La référence des professionnels
des communications et du design

Quand les marques surfent sur le coup d'éclat de Banksy

À la chronique Bêtes de pub cette semaine, Arnaud Granata, éditeur d’Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président, stratégie, de Havas Montréal, se penchent sur la récupération commerciale du coup fumant de Banksy et de son œuvre sur la marchandisation de l'art.

Stéphane Mailhiot

havas montréal

L'artiste britannique Banksy, connu pour son art urbain contestataire et sa critique de la marchandisation de l'art, autant dans le propos que dans la forme, a réalisé un coup d'éclat le 5 octobre dernier, où il a mis en vente une toile d'une œuvre urbaine connue, soit Girl With Balloon chez Sotherby's. Cette toile a été vendue à 1,042 million de livres (1,775 million$ canadiens). 

Quelques minutes après la vente, la peinture a été partiellement déchiquetée en lamelles par une broyeuse dissimulée dans un épais cadre doré.

L'œuvre modifiée a ensuite doublé de valeur, devant une critique «vivante» de cette marchandisation de l'art, de l'avis de Stéphane Mailhiot, de Havas Montréal. 

Arnaud Granata rappelle toutefois qu'il s'agissait d'une mise en scène, car des caméras filmaient la scène, un véritable coup de publicité de maître. 

arnaud granata

infopresse

L'histoire a vite fait le tour du monde, et plusieurs marques ont profité de cette viralité.

Deux agences de McDonald's, TBWA et DDB, ont proposé une approche minimaliste où l'on peut voir un tableau qui représente son casseau de frites, qui, passé dans la déchiqueteuse, devient une frite. 

Ikea a également pris la balle au bond, proposant une version «faites-le vous-mêmes» en mettant de l'avant un cadre à bas prix, un imprimé et un couteau de précision pour que les consommateurs puissent créer leur propre «œuvre déchiquetée». 

Enfin, la marque Scotch Tape a aussi détourné son produit pour l'associer à la maintenant célèbre œuvre.

Il est également question d'une publicité des Producteurs de lait qui répond aux questions des consommateurs, de la nomination d’une ancienne directrice des communications de Donald Trump au réseau Fox News et du réseau Instagram, qui lutte contre l’intimidation avec l’intelligence artificielle.

Retrouvez l’intégralité de la chronique Bêtes de pub, diffusée le jeudi à l’émission Médium large de Radio-Canada Première.