La référence des professionnels
des communications et du design

L'École Bensadoun, vers une «révolution» du commerce de détail

L’École Bensadoun de gestion du commerce au détail (ÉBCD) de l’Université McGill officiellement lancée, les étudiants, chercheurs et détaillants eux-mêmes tenteront de résoudre les problèmes auxquels se frotte le secteur de la vente au détail, qui accuse une profonde période de restructuration.

Plusieurs acteurs du commerce de détail d’ici ont joint le président du conseil d’administration du Groupe Aldo dans le soutien financier de l’institution, dans la foulée des 25 millions$ versés par la Fondation de la famille Bensadoun, en mai 2017. Quelque 7,5 millions$ s’ajoutent à l’enveloppe, par l’intermédiaire du Cercle des fondateurs de l’École, comptant notamment Alimentation Couche-Tard, la Fondation Rossy, Saputo, Walmart, CGI, le Groupe Birks et CloudRaker. Des montants de 250 000$, 500 000$ et un million$ ont été offerts par les membres du Cercle.

aldo bensadoun

groupe aldo

«Ces 10 dernières années, la vente au détail a connu des bouleversements sans précédent en raison de la popularité grandissante du commerce électronique et de la chute de géants de l’industrie, autrefois considérés comme invincibles», indique Isabelle Bajeux-Besnainou, doyenne de la Faculté de gestion Desautels. La consommation responsable et le bien-être sociétal, qui s’inscrivent dans "la révolution" du commerce au détail, auront une place privilégiée dans l’enseignement offert par l’École Bensadoun.

Pour l'experte, l’élaboration des nouvelles stratégies du commerce au détail ne devrait pas se dérouler en vase clos, mais bien dans une concertation entre le secteur universitaire et les acteurs de l’industrie, laquelle se réinvente. Elle note que les étudiants formés aujourd’hui dans les établissements d’enseignement occuperont des emplois qui n’existent pas encore. L’engagement des commerçants est donc capital.

Isabelle Bajeux-Besnainou 

Faculté de gestion Desautels

Bien que leur rôle n’ait pas encore été tout à fait défini, Isabelle Bajeux-Besnainou précise que les détaillants collaboreront principalement à des fins de recherche et de recrutement, au-delà de la formation de la prochaine génération de dirigeants, donc.

Outre le Cercle des fondateurs, d’autres entreprises et marques souhaitent s’investir dans l’ÉBCD. Ivanhoé Cambridge et Nespresso sont deux des premiers partenaires à signer une entente avec l’École à la suite de son lancement. Ils proposeront des cas concrets aux enjeux bien réels, desquels les étudiants et les professeurs dégageront de nouvelles solutions dans un laboratoire de recherche ouvert au public. Carl Boutet, directeur exécutif de CloudRaker, sera responsable de la mise en place de ce laboratoire, en plus d’être membre du comité-conseil de l’École.

Vers un nouveau commerce au détail

L’établissement entend ainsi inciter le secteur à innover afin de soutenir la création d’emplois et d’entreprises. Entre analytique, intelligence artificielle et science comportementale, pôles de recherche et d’enseignement bien établis à McGill, les futurs dirigeants du secteur bénéficieront d’une compréhension plus globale de l’évolution des comportements et des attentes des consommateurs.

L’aménagement d’un écosystème formé de différents acteurs orientés vers «le nouveau commerce au détail» permettra de répondre aux exigences actuelles de l’industrie nécessitant une grande flexibilité et une bonne connaissance des techniques innovantes de gestion, selon Isabelle Bajeux-Besnainou.

L’ÉLABORATION DES NOUVELLES STRATÉGIES DU COMMERCE AU DÉTAIL NE DEVRAIT PAS SE dérouler EN VASE CLOS.

La cohorte initiale du programme de baccalauréat en commerce spécialisé en gestion de la vente au détail a été admise cet automne. Les premiers étudiants au doctorat de gestion du commerce au détail devraient entrer l’automne prochain, en plus des programmes de formation à l’intention des cadres lancés la même année. Une maîtrise en gestion est aussi prévue pour 2020. L’ancienne directrice générale, stratégie de marque de Google et directrice générale de Google Québec, Marie-Josée Lamothe, fait partie du corps professoral.

L’ÉBCD souhaite finalement positionner le Québec et le Canada comme «chefs de file en matière d'éducation et de recherche en commerce au détail durable».