La référence des professionnels
des communications et du design

Havas Montréal abritera le nouveau Centre de recherche en intelligence artificielle du Groupe Havas

Le Groupe Havas a profité du Forum Intelligence artificielle de C2 Montréal pour annoncer qu'il avait retenu Montréal, comme lieu pour son nouveau Centre d’innovation en intelligence artificielle (IA). En plus de générer de nouveaux emplois, celui-ci devrait permettre à l'agence de déployer des expériences utilisateurs prédictives et automatisées afin d'optimiser la performance des marques.

Le choix d'installer ce nouveau Centre d'innovation à Montréal n'a rien d'anodin, selon Yannick Bolloré, président-directeur général du Groupe Havas et président du Conseil de surveillance de Vivendi.

Pour démontrer la valeur de Montréal comme lieu d'ouverture d'un tel Centre, le premier ministre du Québec a rencontré les dirigeants de havas à paris.

«Notre groupe est bien ancré à Montréal. La région constitue un centre névralgique en matière d’innovation et d’IA. Havas Montréal est donc l’agence toute désignée pour offrir à ses clients une gamme complète de services et de solutions autour de l’IA. Ce projet nous assure un positionnement sans égal dans le marché. Il mettra en valeur le talent de nos équipes, en plus de fournir des solutions et des technologies qui optimiseront la performance des expériences offertes par nos clients.» 

Pour démontrer la valeur de Montréal comme lieu d'ouverture d'un tel endroit, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui était à Paris en mars dernier, a rencontré des dirigeants du Groupe Havas. C'est Montéal International, qui fait le pont entre les investisseurs étrangers, les organisations internationales et les talents stratégiques, qui a organisé les discussions. Philippe Couillard était d'ailleurs présent le 24 mai au matin à C2 Montréal. 

«L’écosystème montréalais de l’intelligence artificielle compte la plus forte concentration de chercheurs au monde et une masse critique d’entreprises; Havas y trouvera donc tout le talent et le soutien nécessaires pour décupler sa capacité d’innovation, conclut Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International. Cette implantation démontre encore l’immense succès que connaît la métropole auprès des grands joueurs mondiaux ainsi que sa capacité à faire rayonner son expertise et ses secteurs de pointe sur la scène internationale.»

Rappelons que Montréal a attiré bon nombre d'investissements dans la métropole ces dernières années, notamment Google, qui s'était engagée à verser 4,5 millions$ au Mila, et Élément AI, qui a obtenu en juin 2017 un financement de 137,5 millions$ provenant de Microsoft, Intel et Nvidia. 

Avant d'épauler la candidature de Havas Montréal, le gouvernement souhaitait s'assurer que l'initiative n'allait pas créer de la concurrence dans l'embauche d'experts en IA, l'un des enjeux de bien des entreprises de recherche en IA à Montréal. 

Jan-Nicolas Vanderveken

PDG et chef de la direction de havas montréal

Rapidement, toutefois, Havas l'a rassuré en expliquant qu'elle n'allait pas devenir un laboratoire de recherche pure de plus dans cet écosystème. «Le Centre n'embauchera pas des chercheurs, mais bien des experts en science des données, en design d'expérience utilisateur et en programmation d'expérience client dans le but de créer des applications concrètes destinées aux annonceurs», précise Jan-Nicolas Vanderveken, PDG et chef de la direction de Havas Montréal. Il ajoute que l'objectif du Centre est d'offrir des solutions concrètes à ces derniers. «On ne sera pas dans la programmatique ou le ciblage, mais bien dans l'expérience client. Avec les technologies d'IA, il est possible d'avoir une expérience personnalisée à chaque point de contact.»

Le Centre n'embauchera pas des chercheurs, mais bien des experts en science des données, en design d'expérience utilisateur et en programmation d'expérience client dans le but de créer des applications concrètes aux annonceurs.

