La référence des professionnels
des communications et du design

Poursuite contre BDDS Weber Shandwick

Le relationniste Jean-François LeBrun, qui travaille pour National depuis mars dernier, réclame 365 000$ à son ancien employeur, BDDS Weber Shandwick, dans une poursuite déposée hier à Montréal. Il considère en effet que BDDS Weber Shandwick a utilisé des procédures "tordues" pour l'empêcher de travailler, indique le quotidien le Journal de Montréal (JdM).

"Ça ne se fait pas", a dit au JdM Jean-François LeBrun. "Dans mon métier, le seul actif est la crédibilité, et BDDS Weber Shandwick a terni ma réputation et faussement interprété notre contrat."

En mars 2003, la Cour supérieure avait annulé une ordonnance obtenue par BDDS Weber Shandwick, qui l'empêchait de se joindre à National depuis septembre 2002 (pour plus de détails, cliquez ici). L'ordonnance portait notamment sur un bris de la clause de non concurrence du contrat qui liait M. LeBrun à BDDS Weber Shandwick.

M.LeBrun occupe actuellement le poste de vice-président exécutif national du cabinet de relations publiques National, à Montréal.

Hier, le président de BDDS Weber Shandwick n'était pas disponible pour des commentaires, selon le JdM.