La référence des professionnels
des communications et du design

Changement à la tête de Cogeco, et Alexandre Taillefer quitte le C.A. de MishMash Média: l'actualité médiatique en rattrapage

Louis Audet quitte la tête de Cogeco, Alexandre Taillefer démissionne du C.A. de MishMash Média, un rapport de Facebook révèle ses efforts de modération, et un nouveau laissez-passer «adulte» pour acheter des publications pornographiques au Royaume-Uni: voici l'actualité médiatique de la semaine.

Changement à venir à la tête de Cogeco

Louis Audet, président et chef de la direction de Cogeco, quittera ses fonctions à partir du 1er septembre prochain. Il occupait ce poste depuis 25 ans.

Il sera remplacé par Philippe Jetté, entre chez Cogeco en 2011 à titre de vice-président principal et chef de la direction technologique et de la stratégie. Depuis 2015, il occupait le poste de président de la filiale Cogeco Peer 1. 

Selon La Presse canadienne, Louis Audet demeurera au sein de l'organisation, car il occupera le rôle de président exécutif du conseil d'administration de Cogeco et Cogeco Communications. Il sera appelé à concentrer ses efforts sur les décisions d’affaires et les stratégies majeures des deux entités.

La famille Audet demeure aussi l’actionnaire de contrôle de Cogeco. Elle «entend continuer à œuvrer au développement de la société comme elle l’a fait au cours des 60 dernières années», selon un communiqué de l’entreprise.

Alexandre Taillefer démissionne du C.A. de Mishmash

Après avoir annoncé qu’il devenait président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec, Alexandre Taillefer quitte le conseil d'administration de son entreprise MishMash Média, propriétaire des publications Voir et L'Actualité.

Son saut en politique avait lancé une controverse médiatique, les partis d’opposition voyant dans la situation d’Alexandre Taillefer le même malaise que celui créé lors de l'accession de Pierre-Karl Péladeau, propriétaire de Québecor, à la chefferie du Parti québécois.

Le rôle que Alexandre Taillefer jouait chez MishMash Média sera dorénavant assuré par son président, Éric Albert. Il sera responsable de l'administration complète et des décisions d'affaires de l’entreprise.

En plus de quitter le C.A. de Mishmash, Alexandre Taillefer a mis fin à sa chronique mensuelle dans le magazine Voir.

Déjà 583 millions de faux comptes fermés par Facebook en 2018

Pour la première fois, Facebook a dévoilé des détails sur ses actions entreprises afin de combattre le contenu haineux ou faux qui circule sur sa plateforme.

Dans un rapport intitulé Facebook Transparency, on apprend que Facebook a supprimé 865,8 millions de publications dans les trois premiers mois de 2018, la vaste majorité étant des pourriels («spam»), avec une minorité de publications liées à la nudité (21 millions), la violence visuelle (3,4 millions), des propos haineux (2,5 millions) ou de l'appel au terrorisme (1,9 million).

Facebook a aussi fermé plus de 583 millions de faux comptes depuis le premier janvier dernier.

Selon Richard Allan, vice-président, politiques publiques, Europe, de Facebook, cité dans le rapport, ces fermetures ne sont «que le début» et devraient continuer dans la prochaine année, le réseau social promettant aussi un maximum de transparence dans sa modération.

De l'horreur signée Guillermo del Toro sur Netflix

Une nouvelle série télé d'horreur présentée par Guillermo del Toro, gagnant de l'Oscar du meilleur film 2018 pour The Shape of Water, arrivera bientôt sur Netflix.

Intitulée Guillermo del Toro Presents 10 After Midnight, la série présentera différentes histoires d'épouvante sélectionnées par Guillermo del Toro, qui écrira et réalisera certains des épisodes, en plus de jouer le rôle de producteur.

Une correspondante spécialisée en genres pour El Pais

Après The New York Times et The Washington Post, un autre quotidien d'envergure internationale vient de nommer une journaliste attirée aux questions de genres: le journal espagnol El Pais.

Fondé il y a 42 ans en Espagne, El Pais a procédé à cette nomination, car , selon ses décideurs, une plus grande dose d'attention doit être accordée au «nouveau rôle que jouent les femmes en société», ajoutant que l'objectif n'était pas «de seulement écrire plus de nouvelles à propos des femmes», mais surtout «d'inclure plus de femmes dans les nouvelles».

La nomination vient d'ailleurs d'une demande de la salle de rédaction d'El Pais, qui réclamait une correspondante attitrée aux questions de genre depuis le «profond changement» insufflé par le mouvement mondial #MeToo.

Bell ira à la Cour suprême

La plus haute instance juridique au pays entendra la cause de Bell Média et de la Ligue nationale de football (LNF) contre la décision, en 2015, du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d'interdire la substitution publicitaire simultanée lors du Super Bowl.

En tranchant de la sorte, l'organisme avait interdit aux télédistributeurs canadiens de remplacer par des publicités canadiennes les pubs américaines. L'interdiction est entrée en vigueur en 2017.

Selon Bell Média, cette interdiction aura coûté à l'entreprise la perte de plusieurs téléspectateurs et annonceurs. En guise d'exemple, elle affirme avoir perdu plus de 39% de son auditoire en 2017 par rapport aux chiffres de 2016. 

Bell Média ajoute que le CRTC n'a tout simplement pas le pouvoir de promulguer pareille interdiction, arguant que le rôle du CRTC est de trancher sur des questions larges, pas sur une émission individuelle comme le Super Bowl.

Un «laissez-passer pornographique» pour vérifier l'âge au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, une nouvelle loi obligera les sites web à vérifier l'âge des utilisateurs pour restreindre l'accès à du matériel pornographique aux mineurs. Les sites qui se feront prendre à leur laisser libre accès à leur contenu feront face à des amendes pouvant aller jusqu'à 250 000 livres et à des pénalités sévères, comme d'être bloqués par les fournisseurs d'accès internet.

Fait étonnant, la méthode choisie pour vérifier l'âge des utilisateurs risque fortement d'être un «laissez-passer pornographique» vendu en magasin, notamment dans les tabagies et autres libraires où il est possible de se procurer des magazines.

Il consisterait en un code de 16 numéros à entrer lors de la visite d'un site web à caractère pornographique. Vendu 10$, il ne pourrait être acheté que sur présentation d'une carte d'identité valide. Cette approche est privilégiée par l'organisme Digital Police Alliance afin d'éviter que les renseignements personnels des citoyens se retrouvent dans une banque de données numériques.