La référence des professionnels
des communications et du design

Vrak remporte le Prix Image/in 2018

Le vote du public a octroyé à Vrak le Prix Image/in 2018, pour ses actions en faveur d’une représentation saine et diversifiée du corps, en plus de recevoir la mention Choix des jeunes, décernée par les moins de 18 ans. Vêtements Mandala, quant à elle, a obtenu le Coup de cœur du jury.

C’est en soirée, à la Galerie Gora, à Montréal, que s'est déroulée la cérémonie de remise du Prix Image/in 2018, au cours de laquelle des entreprises québécoises de la mode, des médias et de la publicité, ont été honorées. 

«Nous sommes fiers d’avoir remporté cette récompense, car la diversité sous toutes ses formes, corporelle, culturelle ou sexuelle, a toujours été essentielle pour Vrak», indique Johane Landry, directrice, productions originales, et chef de marque de la chaîne. Rappelons que Vrak était en lice pour l’article #BodyPositive: 7 raisons d’apprendre à aimer son corps, ainsi qu’un segment de l’émission Code F. portant sur la diversité corporelle. 

Composé d’adolescents de 13-16 ans et de représentants de l’industrie de l’image, le jury a décerné son Coup de cœur à Vêtements Mandala, qui permet aux femmes «de s’épanouir, d’accepter et d’aimer leur corps grâce à des vêtements qui les mettent en valeur».

Une table ronde pour valoriser la diversité corporelle

En marge de l'attribution du Prix Image/in, le groupe d'action sur le poids ÉquiLibre a tenu une table ronde sur le thème «Comment aider les entreprises à valoriser la diversité corporelle?», avec cinq panélistes du milieu des affaires. 

Jean-François Mallette, vice-président exécutif et chef de la direction de DDB Canada; Christine Potvin, vice-présidente, gestion invalidité et règlements vie, de Financière Sun Life; Jacques Sauvageau, vice-président, ventes et gestion de comptes, est du Canada, de Homewood Santé; Jacqueline Tardif, présidente de Reitmans et Mélanie Thivierge, présidente-directrice générale du Y des femmes de Montréal, se sont tour à tour exprimés quant à la responsabilité sociale des entreprises dans la promotion de la diversité corporelle en milieu de travail. 

«La diversité au sens large est primordiale dans tous les environnements de travail», indique Jean-François Mallette. Même son de cloche pour la Financière Sun Lif où «une strarégie très stricte quant à la diversité et l'inclusion, misant sur la formation notamment, a été instauré par les dirigeants de l'entreprise», soulève Christine Potvin. 

«Le talent est loin d'être relié à l'apparence d'une personne, précise Jacques Sauvageau de Homewood Santé. Il y a un coût élevé pour les organisations qui tolèrent la discrimination, un des facteurs qui explique le roulement important des employés. C'est très rentable d'investir dans le respect.»

La parité hommes-femmes en entreprise, «un élément fondamental de la diversité», selon Mélanie Thivierge, était également au menu des discussions. «La bonne volonté ne suffit pas. Il faut mettre en place des actions et politiques concrètes, lance la PDG du Y des femmes de Montréal. La société est responsable d'aider les femmes à atteindre la marche suivante, une responsabilité que les employeurs devraient également porter.»