La référence des professionnels
des communications et du design

Quel avenir pour les annonceurs sur Facebook?

Tina Radao Chef de Projet Marketing, Kontest

Avec ses 1,3 milliard d’utilisateurs mensuels, Facebook s'avère le réseau social numéro 1 dans le monde. Toutefois, les marques, qui y sont très présentes, éprouvent de plus en plus de difficultés à atteindre leur communauté avec leur page. 

Les changements Facebook

EXEMPLE DE PUBLICATION PROMOTIONNELLE 

Ce n’est un secret pour personne, Facebook perfectionne jour après jour son algorithme afin de réguler la quantité énorme de contenus produite par les marques et ainsi permettre à ses utilisateurs d’accéder dans leur fil d’actualité à du contenu pertinent et de qualité. Toujours dans l’optique d’améliorer la qualité des échanges sur sa plateforme, Facebook a mis fin au «like-gating» (ou à l’obligation d’aimer une page pour en voir le contenu) pour les pages de marques afin de favoriser l’engagement des fans. 

Facebook a annoncé une mise à jour du fil d’actualité entrée en vigueur en janvier dernier, pénalisant les publications organiques de nature promotionnelle.

Le ton est donné: les marques ne peuvent plus compter sur leur portée organique pour atteindre leur cible. Donc, elles devront adapter leur contenu, passer par de l’achat média ou se tourner vers d’autres solutions.

Définir une stratégie sociale hors de Facebook

D’après une étude américaine récente de Forrester, les consommateurs souhaitant rester en contact avec les marques ont trois fois plus tendance à se rendre sur le site internet de celles-ci plutôt que sur leur page Facebook. Il est donc judicieux d’envisager de nouveau le développement d’une stratégie hors de Facebook.

 The Beauty Board, SEPHORA

La création d’un réseau social propre à la marque est possible. C’est un pari risqué, car l’auditoire sera probablement beaucoup plus faible que sur les réseaux sociaux classiques, mais celui-ci sera a fortiori très qualifié, car il aura déjà amorcé la démarche de se rendre par lui-même sur le site internet. C’est ce qu’a choisi l’enseigne de cosmétiques Sephora en lançant aux États-Unis son réseau social The Beauty Board. La marque allie ainsi social et commerce électronique. Ce projet a l’avantage de réduire le tunnel de conversion de l’utilisateur.

Il est judicieux d’envisager de nouveau le développement d’une stratégie hors de Facebook.

Pour atteindre sa cible, l’envoi de courriels ou d'infolettres peut constituer une solution. Le taux d’ouverture moyen d’un courriel serait d’ailleurs nettement supérieur à la portée moyenne d’une publication sur Facebook: 20% contre 2% selon l’étude Ogilvy. Il peut donc être intéressant de mettre en avant le formulaire d’inscription à une infolettre sur son site.

Pour y générer plus d'achalandage, les marques peuvent aussi passer par la création d’un jeu-concours. Personnalisé et mis aux couleurs de cette dernière, il permettra de faire vivre une expérience à son public et de récolter des données réutilisables dans de futures campagnes de marketing. 

Qu’en est-il des autres réseaux sociaux? Les fans d’une marque peuvent se trouver ailleurs que sur Facebook. Les marques de textile auront par exemple tout intérêt à être présentes sur des réseaux tels que Pinterest ou Instagram, où se trouve une grande communauté de modeuses. À chacun, donc, de déterminer le réseau correspondant le mieux à sa marque en fonction de sa cible.

En 2015, il est grand temps de définir une stratégie de médias sociaux allant au-delà d’une simple présence sur Facebook. Il faut donc penser à répartir son investissement sur différents canaux et à mettre en avant du contenu de qualité. 

_

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus