La référence en communication,
marketing, numérique et leadership

Les 5 piliers d’une bonne ligne éditoriale

Pour le directeur de création et créateur de contenu Pascal Henrard, avoir une bonne ligne éditoriale est aussi important que d’avoir une bonne orthographe. Elle permet à l’auditoire de retrouver l’esprit de la marque dans tous ses contenus et sur toutes ses plateformes. C’est en quelque sorte le guide des normes de la création de contenu. 

Pascal Henrard

directeur de création

La ligne éditoriale, qui peut tenir en quelques pages, doit servir de référence aux créateurs de contenu afin qu’ils respectent le ton, conservent le style et gardent le fil. Elle garantit l’homogénéité des contenus, simplifie le travail des équipes de création et permet d’éviter bien des questions et des erreurs. 

Pascal Henrard rappelle cependant qu’elle doit se distinguer par sa personnalité et sa pertinence. Associée au calendrier éditorial, elle dicte en continu la création et la production des contenus.

Voici selon lui les cinq piliers d’une bonne ligne éditoriale:

1. L’auditoire

Il faut avant tout savoir à qui l'on s’adresse. En créant une galerie de personas, l'on personnalise l’auditoire. C’est le point de départ essentiel de la ligne éditoriale pour inspirer les créateurs de contenus pas toujours familiarisés avec la marque. En sachant à qui ils parlent, ils sauront mieux comment s’adresser à l’auditoire. 

2. Les règles rédactionnelles

La ligne éditoriale devrait toujours contenir des détails sur les règles rédactionnelles à observer. Est-ce qu’on écrit au «nous» ou au «vous»? Est-ce que la forme est active? Est-ce que le ton est familier? Quel genre de titres utilise-t-on? Combien de sous-titres souhaite-t-on? Quelles longueurs ont les textes? Et les paragraphes? Comment présente-t-on l’information? Avec des tableaux? Avec des listes à puce? Quelle conclusion souhaite-t-on? Et quelle action devra faire l’auditoire après? Cliquer? Téléphoner? Télécharger?Visiter?

On retrouve en général les mêmes principes de rédaction web dans la plupart des lignes éditoriales. Il importe cependant de donner à la sienne une couleur originale et une tonalité unique.

3. Le langage

Pour que tous les créateurs de contenu s’entendent sur la manière de rédiger, il faut aussi définir le vocabulaire et le niveau de langage. Que peut-on dire? Que doit-on dire? Comment le dire? Quel est le langage de l’entreprise? Quels sont les mots à éviter? Et ceux à prioriser?

4. Les images

Au-delà des mots, la ligne éditoriale doit préciser la manière dont les contenus sont structurés et présentés, que ce soit dans un blogue, un magazine, un site web ou les médias sociaux. Elle permet ainsi de poser les paramètres d’illustration des contenus écrits. Va-t-on utiliser des photos, des schémas, des tableaux, des dessins, des vidéos? Quelle taille? Quel cadrage? Quel poids auront les fichiers? 

5. Une ligne en évolution

La rédaction d’une ligne éditoriale n’est pas définitive. Elle doit évoluer avec l’expérience, à la suite de l’analyse des résultats et en fonction de la progression des stratégies. Il faut cependant que ses mises à jour soient toujours partagées avec les créateurs de contenu afin qu’ils continuent de travailler sur de bonnes bases. 

--

Pascal Henrard compte plus de 25 ans d’expérience en tant que concepteur-rédacteur, directeur de création et créateur de contenu. Il a remporté plusieurs prix de création au Québec, à Londres, New York et Los Angeles.

Le 5 décembre, il donne la formation Marketing de contenu: de la stratégie à la production au Campus Infopresse en collaboration avec Patrick Pierra, expert des médias numériques.

Photo de couverture: Patrick Tomasso / Unsplash