La référence des professionnels
des communications et du design

Daniel Iregui: quand l'art fréquente les entreprises

Première œuvre permanente, première collaboration avec une marque: l'artiste médiatique Daniel Iregui présente River, une œuvre interactive pérenne commandée par Desjardins pour occuper une de ses succursales du centre-ville de Montréal.

Alors qu'un écran de mailles de Led s'apprêtait à être installé dans la succursale Desjardins à l'angle Peel et Ste-Catherine, l'institution financière a plutôt choisi de conférer à la structure une fonction de support artistique. Massivart a ainsi obtenu le mandat de sélectionner un artiste qui produirait une œuvre permanente de contenu vidéo. 

Étant donné la pérennité de l'œuvre, Daniel Iregui envisageait une pièce qui n'allait jamais être la même, en constante évolution et interaction avec son milieu. «Je voulais qu'elle continue de surprendre le public et les employés au fil des années.» 

La forme et le comportement de River sont agités par l'affluence de la succursale, la pièce étant réceptive aux sons intérieurs et extérieurs. Un environnement plus actif crée une œuvre plus active, donc, selon l'heure ou le jour de la semaine. 

Dans un concept carte blanche inspiré par l'ondulation du fleuve Saint-Laurent, l'artiste désirait connecter le cours d'eau à l'activité de la caisse. 

Le dialogue entre l'art et la marque

Il s'agit d'un premier mandat d'affaires pour l'artiste, malgré quelques collaborations avec des marques comme Oakley, toujours par l'entremise de Moment Factory toutefois. 

Submergée par les enseignes des marques environnantes, la succursale pourra se distinguer grâce à l'installation de Daniel Iregui, en misant sur l'art plutôt que sur le contenu. 

En plus de la visibilité offerte par l'environnement corporatif, l'artiste signe une première œuvre permanente. «De telles collaborations me placent hors de ma zone de confort, me faisant réfléchir à des concepts un peu plus lointains que ceux utilisés dans ma pratique personnelle.» 

Pour Daniel Iregui, il existe une histoire derrière la commande, avec l'espoir que la marque approche l'artiste parce qu'elle connaît son travail personnel. La relation de confiance entre les deux entités demeure inhérente à une bonne coopération, malgré un certain cadre imposé au créateur. 

Architecture: Ædfica
Intégration technique: Igotcha
Commissariat: Massivart
Photos: Maxime Brouillet
Musique: Mauricio Iregui
Montage vidéo: Gabriel Lavoie–Viau