La référence des professionnels
des communications et du design

Les marketeurs ne sont pas prêts à joindre les jeunes sur Snapchat (et autres)

Thoma Daneau Stratège numérique, www.thomadaneau.com/

- «Il faut aller sur Snapchat, vite, il faut aller sur Snapchat!» - «Attends un peu, le jeune, on n'a pas cinq ans de données historiques pour savoir si ça vaut la peine.» 
Cette discussion un peu farfelue s'est surement déjà produite, car les marketeurs ont peur de la nouveauté.

Les marketeurs attendent les études qui vont «prouver» qu'il y a bel et bien du monde sur les réseaux sociaux. Pendant ce temps, les ados ont changé quatre fois de réseau et le nouveau réseau n'est même pas présent dans les sondages.

Connaissez-vous Whatsapp? 450 millions d'utilisateurs (acheté par Facebook quelques milliards et vieux de quelques années).

Vous utilisez SnapChat et vous échangez peu avec les autres personnes, mais vous EMPLOYEZ l'option de partage à tous? Vous faites exactement le contraire des jeunes.

Connaissez-vous ask.fm? Environ 40 millions de visiteurs mensuels.

Connaissez-vous Snapchat? J'espère que oui, là...

Pourtant, aucun de ces réseaux ne figure sur un récent recensement du Cefrio (je ne les pointe pas du doigt). Cela veut dire que vous pourriez penser que personne ne les utilise (ou simplement ne pas le connaître).

Ensuite, peut-être que vous allez demander à vos employés de plus de 25 ans quel est leur réseau préféré. Vous allez entendre parler d'Instagram et de Facebook. Mission accomplie pour vous. On va sur Facebook et Instagram.

Il faut parfois se décoller le nez de son écran et allez voir concrètement ce que font les jeunes. Les jeunes ont une utilisation complètement différente des réseaux sociaux de la vôtre. Je ne parle pas seulement du contenu publié, mais des réseaux fréquentés. Vous êtes une personne qui pense à long terme, c'est normal. Les jeunes, eux, utilisent un réseau pendant quelques mois, puis migrent vers le prochain. 

Il ne faut pas non plus tomber dans le piège du «je vais utiliser le réseau pour le comprendre». Ce n'est pas toujours le cas, surtout quand il y a un saut de génération entre vous et votre clientèle cible. J'aime prendre Snapchat comme exemple, car c'est un réseau utilisé par les jeunes, mais connu par les vieux, contrairement à d'autres. Vous employez Snapchat et vous échangez peu avec les autres personnes, mais vous utilisez l'option de partage à tous? Vous faites exactement le contraire des jeunes.

Je pense que les marketeurs devront s'adapter plus vite ou simplement abandonner l'idée d'être présents partout (ce qui est intelligent, aussi). Il n'y aura jamais des statistiques pour tous les réseaux utilisés, car la création et l'utilisation d'un réseau peut se faire très rapidement. Vous pensez ne pas être en retard sur Snapchat, mais saviez-vous qu'il a été créé en 2011?

Si j'avais à conseiller un marketeur dont le produit est destiné au moins de 24 ans? Je lui dirais d'engager un panel de personnes de villes et d'âges différents. Puis, de leur demander chaque mois le réseau de l'heure et les utilisations intéressantes par leurs amis.

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus