La référence des professionnels
des communications et du design

Francopub: savoir bien utiliser la langue française en publicité

Le 22 novembre dernier, les 14e prix Mérites Francopub ont été décernés aux créateurs dont les publicités mettent en valeur la qualité du français. Publicité et qualité du français, c'est donc possible? Trois des gagnants se penchent sur la question.

Cette reconnaissance s'éloigne certes des concours publicitaires habituels, où la création et la stratégie l'emportent normalement. Dans ce cas précis, les projecteurs sont plutôt braqués sur la qualité du français, un élément parmi d'autres exigences auxquelles les créateurs doivent se plier.

Ainsi, les publicités étaient évaluées en fonction de la mise en valeur du français et de sa qualité. Des éléments comme l’élégance du style, l’efficacité publicitaire et l’originalité des jeux de mots et des expressions étaient ainsi considérés.

Le Grand Mérite Francopub, accompagné d'une bourse de 4000$, a été octroyé aux concepteurs-rédacteurs Nicolas Boisvert et Camille Gagnon, de l’agence Lg2 Québec, pour les publicités Bleus, Fins, Forts et Mous des Producteurs de lait du Québec (Fromages d’ici). En leur absence, Luc Dupéré de Lg2 a reçu le prix.

l'une des quatre exécutions gagnantes des Producteurs de lait du Québec (Fromages d’ici

Il s'agissait d'une sixième reconnaissance pour Nicolas Boisvert et d'une première pour Camille Gagnon à ce concours. 

Nicolas Boisvert

Lg2

«Notre objectif lorsque nous concevons une publicité n'est jamais de gagner un Francopub, souligne Nicolas Boisvert, associé et concepteur-rédacteur de Lg2 à Québec. Si l'on se permet parfois un langage plus lousse, il y a toutefois assez de mots dans la langue française pour qu'on trouve quelque chose qui soit à la fois original et dans le respect de la langue.»

Sa collègue Camille Gagnon, aussi conceptrice-rédactrice, ajoute qu'une telle reconnaissance confirme l'importance que l'agence accorde à la qualité de la langue. «Nous avons beaucoup d'entreprises québécoises parmi nos clients et nous avons toujours ce souci en tête lorsque nous créons des publicités pour elles.»

CAMILLE GAGNON

LG2

Il demeure que les publicitaires doivent réussir à attirer l'attention des consommateurs, qui, eux, n'ont pas tous le même niveau de langage. Selon Camille Gagnon, les registres dépendent aussi de la marque. «Pour les Fromages d'ici, les produits sont québécois, mais aussi raffinés, ce qui nécessite une justesse dans l'utilisation de la langue française, explique-t-elle. Si, en télé, l'on peut se rapprocher du quotidien des consommateurs d'ici par un langage plus parlé, à l'écrit, il est important d'utiliser correctement la langue.»

Nicolas Boisvert précise toutefois que malgré la finesse qui caractérise les Fromages d'ici, il ne faut pas non plus que les créations soient trop cérébrales. «Le produit s'adresse à tout le monde. Le public doit donc pouvoir comprendre vite les expressions et jeux de mots.» 

Autres Mérites Francopub

Isabelle Neault, auparavant d'Ogilvy Montréal et maintenant à K72, a obtenu deux reconnaissances, soit la Bourse Serges-Tougas d'une valeur de 5000$, remise à un créatif de 35 ans ou moins, de même que le Mérite Francopub du public (bourse de 500$), toutes deux pour les publicités De l’auto au bus du Réseau de transport de Longueuil.

Dans son processus créatif, la conceptrice-rédactrice s'assure surtout que les consommateurs se sentent interpellés par le message. «Parfois ça passe par une expression québécoise bien placée, parfois par des figures de style intelligentes. Il faut donc réussir à trouver un équilibre entre le bon français et la communication efficace.»

ISABELLE NEAULT, GAGNANTE DE LA BOURSE SERGES-TOUGAS ET DU MÉRITE FRANCOPUB DU PUBLIC. DE GAUCHE À DROITE: ROBERT VÉZINA, MARC-ANTOINE VALLÉE, ISABELLE NEAULT, NATHALIE ROY, GENEVIÈVE RACETTE

Parmi les finalistes, on comptait Simon Beaudry, Jean-Nicolas Duval et Guillaume Blanchet de K72; Karine Bouchard, Linda Dawe, Vicky Morin, Élyse Noël de Tilly et Steve Pépin de l’agence Cossette; ainsi que Martin Cinq-Mars, Luc Dupéré et Marc Fortin de Lg2 Montréal.

Le jury était composé de Geneviève Racette, directrice, langage de marque, de l’agence Bleublancrouge; Marilène Rousseau, conseillère en révision linguistique et en rédaction de l’Office québécois de la langue française; Danièle Tremblay,  épouse du regretté Serges Tougas; Catherine Martellini, rédactrice en chef d'Infopresse; Mourad Bouaziz, concepteur-rédacteur de l’agence McCann; et François Thibault, directeur, langage de marque, de Bleublancrouge.

Consultez tous les publicités qui ont reçu un prix et les exécutions finalistes sur le site des Francopub.