La référence des professionnels
des communications et du design

Quand une fausse nouvelle en attire une autre

Yvon Desautels Président, Capital-Image

Au Québec, la prison attend un professionnel des relations publiques qui a diffusé de fausses nouvelles sur Twitter.

Maintenant que j’ai attiré votre attention, je peux vous dire la vérité: cette nouvelle n’est pas vraie – pas encore du moins que je sache.

Par contre, puisque cet article a été publié dans Infopresse, une recherche Google avec le mot-clé «fausses nouvelles» pourrait faire sortir ce titre dans les résultats et se retrouver, par manque de vérification, sur d’autres plateformes médiatiques. Et voilà! Pour certains, ce serait devenu un «fait» qu’on ne remettrait pas en question.

Selon Bloomberg View, les fausses nouvelles sont devenues endémiques en 2016 et, sur Facebook, elles sont plus nombreuses que les vraies. Des dizaines de sites web douteux sont même conçus pour répondre à la demande.

«Ce qui a changé, c’est la vitesse à laquelle ces contenus sont diffusés et la multiplication des plateformes où ils se propagent.»

Les fausses nouvelles diffusées par les médias ne sont pas un phénomène complètement nouveau. Ce qui a changé, c’est la vitesse à laquelle ces contenus sont diffusés et la multiplication des plateformes où ils se propagent.

Il fut un temps où il suffisait d’effectuer la revue de presse pour s’assurer que les journalistes crédibles ne citaient pas incorrectement les porte-paroles. Toutefois, aujourd’hui, la désinformation, les erreurs et même les fausses nouvelles voyagent à la vitesse de l’éclair et représentent un plus grand risque pour la réputation d’une entreprise ou d’un organisme à vocation sociale.

De leur côté, les propriétaires des plateformes de médias sociaux sont de plus en plus sensibles à cette situation. En novembre dernier, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a décrit sept moyens qu’il entend prendre dans l’espoir de réduire la désinformation sur le site, notamment le renforcement des mesures de détection, le signalement facile des fausses nouvelles par les utilisateurs, la vérification indépendante des articles par des organisations spécialisées dans la validation des faits et, éventuellement, des avertissements créés par des entreprises tierces pour prévenir la transmission de fausses nouvelles.

«Comme communicateurs, nous avons aussi un rôle à jouer.»

Comme communicateurs, nous avons aussi un rôle à jouer. Voici d’ailleurs cinq pistes pour aider à contrer les retombées négatives de la désinformation ou des fausses nouvelles.

Optimiser la gestion et les outils de veille
De nos jours, la plupart des entreprises et des organismes disposent de mécanismes de veille. Face à la croissance des fausses nouvelles, il est certainement opportun de revoir les outils en place et le processus de gestion de la veille afin de s’assurer que celles-ci soient vite identifiées. Avez-vous évalué récemment la performance de vos outils et de vos processus de veille?

Étendre la portée du plan de communication de crise
Devant le risque que posent les nouvelles fabriquées, il serait également indiqué d’inclure cette tendance dans la liste potentielle des sources de crise et surtout de développer les scénarios et les contenus de réponse appropriés pour y faire face. Les fausses nouvelles figurent-elles dans votre plan de gestion de crise?

Mettre à contribution les employés
Les employés sont reconnus, à juste titre, comme vecteurs de diffusion de la réputation d’une organisation. En raison de l’entendue de leur réseau, ils peuvent aussi devenir un atout considérable pour le repérage des fausses nouvelles et également un des canaux appropriés pour diffuser les correctifs et les mises au point qui s’imposent. Avez-vous mis en place un système pour tirer parti de cette réalité?

Augmenter la capacité à réagir promptement
Comme c’est le cas en gestion de crise, une des clés du succès pour maîtriser le phénomène des fausses nouvelles réside dans la capacité à communiquer rapidement les messages sur toutes les plateformes. Une évaluation courante des mécanismes de réponses permet de maintenir un bon niveau d’agilité à ce chapitre. Avez-vous effectué une telle évaluation récemment ou même une simulation avec votre équipe?

Si pertinent, utiliser la publicité pour faire passer le message
Parce qu’elle permet d'atteindre directement et rapidement des publics bien ciblés, la publicité sur les médias sociaux et dans les médias traditionnels peut aussi s’avérer une option à considérer dans le cadre d’une stratégie de réponse plus globale. Maîtrisez-vous les connaissances et avez-vous les ressources pour vite mettre en place cette stratégie ?

Finalement, comme communicateurs, nous pouvons pousser plus loin notre engagement. Les entreprises propriétaires des réseaux sociaux ont tout intérêt à tenter de trouver une solution au phénomène des fausses nouvelles, et elles s’y activent. De notre côté, nous ne devrions pas hésiter, individuellement et par la voie de nos organismes professionnels, à les encourager à poursuivre dans ce sens afin de maintenir le meilleur niveau de crédibilité possible pour les contenus qui circulent dans l’écosystème médiatique.

***

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus