La référence des professionnels
des communications et du design

Le pari de Republik: travailler uniquement avec des annonceurs responsables

Republik s'engage à travailler exclusivement pour des projets responsables d'ici 2021, sur la base d’une évaluation de l’impact social et environnemental des annonceurs. Une évolution qui vise à joindre l'acte à la parole. 

«On était allé au bout de ce qu’on pouvait faire comme entreprise de service dans nos opérations courantes et l'on voulait pousser encore plus loin cet engagement.» – vincent fortin

Cet engagement témoigne de l’évolution de la raison d’être même de Republik, mais aussi de son offre de service.

L’agence a en effet obtenu sa certification B Corp en 2015, une attestation émise par l’organisme indépendant B Lab et qui permet d’analyser la performance des entreprises sur les plans de l’engagement social et environnemental, de la transparence et de la gouvernance dans un équilibre entre les profits et la contribution à l’intérêt général. 

Cette certification présente l’avantage d’être très facilement réalisable à l’interne, explique Jean-Philippe Shoiry, chef de la stratégie et des opérations.

L’évaluation est relativement simple. Il suffit de remplir un questionnaire d’environ 200 questions. «Cela permet de voir où l'on en est comme organisation, mais B Corp suggère également plusieurs améliorations», souligne Vincent Fortin, président de Republik.

En trois ans de certification, l’agence a donc mis en place des processus à même ses opérations pour être en mesure d’avoir un impact social et environnemental positif. Politique qui intègre ces valeurs, mission intégrée dans ses statuts constitutifs, portion de travail pro bono à effectuer par tous les employés… ce ne sont là que des exemples de mesures prises à l’interne.

«Mais comme on était allé au bout de ce qu’on pouvait faire comme entreprise de service dans nos opérations courantes, on voulait pousser encore plus loin cet engagement.»

Pour y arriver, cela passait nécessairement par la participation des annonceurs, pour qui les employés de l’agence travaillent 40 heures chaque semaine.

Déploiement progressif

L’agence s’est donné un horizon de deux ans pour tenir son engagement, soit de janvier 2019 à 2021. «On mesurera l’impact des entreprises à l’aide d’une évaluation qu’on a développée, mentionne Jean-Philippe Shoiry. Ensuite, on présentera le résultat de l’analyse à nos employés, qui décideront s’ils veulent travailler ou non avec elles.»

Une valeur ajoutée autant pour les annonceurs que le personnel selon lui. «D’une part, les employés ont la certitude de travailler pour des mandats qui les inspirent au quotidien et les motivent à avoir un impact réel sur l’entreprise. D’autre part, les annonceurs sont assurés que toute l’agence sera entièrement mobilisée à les faire grandir dans cette mission.»

Le processus inusité est lancé et sera déployé progressivement au cours des prochains mois. Qu’adviendra-t-il des clients actuels qui ne souhaiteraient pas suivre cette nouvelle façon de faire de l’agence?

«On a rencontré tous nos clients actifs jusqu'à maintenant, et la réaction de la plupart est très bonne, précise Vincent Fortin. Mais on est tout de même conscients que de tels changements organisationnels exigent du temps, c’est la raison pour laquelle on leur offre un premier atelier au début de 2019 pour les aider à cheminer dans cette voie.» Republik collaborera ainsi avec Credo, une société qui aide les organisations à maximiser leur impact social. «Lorsqu’ils auront entamé les changements organisationnels, c’est là que notre expertise entrera en jeu, soit de communiquer l’impact social qu’elles recherchent», ajoute Jean-Philippe Shoiry. D’où l’objectif de 2021.

Quant aux nouveaux clients de l’agence, ils devront répondre à la première version du questionnaire développé dès le début de 2019. «Dans tous les cas, il ne faut pas penser qu’on travaillera seulement avec des entreprises certifiées B Corp. Celles qui ne la détiennent pas peuvent très bien avoir un impact social et environnemental positif.»

«Il faut aussi garder à l’esprit qu’une raison d’être axée sur la création de capital social n’est pas impérativement une mission humanitaire.» – Vincent Fortin

Et si des annonceurs ne passaient pas le «test»? « On a eu à en refuser lorsqu’on est arrivé à la conclusion, en creusant un peu, qu’ils n’avaient pas ce type de considérations en tête, souligne Vincent Fortin. Il faut être conséquent avec notre positionnement.»

Offre de service renouvelée

Dans la foulée de ces changements, le processus de création de Republik a aussi évolué pour miser sur la transparence et sur une approche éditoriale du «parler-vrai» afin de créer du capital social. Elle entend par là la création de contenus qui apportent de la valeur au public.

L’agence communiquera ainsi la raison d’être des entreprises avec qui elle travaillera. «Il faut aussi garder à l’esprit qu’une raison d’être axée sur la création de capital social n’est pas impérativement une mission humanitaire – sauver la planète n’est évidemment pas le lot de toutes les entreprises, rappelle Vincent Fortin. L’important, c’est d’identifier une motivation honnête et véritable, puis de prendre ses décisions d’affaires en y prêtant attention.»

De son avis, les dirigeants et les employés veulent faire partie d’un projet faisant avancer la collectivité. «Un partenariat durable et motivant pour les deux équipes.»

 

Photo: Vincent Fortin et Jean-Philippe Shoiry