La référence des professionnels
des communications et du design

Déploiement d'une escouade de 30 jeunes de La Factry à C2 Montréal

Le centre de formation La Factry a déployé pour une deuxième année Meet the future à C2 Montréal. Cette initiative permet à 30 jeunes allumés de 18-25 ans de diverses régions au Québec et aux profils différents de rencontrer des décideurs et gens d'affaires de partout. Infopresse s'est entretenu avec des membres de l'escouade pour connaître leur expérience sur les lieux.

Laure Noël-Bourbeau, Chloé Boivin et Ève Ste-Marie ont 18 ans et étudient au Collège international Sainte-Anne. Les trois attendaient sur la Plaza de C2 Montréal, le 24 mai dès 9h, pour leur première Braindate, événement organisé pendant C2 et créé par e180 en 2013. Les trois ont posé leur candidature auprès de La Factry, qui a décidé de profiter de ces Braindates à C2 Montréal pour lancer l'an dernier l'initiative Meet the future

Cette année, Meet the future a reçu 179 candidatures partielles et 51 complètes (avec vidéos). Les intéressés avaient jusqu'au 4 mai pour poser leur candidature à cette initiative et devaient réaliser une courte vidéo de présentation. Le jury de sélection, composé de cinq membres, provenant de La Factry et de l'industrie créative, a sélectionné 30 jeunes d'âges variés, provenant de diverses régions au Québec (un vient, par exemple, de la Beauce) et aux intérêts différents, allant de l'innovation, à l'entrepreneuriat en passant par les communications-marketing.

En tout, cinq coachs soutenaient les jeunes et les formaient avant C2 Montréal.

En tout, cinq coachs soutenaient les jeunes et les formaient avant C2 Montréal: Hélène Godin, chef de la création de La Factry; Martin Ouellette, professeur au programme arts, lettres et communications, profil créativité et innovation, du Collégial international Sainte-Anne en collaboration avec la Factry; Chantal Gosselin, chanteuse, formatrice et conférencière (spécialisée en improvisation vocale); Olivier Offman, directeur de l'exploitation de Yulism; et Laurence B. Arthur, guide des agents de changement aussi de La Factry.

L'expérience de formation a été marquante pour les trois jeunes femmes rencontrées, qui vont s'en souvenir longtemps. Parmi les ateliers donnés avant le début de C2 Montréal, soit le 22 mai, Chantal Gosselin a fait chanter les 30 jeunes pas pour les entraîner au chant, mais pour leur montrer à porter leur voix et à gonfler à bloc les troupes avant qu'elles soient déployées sur le site de C2 Montréal. Une autre formation consistait à aligner les participants l'un en face de l'autre, puis à les faire se rapprocher pour démontrer que chacun n'a pas la même notion de bulle personnelle. Une autre approche visait à cultiver l'écoute et à décoder les signes non verbaux que les gens envoient lorsqu'on discute avec eux.

Cette année, Meet the future a reçu 179 candidatures partielles et 51 complètes (avec vidéos). 

D'autres apprentissages étaient plus confrontants aux yeux des trois participantes. Elles racontent qu'Olivier Offman jouait le coach «méchant». Il faisait asseoir les participants en cercle, puis faisait le tour du groupe en lançant un nom. Le participant désigné devait se lever et s'asseoir face à lui. Olivier Offman mettait ensuite la table en lui présentant un enjeu hypothétique d'affaires, puis lui demandait de lui dire ce qu'il ferait. «Ce qui était vraiment intimidant, c'est que chaque fois que le participant s'exprimait et soulevait un point, il le détruisait pour tenter de le déstabiliser et voir comment la personne réagissait à un comportement négatif», expliquent-elles.

Art de réseauter

L'objectif de cette initiative est de permettre aux jeunes professionnels en devenir de réseauter et de rencontrer des décideurs et gens d'affaires de partout.

En plus de ces cinq coachs, cinq personnes se trouvaient sur les lieux le jour de l'événement pour «chasser» les décideurs de l'industrie et organiser des braindates avec les jeunes. Pour ces derniers, c'est l'occasion de connaître les différents parcours des gens d'affaires et de s'inspirer d'eux afin d'imaginer leur propre carrière, ou de discuter d'enjeux qui leur tiennent à cœur. 

Younouss Bello, étudiant de dernière année en design de l'environnement de l'Uqam, a eu l'occasion de vivre trois braindates, la première en groupe, les deux autres en solo. Pour lui, Meet the future, était la «prochaine grande expérience de sa vie». Les braindates ont dépassé ses attentes. Sa première rencontre en groupe se déroulait avec un designer de costumes qui a lancé sa collection. En s'entretenant avec lui et en voyant un intérêt envers sa prochaine rencontre en solo, il l'a invité à se joindre à la discussion, un match parfait selon lui comme la seconde entreprise se spécialisait en design d'expérience pour le commerce de détail. Le contact avec sa première date a tellement bien été qu'il a été invité à travailler avec lui pour un projet la semaine suivante.

Les apprentissages durant ces discussions sont donc bidirectionnels. Les trois participantes, elles, ont eu l'occasion de vivre un braindate sur un bateau, où le détaillant La Vie en rose souhaitait connaître leur expérience de magasinage à titre de consommatrices lorsqu'elles achètent de la lingerie. 

 

 

Photo: Clovis henrard

 

 

En couverture: vidéo de la cohorte 2017 de La Factry. Photo: Clovis Henrard