Parmi les solutions développées dans le Centre, on note la capacité de prédire les préférences et les comportements des consommateurs, en plus de l'automatisation de certaines interactions numériques, histoire d'optimiser la performance des campagnes des marques. En somme, les outils conçus au Centre d'innovation devraient se situer au carrefour de la création et de l'innovation technologique, explique Havas. 

Sous la direction de Havas Montréal

marc blanchard

havas new york

La mise en œuvre du Centre d’innovation en intelligence artificielle se fera sous la supervision de Jan-Nicolas Vanderveken et de Pierre-Benoît Lemieux, vice-président, expérience client, de Havas.

Néanmoins, l'agence parisienne BETC, Havas New York et Havas Montréal uniront leurs efforts pour mettre en selle le Centre, qui devrait permettre aux agences de développer des expériences de marque nourries par l’intelligence artificielle, pour des clients du Canada, de l’Europe et des États-Unis.

Le Centre sera situé dans les locaux de Havas au centre-ville de Montréal. L'agence accueillera aussi bientôt un studio de réalité augmentée pour compléter cette nouvelle offre. Au total, 60 postes en IA seront créés sur trois ans, à Montréal pour servir les annonceurs locaux et ceux du groupe. «Ce seront de nouveaux postes et non des déplacements de personnel dans les équipes de BETC, Havas Montréal et Havas New York, souligne Jan-Nicolas Vanderveken. Plusieurs employés de nos équipes respectives visiteront toutefois les bureaux de l'un et l'autre pour différents mandats qui seront pris en main en commun.» Une employée de Havas Montréal se trouve d'ailleurs à Paris pour établir le pont entre les deux entreprises.

Les actuels bureaux de l'agence de Montréal, d'une superficie d'environ 17 000 pieds carrés, pourront accueillir tous ces nouveaux employés. Le bail de l'agence se termine en 2020, laissant la possibilité d'un éventuel déménagement en cas de croissance. L'escouade IA ainsi conçue sera «mobile» et se joindra aux diverses équipes sur place de Havas Montréal.

olivier vigneaux

betc

Havas n'en est pas à une première incursion dans le monde de l'IA. Son bureau de New York a jeté des bases solides dans le développement de ce volet il y a trois ans avec le compte d'IBM avec la technologie IBM Watson. «Par cette expérimentation, on a constaté qu'on pouvait développer cette offre de plus pour les clients de Havas», mentionne Marc Blanchard, chef mondial du design d'expérience de Havas New York. Le groupe Havas a même créé l'outil Arcadia, une technologie dont elle est propriétaire et qui permet aux annonceurs d'avoir des données objectives et précises sur le parcours consommateur. 

Du côté de l'agence parisienne BETC, Olivier Vigneaux, PDG de BETC Digital, mentionne que cette collaboration était naturelle comme «l'agence accompagne de grands annonceurs associés à la créativité et à l'innovation», sans compter qu'elle a déjà collaboré avec Havas New York et a commencé à travailler avec Montréal ce printemps pour des projets d'IA. De plus, il s'agit d'une «porte sur l'Amérique du Nord» pour les annonceurs de l'agence. 

Marc Blanchard de Havas New York ajoute que les talents qui se trouvent à Montréal ont une fibre collaborative beaucoup plus développée que dans la Grosse Pomme ou ailleurs, un avantage «qui favorise» l'innovation et la création.

«La création du Centre d’innovation s’inscrit dans la stratégie de Havas Montréal qui vise à offrir à nos clients un nouveau type d’expertise et à positionner l’agence comme un véritable moteur d’innovation au sein de la famille Vivendi, termine Jan-Nicolas Vanderveken. Si notre initiative inspire d'autres réseaux à développer ce genre de collaboration unique, nous serions bien heureux. C'est ce genre de mise en commun qui permet d'innover ensemble.»

 

Photo: Mikael Teimer. De gauche à droite: Marc Blanchard (Havas New York, chef mondial du design d'expérience), Jan-Nicolas Vanderveken (Havas Montréal, Président et chef de la direction) et Olivier Vigneaux (CEO, BETC digital)