La référence des professionnels
des communications et du design

Marketplace: Facebook gagnera-t-il la partie sur Craigslist et Kijiji?

Thomas Sychterz Président directeur général, Launchleap

De l’acquisition d’un leader en réalité virtuelle, Oculus Rift, à l’implantation d’un accès internet sans frais en Inde, Facebook n’arrête pas dans l’évolution de ses projets. 

Par contre, le réseau social qui compte 1,71 milliard d’utilisateurs (22,8% de la planète!) n’a pas toujours su comment bénéficier efficacement de sa plus grande force: le lien entre les utilisateurs. L’exemple le plus flagrant est la vente entre particuliers. Des panoplies de sites établis et rentables existent depuis longtemps pour servir ce besoin: Craigslit, Kijiji, eBay. Les Facebookiens vont même jusqu'à créer eux-mêmes des groupes généraux, comme Le Bazar du Plateau (plus de 18 300 membres), pour vendre et acheter des biens un peu maladroitement. Ce qui est encore plus étrange, c’est que plusieurs intervenants dans le web ont pris avantage de cette occasion d’affaires, dont Varage Sale, un site transactionnel qui rassemble les vendeurs et acheteurs par quartier. Comment ce fait-il que Facebook ne profite pas de ce créneau assez flagrant?

Ce n’est pas aussi facile qu’on le pense…
En fait, Facebook a tenté l’expérience il y a neuf ans, lorsqu’il a essayé d’introduire ce même type de plateforme en 2007. L’expérience s'est mal terminée, pour toutes sortes de raisons non divulguées, mais le mammouth social ne se laisse pas facilement décourager. Facebook a récemment relancé sa plateforme d’achat, baptisée Marketplace. Les utilisateurs peuvent directement y acheter ou vendre des produits à des gens situés près d’eux.

 

Grâce à la technologie évoluée des cellulaires, l’utilisation de Marketplace est de plus en plus efficace: en deux clics, vous pouvez prendre une photo dudit produit à vendre, puis la publier directement sur votre compte. La facilité de la plateforme fait donc en sorte que les utilisateurs l’apprécient: les fonctions sont efficaces et elles agrémentent l’expérience.

Facebook génère déjà une immense communauté, mais il semble vouloir encore plus enrichir l’expérience des utilisateurs grâce à cette nouvelle plateforme «d'utilisateur à utilisateur» pour acheter et vendre. Selon le gestionnaire de projet de Marketplace, Bowen Pan, approximativement 450 millions de personnes emploient déjà ce réseau pour vendre ou acheter maints objets. Ainsi, vous pourrez déambuler sur cette plateforme pour y trouver des voitures, meubles, vêtements pour bébés et plus encore. C’est facile, bref et rapide d’exécution: vous n’avez besoin que de votre compte Facebook et vous êtes prêt à vous lancer sur la plateforme. Ainsi, Facebook démontre une fois de plus la raison de ne pas pouvoir se passer d’un compte chez lui: en fusionnant le social et le marché.

La facilité de la plateforme fait donc en sorte que les utilisateurs l’AIMENT: les fonctions sont efficaces et elles agrémentent l’expérience.

Sécurité : la clé du succès
Avec les divers cas de violence et fraude sur les marchés virtuels, Facebook peut potentiellement devenir l’endroit par excellence en ce qui concerne la sécurité, la transparence et la crédibilité sur le marché. La plateforme doit d'abord rectifier quelques aspects sur la sécurité de l’application. Certes, elle interdit la vente d’armes à feu, d’animaux et d’alcool, mais une erreur de programmation a permis à plusieurs utilisateurs de justement voir ce genre d’annonce dans leur fil d’actualité. De plus, la plateforme ne semble pas appliquer le même genre de protections ou de garanties qu'eBay en ce qui a trait aux conditions de sûreté et de sécurité financière. Les ventes sont exécutées dans l’anonymat entre le vendeur et l’acheteur, ils sont donc laissés à eux-mêmes. Ils doivent être conscients du danger que cela peut hypothétiquement entraîner.

Nonobstant, Facebook assure que la plateforme a été construite avec des outils nécessaires à la communauté qui leur permettent de signaler toute personne violant les politiques. Toutefois, Facebook ne se tiendra pas responsable s’il advient qu’un utilisateur soit victime d’une fraude.

Bouleverse le statu quo ou prépare-toi à être bouleversé
Peu importe, Facebook prouve une fois de plus à quel point l’entreprise a besoin de continuellement se mettre à jour. La plateforme a tenté autrefois de sortir ce même service et elle l’a constaté de nouveau en tenant compte des améliorations à apporter pour satisfaire les besoins des utilisateurs. Comme quoi même les grandes entreprises comme Facebook doivent rester informées et être à l’avant-garde des nouveautés afin d’accommoder les désirs des utilisateurs. C’est exactement ce qu’une entreprise – émergente ou non – doit faire: focaliser sur ce qui est essentiel et sur ce que les utilisateurs veulent. Si ce n’est pas atteint, il faut recommencer à zéro.

Cela s’applique bien pour la communauté Facebook, ce fut exactement le mantra de son fondateur Mark Zuckerberg dès le départ: Move Fast, Break Things.

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus