur publicitaire, axé sur la plateforme Google DFP. L’adoption de la solution DFP permettra ainsi aux annonceurs d'accéder aux différents types d’achats programmatiques, tels que le direct, l’accès garanti, les marchés privés ou encore le marché ouvert.

Auditoires segmentés

De plus, le nouveau serveur publicitaire de La Presse fera appel à une plateforme de gestion de données qui permettra de segmenter les publics du média en autant de publics cibles, aussi bien sur La Presse+ que La Presse Mobile ou lapresse.ca.

«Ce qu’on a construit pour nos annonceurs, ce sont des segments d'auditoire qualifiés.»

«Ce qu’on a construit pour nos annonceurs, ce sont des segments d'auditoire qualifiés, précise Geoffrey Bernard, directeur principal, analytique et science de données, de La Presse. L'avantage d'avoir le même outil sur nos trois plateformes, c'est d'être capable de continuer la conversation publicitaire sur chaque point de contact. Quand un annonceur achètera le segment d'auditoire qui l'intéresse, notre écosystème publicitaire permettra de le cibler sur La Presse+ comme sur lapresse.ca.»

geoffrey bernard

directeur principal, analytique et science de données, de La Presse

Autrement dit, fini les silos: La Presse va intégrer toutes les données dans une même structure, ce qui permettra aux annonceurs d'aborder leurs auditoires «au bon moment, avec le bon message», ajoute Geoffrey Bernard. «Et comme le niveau d'interaction et d'engagement avec les publicités est élevé dans La Presse+, nous croyons que de permettre de mieux cibler les auditoires aboutira sur des performances élevées de conversion pour nos annonceurs.»

Concrètement, c'est donc dire que chaque utilisateur de La Presse+ sera, par exemple, susceptible de voir des publicités différentes, adaptées selon ses préférences, son comportement ou son profil d'utilisation.

Les segments d'auditoire, quant à eux, pourront autant être prédéfinis – à l'aide d'une recette réunissant plus de 300 variables – que conçus sur mesure, selon les besoins spécifiques d'un annonceur. Un moyen d'être «concurrentiel» avec ce que certains éditeurs offrent dans le marché d'aujourd'hui, avoue Patrick Jutras, mais aussi de positionner La Presse comme une entreprise capable de davantage de pertinence pour les annonceurs, que ce soit pour la familiarisation du public avec leurs marques ou pour les conversions en achats.

Un nouveau stock vidéo et deux points d'accès revampés

Autre nouveauté: en août, La Presse lancera une nouvelle plateforme vidéo sur lapresse.ca, une demande exprimée souvent par ses partenaires. Les offensives vidéo devraient donc vite arriver sur le portail web de l'entreprise, qui se verra bonifié pour l'occasion.

«C'est une offre dans laquelle pourront être intégrées des vidéos de type prévisionnement, mid-roll et postvisionnement»

«Le contenu vidéo va tourner autour des thèmes qu'on propose déjà, comme des sujets d'actualité ou de styles de vie. C'est une offre dans laquelle pourront être intégrées des vidéos de type prévisionnement, mid-roll et postvisionnement Surtout, il sera possible d'ajouter les notions d'auditoire et de ciblage publicitaire à tout ça», détaille Patrick Jutras.

Des «ajustements» à la salle de rédaction de La Presse devraient aussi survenir cet été, alors qu'elle aura le mandat de produire davantage de vidéos pour lapresse.ca... avant que ces efforts ne servent aussi à une nouvelle application mobile, dont le déploiement est prévu pour le début de 2019.

«L'application mobile va proposer des publicités natives, une expérience engageante et une valeur relative semblable à La Presse+.»

«À La Presse, on se fait un devoir d'être respectueux de l'expérience utilisateur, alors l'application sortira quand elle sera prête, avance Patrick Jutras. Chose certaine, elle va proposer de la vidéo, des publicités natives, une expérience engageante et une valeur relative semblable à La Presse+.»

Et alors que «la vision de La Presse, c'est d'être une seule plateforme, où seulement les formats créatifs peuvent changer selon les points d'accès», illustre Patrick Jutras, les versions revampées de lapresse.ca et de La Presse Mobile devraient offrir à l'entreprise plus de détails sur les habitudes de ses utilisateurs. D'autant plus que dans tout l'écosystème de La Presse, «il y a très peu de duplication chez les utilisateurs: moins de 10%», chiffre Geoffrey Bernard.

«La Presse est déjà reconnue, chez les annonceurs, comme un très bon moyen de familiariser le public avec leurs marques. Avec notre nouvel écosystème publicitaire et les innovations technologiques qu'on prépare, on veut s'assurer que La Presse devienne tout aussi reconnue dans sa pertinence et sa capacité de conversion», conclut Patrick Jutras.

En couverture: Patrick Jutras, vice-président, ventes, de La Presse.